Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement privé : La fièvre des augmentations
Publié dans Finances news le 08 - 09 - 2011

Les frais de scolarité ne cessent d'augmenter chaque année avec une moyenne se situant entre 100 et 200 DH.
La loi 06/00 régissant l'enseignement scolaire privé n'inclut pas les frais de scolarité ni les mensualités.
Les établissements privés profitent des lacunes du système pour imposer leur loi.
Après les vacances et le Ramadan, l'heure est aux cartables et aux bancs de l'école. En effet, l'année scolaire 2011/2012 démarre avec des budgets très serrés, notamment pour les ménages ayant des enfants scolarisés dans des établissements privés.
En plus des prix exorbitants des frais d'inscriptions, entre 150 DH et 3.500 DH, et des mensualités entre 200 DH et 3.000 DH, les parents sont confrontés chaque année à des augmentations non justifiées.
Des augmentations qui sont devenues monnaie courante et que personne n'a le droit de contester, malgré l'indignation des parents d'élèves qui se retrouvent ainsi face au mur, obligés de payer ce qui leur est imposé par l'école.
«J'ai mes deux filles qui sont scolarisées dans une école privée à Casablanca. Je paye une mensualité pour chacune de 1.500 DH avec des frais d'inscription de 2.800 DH. Ce qui veut dire que je dépense chaque année près de 36.000 DH à part les fournitures scolaires. Cerise sur le gâteau, chaque année l'école nous annonce une augmentation de 5% des mensualités», déclare furieusement Anas, banquier de la place.
À l'heure où la qualité de lenseignement dans les écoles publiques est décriée, les écoles privées gagnent rapidement du terrain tout en imposant leurs règles.
Selon le Directeur d'un groupe scolaire, chaque établissement est libre de fixer les tarifs des mensualités. Ceci dit, le ministère de l'Education nationale n'exerce aucune autorité sur les établissements privés, notamment pour ce qui est de la tarification.
Dans la loi 06/00 régissant l'enseignement scolaire privé et les textes pris pour son application, les frais de scolarité et leurs augmentations annuelles ne sont pas soumis au contrôle du ministère de l'Education nationale.
Les seuls contrôles exercés par le ministère sont d'ordre administratif et pédagogique.
Les autorités concernées doivent mettre en place un cadre plus rigoureux pour combler les lacunes de ce système dont les établissements privés tirent un profit démesuré.
Et ce n'est pat tout. Les parents ne subissent pas uniquement les augmentations successives, mais aussi une autre pratique exercée par les écoles privées : celle de payer 3 ou 4 mois à l'avance les frais d'inscription, en plus du règlement des 4 premiers mois.
Sara, ingénieur informaticien explique : «au mois de mars, je suis allé inscrire ma fille dans une école privée, à la maternelle, avec l'idée que j'allais payer au moins les frais d'inscription. À ma grande surprise, la responsable me demande de payer, en plus des frais en question, le premier trimestre. Du coup, j'ai dû payer 9.000 DH 5 mois avant que ma fille puisse intégrer l'école».
D'après un responsable d'un établissement privé, cette pratique permet à l'enfant d'assurer sa place et à l'école de garantir la scolarité du nombre d'élèves inscrits pour l'année suivante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.