Météo: le temps prévu ce jeudi 13 mai au Maroc    Botola Pro D1: Le partage des points entre le RAJA et le FUS    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La place de la femme dans l'équation nationale de l'emploi
Publié dans Challenge le 20 - 07 - 2015

Après une longue période d'attente, la Stratégie Nationale de l'Emploi-SNE- semble être sur les rails. En tout cas, c'est ce qui ressort de la réunion du Conseil de gouvernement de ce 2 juillet, lors de laquelle le ministre de l'Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a présenté la stratégie de son département pour l'échéance 2016-2025. Ce programme ambitionne la mise en œuvre de plusieurs programmes, dont celui de la prise en compte de la dimension féminine, souvent marginalisée, voire absente des politiques publiques. par Abdelfettah Alami
Selon M. Seddiki, « La valorisation du capital humain est un autre objectif fixé afin d'améliorer la productivité de l'économie nationale et sa compétitivité, ainsi que le niveau de rémunération des salariés. La stratégie nationale de l'emploi, compte mettre en place de nouveaux programmes pour stimuler l'inclusion dans l'emploi de la main-d'œuvre qualifiée, des femmes et des jeunes. Ceci en complémentarité avec ceux déjà engagés en faveur des PME et des TPE ».
Il est vrai que, dans un souci de cohérence de l'action publique, toute stratégie de l'emploi devrait tenir compte de la situation particulière des femmes et ce, pour deux raisons fondamentales : leur faible implication sur le marché du travail et la précarité qui caractérise leur employabilité particulièrement dans le monde rural et dans le secteur informel. Deux indicateurs attestent de cette triste réalité : comparativement à quelques expériences étrangères, le taux d'activité des femmes est un des plus faibles dans la région MENA, soit 25% (18% dans les villes et 37% dans les campagnes) alors qu'il est de 65% en Europe. Le niveau de qualification est faible parmi les femmes actives dont seulement un tiers est diplômé, contre 41% des hommes actifs en 2012.
Inégalités dans l'emploi des femmes
Depuis quelques années, notre pays, de par les mesures prises sur le plan législatif et institutionnel, pourrait être considéré comme avant gardiste et moderniste pour les questions touchant le statut et les conditions des femmes. La consécration, par la constitution de 2011, du principe de non discrimination en fonction du genre et celui de l'égalité et de la parité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, est l'expression évidente de la volonté des pouvoirs publics de garantir l'égalité des chances, pour tous, pour l'accès au marché du travail.
Or, sur le terrain, la réalité et le vécu quotidien de la femme marocaine est tout autre. Il est incontestable que selon les milieux, les femmes ont investi le marché du travail. Leur volonté d'indépendance financière, d'indépendance tout court, les a conduites, à partir des années 1970, à s'insérer dans les études et dans l'emploi, bien plus massivement qu'elles ne l'avaient fait auparavant. De force d'appoint, les femmes sont devenues partie prenante de la population active.
Toutefois, l'évolution des marchés du travail et les situations de crise économique aggravée par la récurrence des années de sécheresse et leurs conséquences sur l'emploi rural et l'émigration vers les villes, ont amplifié les difficultés d'insertion individuelle dans l'activité, et en tout premier lieu, celles des femmes. La montée du chômage a distendu l'accès au marché de l'emploi et a précarisé, beaucoup plus que par le passé, leur situation dont l'exclusion et les inégalités hommes /femmes en est l'origine.
Le diagnostic ayant servi de base à l'élaboration de la stratégie Nationale de l'emploi, fait état de façon éloquente, à partir de plusieurs indicateurs nationaux, de la faible participation et de la forte précarité des femmes sur le marché du travail. Les chiffres tirés de l'enquête nationale sur l'emploi du Haut Commissariat au Plan, attestent de cette triste réalité.
Ainsi, en termes de taux d'activité, seule une femme sur quatre est active contre trois sur quatre pour le sexe masculin. La participation des femmes à ce niveau, n'est, en effet, que de 25% alors que le taux d'activité annuel chez les hommes est de 73%, comme on peut le remarquer sur le schéma ci-après :
En plus, les femmes représentent près de 28% des chômeurs alors qu'elles constituent le quart de la population active. Les mêmes inégalités sont perceptibles chez les femmes diplômées où leur taux de chômage est très élevé (26,7%) en 2013, par rapport à celui enregistré chez la population masculine (14,8%) – Voir tableau ci-dessus. Par tranche d'âge, en milieu urbain, l'écart du taux de chômage entre jeunes et adultes est plus accentué chez les hommes que les femmes. Enfin, les disparités d'accès au travail selon le genre sont plus accentuées en zone urbaine où une femme active sur cinq est au chômage contre 13,2% des hommes.
Les signes de la précarité : des emplois peu qualifiés
La qualité des emplois occupés par les femmes renseigne sur leur niveau de précarité. Ainsi parmi les actifs à temps partiel, plus de 70% sont des femmes. Si l'on se limite au seul secteur privé, la tendance est encore plus marquée : En milieu urbain, et particulièrement dans certaines industries, le contrat CCD chez les femmes est la règle. Souvent imposé par les employeurs, le temps partiel est le plus souvent associé à un travail non qualifié, fréquemment instable, saisonnier parce qu'à durée déterminée. Les femmes sont aussi surreprésentées dans les emplois peu qualifiés. Une majorité des femmes travaillent dans l'agriculture (6 femmes sur 10) contre seulement 28% dans les services. La part des femmes travaillant dans l'industrie reste faible, autour de 12%. En milieu urbain, plus de 70% des femmes en activité travaillent dans les services, alors qu'en milieu rural plus de 9 femmes sur 10 travaillent dans le secteur primaire (Agriculture, forêts et pêche) sans oublier que 10 parmi elles occupent des emplois non rémunérés et ne relèvent par conséquent d'aucun statut de travail, ni de couverture sociale.
Il ne suffit donc pas de constater que les femmes sont majoritaires dans tel ou tel secteur, sinon l'analyse serait biaisée. Les bas salaires, les emplois non qualifiés et les conditions difficiles de travail associées à ces emplois sont à prendre en compte dans toute stratégie visant l'accès équitable et juste des femmes au marché du travail.
Que prévoit la SNE pour améliorer l'employabilité des femmes ?
Parce que les facteurs d'une plus grande précarité des femmes proviennent des inégalités existantes dans notre société, c'est en premier lieu du côté de la réduction de ces inégalités qu'est la priorité. Il faut toujours réaffirmer que l'emploi des femmes est une condition de leur indépendance. La SNE préconise de traiter ces difficultés et contraintes « de façon transversale et spécifique » selon les mesures suivantes :
- tenir compte des besoins spécifiques des femmes actives en termes de mobilité sur le marché du travail, en particulier les femmes non qualifiées et dévalorisées ;
- appuyer les secteurs économiques porteurs d'emplois pour les femmes (textile habillement, services..) et prendre des mesures pour accroître la présence des femmes dans les secteurs à plus forte valeur ajoutée, et favoriser l'accès à l'économie informelle ;
- Développer des mesures visant à accroître l'activité rémunérée des femmes, notamment en luttant contre les discriminations, levant les difficultés et les obstacles auxquels elles sont confrontées, accroissant leurs ressources et capacités productives et préconisant les mesures visant à aider les familles à deux actifs à mieux concilier vie professionnelle et vie familiale ;
- Mieux impliquer les acteurs locaux et les associations socioprofessionnelles de femmes dans la formulation et la mise en œuvre des politiques actives du marché du travail ;
- Prendre des mesures qui visent expressément à améliorer l'emploi, la productivité et les conditions de travail dans l'économie informelle : la promotion de l'auto-emploi, du travail indépendant et l'encouragement du microcrédit ciblés sur les petites ou micro entreprises à gestion familiale, dont une partie non négligeable est gérée par des femmes.
La femme rurale...dans les oubliettes !
Le travail colossal accompli par la femme dans le secteur agricole, dont les bénéfices reviennent d'abord aux femmes elles mêmes, mais aussi à leur famille et à leur communauté, est malheureusement peu pris en compte dans les agrégats qui ressortent des statistiques nationales sur l'emploi. Mais les éléments issus de ces données, comme signalé précédemment, démontrent que la femme rurale subit les discriminations les plus frappantes, en plus de conditions de travail difficiles. S'il est vrai que les détails de la SNE n'ont pas encore été divulgués, les principales propositions citées auparavant, pour traiter ces disparités laissent peu de place à la femme rurale. Les pistes à explorer, à ce niveau, doivent s'orienter vers la mobilisation d'investissements importants pour la mécanisation du travail de la femme ; de même que des politiques sont à instituer pour promouvoir une véritable vision du genre en faveur de celle-ci. Ceci est crucial dans notre pays. Il suffit, d'ailleurs, de savoir que la FAO, a estimé que si les femmes du monde entier avaient le même accès que les hommes aux facteurs de production, elles pourraient augmenter leurs rendements de 20% à 30% et la production agricole totale de 2,5 à 4%, permettant à entre 100 et 150 millions de personnes de ne plus souffrir de la faim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.