Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Egypte reçoit en 3 ans ce que les 5 pays du Maghreb ont reçu de 1946 à 2010
Publié dans Challenge le 12 - 09 - 2013

L'avocat-blogueur Ibn Kafka a posté un commentaire très intéressant sur l'aide militaire US que nous reproduisons in-extenso. Il y a deux conclusions à en tirer.
Les alternances à Washington n'ont aucun impact sur les choix stratégiques. Ceux-ci, chiffres à l'appui, sont d'une permanence linéaire.
Le Maghreb ne fait pas partie des priorités américaines qui focalisent plus sur le Moyen-Orient et la sécurité d'Israël. Par contre pour l'Europe Méditerranéenne, c'est une région essentielle.
Il faut aussi signaler que les spécialistes considèrent que les FAR sont la deuxième armée en Afrique, après l'Afrique du Sud. La grande muette ne s'affiche pas, mais ses investissements sont très cohérents sans être budgétivores, s'appuyant sur la formation dont la qualité est reconnue par tous.
Un article intéressant sur PBS.org sur les montants d'aide militaire versés par les Etats-Unis en 2010 et depuis 1946 mérite quelques commentaires. Si Israël est numéro 1 sur toute la période, l'Afghanistan recevait plus en 2010, tandis que l'Egypte se trouve à la 3e place dans les deux cas.
Les montants versés à l'Egypte sont faramineux sur la période, plus de 57 milliards d'USD, même si ce montant pâlit par rapport aux 123 milliards d'USD versés à Israël.
Le cas de la Turquie est intéressant : si ce pays est 4e sur la période 1946-2010, avec 40 milliards d'USD soit 6,11% du total de l'aide militaire à l'étranger, il ne recevait que 5 millions d'USD en 2010, soit 0,04% seulement de l'aide militaire US à l'étranger cette année-là.
On retrouve d'autres surprises – le Soudan reçevait ainsi près de 127 millions d'USD en 2010 – mais c'était avant la sécession du Sud-Soudan, effective en 2011, et on peut présumer que l'aide militaire allait aux forces du SPLA constituant l'ossature de l'armée du Sud-Soudan plutôt que l'armée du nord, dirigée par le président Omar Bachir, dont les Etats-Unis ont obtenu qu'il soit inculpé par la Cour pénale internationale, sur saisine en 2005 du Conseil de sécurité. Le Venezuela reçoit quant à lui 329.000 USD et la Chine 190.000 USD. Dans ces deux cas, on peut présumer qu'il s'agit de la formation d'officiers de ces pays aux Etats-Unis ou des activités assimilées. Le montant que je ne parviens absolument pas à comprendre ce sont les 127 millions d'USD pour la Russie en 2010 – si quelqu'un a des explications à ce sujet, je suis preneur...
Et le Maghreb dans tout ça ?
Voyons de plus près les montants pour le Maghreb, d'abord en 2010 puis sur la période 1946-2010:
2010
1- Tunisie $ 20.313.000
2- Maroc $12.322.247
3- Algérie $1.015.000
4- Libye $ 469.000
5- Mauritanie $ 407.000
1946-2010
1- Maroc $2.334.870.797
2- Tunisie $1.776.127.354
3- Libye $ 99.662.397
4- Algérie $ 10.459.519
5- Mauritanie $ 4.453.616
Ces données conduisent à quelques remarques :
- Globalement, le Maghreb est une région peu importante dans le cadre de l'aide militaire US – au total, les 5 Etats du Maghreb ont reçu ensemble 0,67% de l'aide militaire globale des Etats-Unis de 1946 à 2010 – et cette importance est en chute libre, puisque ces 5 Etats ne totalisaient que 0,22% du total de l'aide militaire US en 2010. L'Egypte reçoit en trois ans ce que le Maghreb a reçu de 1946 à 2010. Cela choquera quelques Marocains et peut-être surtout quelques Algériens, mais le Maghreb n'est pas, militairement et stratégiquement parlant, au coeur de la vision US sur le monde qui les entoure – encore que l'évolution de la Libye pourrait changer la donne, même si l'aide militaire à strictement parler, ne semble pas d'actualité pour cet Etat pétrolier.
- Si le Maroc est le premier bénéficiaire de l'aide militaire US en valeur absolue, la Tunisie est bien évidemment la première par habitant, sa population représentant un tiers de celle du Maroc.
- Maroc et Tunisie, tous deux au régime conservateur sur le plan politique, libéral en matière économique et pro-occidental (depuis 1961 pour le Maroc) se partagent 97% du total de l'aide militaire US sur la période.
- La Libye et l'Algérie ont reçu très peu. Pas seulement en raison de leur régime politique et des choix diplomatiques qui en ont découlé, mais aussi surtout en raison de leur caractère d'Etats rentiers, avec de très fortes entrées de devises issues des exportations d'hydrocarbures. Ceci n'empêche pas des liens sécuritaires très bons entre l'Algérie et les USA.
- La Mauritanie paie bien évidemment des choix politiques malheureux vu de Washington, l'alignement sur l'Irak en 1991, et sans doute aussi une très faible capacité d'absorption de ses forces armées, de très loin les plus faibles des cinq Etats maghrébins.
- Ces chiffres devraient être complétés par les statistiques de ventes d'armes sur la même période pour donner une image complète des liens militaires avec les Etats-Unis, mais ça ne bouleverserait pas véritablement le classement, car la Tunisie et surtout le Maroc s'équipent auprès des Etats-Unis mais également auprès d'autres pays de l'OTAN, surtout la France et l'Espagne pour le Maroc.
- On constate, à lire les statistiques de SIPRI sur la période 1950-2012, que l'Algérie a acheté 20 de ses 24 milliards USD d'armes auprès de l'URSS/Russie. Pour la Tunisie, sur 1,9 milliard d'USD d'achats d'équipements militaires sur la même période, 768 millions d'USD sont achetés aux USA, 482 millions à la France, 217 à l'Allemagne et 134 à l'Italie. Les pays de l'OTAN ou de l'UE représentent 96% des achats d'armement tunisiens. La Mauritanie, qui n'a dépensé que 323 millions d'USD sur cette période, en a acheté environ un tier hors UE/OTAN, mais son premier fournisseur est la France, son deuxième l'Espagne et son troisième la Chine. Pour la Libye, les compteurs explosent : 31 milliards d'USD d'achats d'équipements militaires, avec la part du lion détenue par l'URSS/Russie, avec 23,5 milliards, une honorable deuxième place pour la France (3,3 milliards) et une troisième place à l'Italie (1,4 milliard), des chiffres probablement en voie de changer avec le changement de régime. Pour le Maroc, qui n'a pas la rente hydrocarbures de la Libye ou de l'Algérie, le montant n'est «que» de 9,5 milliards, dont 90% achetés auprès de fournisseurs de l'OTAN ou de l'UE, la France (3,4 milliards) et les Etats-Unis (3,3 milliards) étant au coude à coude, loin devant les Pays-Bas (508 millions) et l'Espagne (500 millions). On notera les faibles montants pour ces cinq pays, des ventes britanniques et allemandes.
- Plus intéressant encore pour la pérennité des liens militaires, la formation des militaires est probablement l'élément le plus efficace pour nouer des liens personnels et politiques entre armées étrangères (d'où l'active politique marocaine de formation de militaires de pays francophones d'Afrique de l'Ouest, notamment à l'Académie royale militaire de Dar Beida à Meknès). On sait le rôle politique fondamental dans le régime politique algérien de l'armée, des anciens officiers de l'armée française ayant rejoint le FLN (assez tard pour certains...) les DAF, alors que la majeure partie des officiers des générations ultérieures aura été formée en Egypte ou en URSS. Si les autres armées maghrébines ne semblent pas traversées par des rivalités aussi prononcées, difficile de se pronconcer là-dessus en l'absence de données chiffrées et crédibles.
- Enfin, les liens avec l'OTAN – si on sait que le Maroc est le seul des 5 pays maghrébins à être officiellement un «major non-NATO ally» aux yeux du gouvernement étatsunien, l'OTAN a lancé en 1994 le Dialogue méditerranéen, qui vise, selon son document de base, à nouer des relations de coopération militaire et politique avec les pays méditeranéens. Quatre des cinq pays maghrébins en font partie, à l'exception de la Libye, invitée à participer en 2012 cependant. De nombreux exercices et manoeuvres communs ont ainsi été menés entre armées de l'OTAN et armées maghrébines, surtout le Maroc, mais également l'Algérie. Source (PBS.ORG)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.