Akhannouch en visite dans la province de Chefchaouen    Coupe du Trône: le Raja décroche son ticket pour les quarts de finale (VIDEO)    L'ONU approuve une proposition du Maroc    Passeport vaccinal : Un précieux sésame aux contours toujours flous et mal définis au Maroc    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transgression de l'Etat d'urgence sanitaire au Maroc : à quand la tolérance zéro ?
Publié dans Challenge le 13 - 07 - 2020

Moins de trois semaines après la réouverture des cafés et restaurants dans le cadre de la deuxième phase du plan d'allègement du confinement sanitaire, les incartades et les dérapages éclatent déjà au grand jour. En effet, plusieurs restaurateurs attirés par le désir de rattraper le temps perdu (plus de trois mois sans chiffre d'affaires) ont allègrement transgressé les mesures sanitaires mises en place afin de garantir la sécurité sanitaire aussi bien des clients, du personnel que tous les autres usagers desdits restaurants et qui consistent essentiellement au respect des mesures de distanciation sociale au niveau des différents espaces du restaurant et la limitation de la capacité d'accueil à 50% ainsi que des horaires adaptés de fermeture. En témoignent les descentes opérées par les forces de l'ordre le week-end du 11 juillet dans plusieurs restaurants et bars huppés de Casablanca pour mettre fin à l'inconséquence de leurs propriétaires mais également l'insouciance d'une clientèle trop ravie de retrouver ses habitudes nocturnes (et pour certains ses orgies de fin de semaine).
Lire aussi | Ouverture des frontières marocaines : les MRE ne décolèrent toujours pas
Alors que le risque d'une deuxième vague de propagation de la pandémie du Covid-19 pointe sérieusement à l'horizon du pays au point où certaines villes ont été reconfinées à nouveau (totalement ou partiellement) pour circonscrire certains foyers importants de contamination, de telles opérations coup de poing ne peuvent être que saluées et encouragées. Plus encore, un tel regain de fermeté et de rigueur gagnerait à être également étendu aux soirées et aux événements privés ( fêtes, soirées mondaines...) dont le total des convives dépasse largement la limite de 10 personnes toujours en vigueur en vertu de l'Etat d'urgence décrété le 17 mars 2020. Un phénomène qui s'accentue de plus en plus alors que les chaleurs estivales semblent évaporer les derniers bastions de la prudence et de la responsabilité chez certains citoyens et face auquel le seul mot d'ordre souhaitable de la part des forces de l'ordre et les autorités en charge de la gestion de cette période à hauts risques: zéro tolérance !
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.