Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Covid-19 au Maroc : 112 nouvelles contaminations, 6 décès    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 mai 2021 à 16H00    LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellah Mouttaqi : « La transition énergétique doit être considérée comme une orientation stratégique majeure qui s'inscrit désormais dans la durabilité »
Publié dans Challenge le 25 - 03 - 2021

Entre ambitions, objectifs et exécution, la mise en œuvre de la stratégie énergétique du Maroc a connu de belles avancées, mais il y a également quelques améliorations à apporter. De l'analyse du CESE qui a évalué ce travail, il devient urgent de mettre le citoyen au centre de cette stratégie pour qu'elle connaisse une vraie réussite. Abdellah Mouttaqi, membre du conseil économique, social et environnemental (CESE), nous livre ses analyses.
Challenge: Pouvez-vous nous faire un rappel des points essentiels de la stratégie des énergies renouvelables de 2009 adoptée par le Maroc?
Abdellah Mouttaqi : Adoptée en 2009 sous les Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi, Que Dieu L'Assiste, la stratégie énergétique concilie le développement économique et la lutte contre le changement climatique. Cette stratégie, qui vise à porter la part des énergies renouvelables dans la puissance installée à 42% en 2020 et à 52% en 2030,s'appuyait d'une part sur cinq orientations stratégiques : (i) un mix diversifié et optimisé autour de choix technologiques fiables et compétitifs, (ii) la mobilisation des ressources nationales par la montée en puissance des énergies renouvelables, (iii) l'efficacité énergétique érigée en priorité nationale, (iv) le renforcement de l'intégration régionale, et (v) le développement durable. Et, d'autre part sur quatre objectifs fondamentaux : (i) la généralisation de l'accès à l'énergie à des prix compétitifs, (ii) la sécurité d'approvisionnement et la disponibilité de l'énergie, (iii) la maitrise de la demande, et (iv) la préservation de l'environnement.
Il est important de rappeler que cette stratégie se base sur la spécificité du potentiel marocain d'énergie verte dont la diversité de sources offre une grande disponibilité tout au long de l'année. C'est un potentiel exceptionnel sur le plan quantitatif, qui s'évalue à environ 500 TWh/an réparti entre l'éolien onshore (350 TWh) avec un taux de charge moyen de 5 000 heures et le solaire photovoltaïque PV (150 TWh) avec un taux de charge conservateur minimal de 2 500 heures. Un même potentiel au moins équivalent est disponible autour de l'éolien offshore.
Lire aussi | Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen
Challenge: Où en est aujourd'hui le Maroc dans l'exécution de cette stratégie ? Quels sont les succès et manquements qu'on peut aujourd'hui relever dans cette stratégie ?
Abdellah Mouttaqi: En soulignant toute la pertinence de la vision de la stratégie de 2009 et l'inflexion qu'elle a engendrée, les auditions réalisées par le CESE avec les différentes parties prenantes (63 spécialistes du secteur et institutions nationales et internationales concernées) ont permis de circonscrire de nombreux acquis et quelques insuffisances en matière d'implémentation de ladite stratégie.
En plaçant le Maroc définitivement sur une trajectoire de croissance verte, la stratégie énergétique de 2009 a permis de dépasser les problèmes d'approvisionnement que le Maroc a pu connaître; elle a permis également de sécuriser l'approvisionnement, d'initier la libéralisation du marché de l'électricité et de positionner le Maroc à l'avant-garde de l'agenda climatique. À fin 2019, le Maroc dispose d'une puissance électrique installée de 10 938 MW, dont 34% en énergies renouvelables et d'un taux d'électrification de 99,7%. Le lancement des premiers grands projets dans les énergies renouvelables à partir de 2016 a constitué une grande inflexion dans la trajectoire énergétique de notre pays. Le Complexe « Noor Ouarzazate », le premier plus grand ensemble multi-technologies à l'échelle internationale avec une capacité installée de 580 MW, réparti en 4 tranches, a été mis en service en 2018. La même année, le projet de Laayoune a été déployé avec une puissance installée de 85 MW. Deux autres grands projets sont en cours de réalisation : la centrale solaire Noor Midelt I d'une puissance totale de 800 MW, comprenant 605 MW de PV et 190 MW CSP et Noor Tafilalt de 120 MW de PV.
À fin 2019, la puissance installée en énergies renouvelables a atteint 3 701 MW, soit 34% de la puissance totale : 1 220 MW pour l'éolien, 711 MW pour le solaire et 1 770 MW pour l'hydraulique. Sur le plan de la stabilité, il est à noter qu'au cours des 10 dernières années, aucun incident de délestage n'a été signalé, ce qui traduit la bonne maitrise technique des équipes de l'ONEE. La stratégie énergétique a également permis de renforcer la production concessionnelle par le développement des partenariats publics privés (PPP) et d'engager une importante réforme du cadre légal et règlementaire notamment par la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables et la loi 54-14 de l'autoproduction de l'électricité. Le Maroc, grâce à la convergence de l'ensemble de ces réalisations, a acquis un positionnement notable et une reconnaissance mondiale dans l'agenda climatique.
Les insuffisances soulignées lors des différentes auditions se rapportent à certains choix technologiques initiaux et au faible taux de l'intégration industrielle locale, à la faiblesse de réalisation des objectifs de l'efficacité énergétique et au poids du transport sur la facture énergétique du pays.
Lire aussi| Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne
Challenge : Quelle appréciation faites-vous de la vision du CESE par rapport à la transition énergétique entamée par le Maroc depuis plus de 10 ans ? Le CESE propose de revisiter la stratégie 2009 et d'adopter une approche rénovée de la stratégie énergétique. Comment ? Et est-ce une démarche classique par lesquels d'autres pays sont passés ?
Abdellah Mouttaqi: Dans sa vision, à la fois participative et prospective, le CESE considère l'énergie comme le déclencheur d'une nouvelle émergence verte du Maroc dans le cadre d'une transition énergétique qui devrait :
– Être socialement juste, équitable et inclusive, responsable sur le plan environnemental et soutenable sur le plan financier.
– Être planifiée de manière holistique et s'articuler autour de l'augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, de la maitrise de la demande par la promotion de l'efficacité énergétique et de la production décentralisée, l'émergence et le développement de filières du futur autour du « Power to X », le soutien de l'innovation et de l'appropriation technologique au service de l'intégration industrielle.
– S'accompagner d'une reconfiguration des politiques publiques qui touchent à l'énergie en traitant de manière coordonnée et intégrée, plusieurs politiques connexes.
– Reposer sur l'implication des citoyens et des territoires pour lier la transition énergétique aux enjeux du développement local.
Le CESE a également abordé cette question de manière prospective en construisant trois scenarii, avec une ambition croissante à horizon 2030, 2040 et 2050. La modélisation prospective a démontré que la transition énergétique accélérée pourrait créer de nombreux bénéfices pour les citoyens, les entreprises et les finances publiques selon les estimations chiffrées suivantes :
– La dépendance énergétique et la dépendance spécifique aux produits pétroliers pourraient baisser jusqu' à 17% en 2050.
-La part de renouvelable pourrait atteindre 96% de la puissance installée du mix électrique à l'horizon 2050.
-La facture énergétique pourrait se réduire de 12% alors que l'énergie consommée serait multipliée par 3.
-Le déficit de la balance des paiements serait allégé de 74 MMDH en 2050.
-Le coût de revient moyen du kWh électrique sur le réseau pourrait baisser de près de 39%.
-La filière énergétique pourrait créer 300 000 emplois permanents.
-L'introduction des énergies renouvelables réduirait fortement les émissions de gaz à effet de serre de 30 % et les rejets de particules d'environ 50%, améliorant ainsi la santé de la population et renforçant l'atténuation face aux changements climatiques.
Pour le Conseil Economique Social et Environnemental, il est apparu clairement que la révision de la stratégie énergétique, onze ans après sa mise en place, en capitalisant sur les acquis et en adoptant une démarche rénovée et prospective qui met le citoyen au centre, est un acte tout à fait naturel.
Lire aussi | Autoproduction de l'électricité : l'avant-projet de loi divise
Challenge: Avec la crise sanitaire, la stratégie énergétique du Maroc et la vision du CESE sont-elles toujours d'actualité ?
Abdellah Mouttaqi: La transition énergétique doit être considérée comme une orientation stratégique majeure qui s'inscrit désormais dans la durabilité pour cadrer l'action de l'Etat autour du secteur de l'énergie. Les objectifs et les fondamentaux de la transition énergétique tels qu'ils sont présentés par le Conseil Economique, Social et Environnemental sont alignés avec les actions engagées par notre pays pour faire face à la pandémie de la covid-19. Ces objectifs et ces fondamentaux sont et resteront d'actualité. En effet, avec l'exploitation de son potentiel exceptionnel en énergies vertes dans le cadre d'une vision intégrée qui met le citoyen au cœur, le Maroc va renforcer sa souveraineté et sécurité énergétiques, réduire la dépendance aux importations des énergies fossiles et améliorer sa performance environnementale, notamment en termes de qualité de l'air pour le bien-être des populations. L'approche du CESE permettra également de consolider l'inclusion sociale et la réduction des inégalités en créant de nombreux bénéfices pour les citoyens et les entreprises, notamment en ce qui concerne le pouvoir d'achat, la création d'emplois et l'amélioration du cadre de vie en minimisant les impacts négatifs liés à la pollution de l'air.
Challenge: Une des recommandations phare du CESE est de mettre le citoyen au centre de la stratégie énergétique. Quels sont les leviers à mettre en œuvre pour impliquer concrètement le citoyen dans la nouvelle stratégie des énergies renouvelables ?
Abdellah Mouttaqi : Conscient du lien entre la transition énergétique et les enjeux du développement local, le CESE appelle à une adhésion citoyenne élargie avec l'implication des citoyens et des territoires. Ceci passe, bien entendu, par une bonne compréhension de la transition énergétique et de ses enjeux et l'intégration du citoyen qui constitue in fine le maillon ultime de la chaine de valeur, qu'il soit en entreprise, dans une activité génératrice de revenu ou dans les ménages.
Les conseils régionaux ont un rôle central dans ce cadre notamment lors de la préparation des plans de développement régionaux (PDR). Ils devraient s'appuyer, selon une démarche participative, sur les capacités de sensibilisation et de mobilisation de la société civile en faveur des pratiques responsables. La démarche participative lors de l'élaboration des PDR permet de préparer, en amont, l'acceptabilité sociale des projets en aval dans le cadre des études d'impact sur l'environnement. Pour lui permettre de jouer pleinement son rôle comme contributeur dans l'élaboration, le suivi et l'évaluation des programmes, la société civile devra être appuyée notamment sur les plans humain et financier et avoir la garantie pour accéder à des campagnes de sensibilisation selon les meilleurs standards.
Pour faire converger l'ensemble des points cités ci-dessus, le CESE recommande de retranscrire les engagements des différentes parties prenantes, conformément à la substance du message de SM le Roi Mohammed VI aux participants des Assises Nationales de l'Energie en mars 2009, au sein d'une Charte Nationale de la Transition Energétique, qui devra être construite à travers une large consultation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.