La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Le Maroc dans le Groupe B    Concours «Street Art Casablanca»    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    Critiqué, Biden augmente finalement le nombre des admis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique africaine (Suite)
Publié dans Finances news le 07 - 03 - 2013

Mais à défaut de prendre l'avion, ils pourront toujours se taper la route. Ce sera quatre jours en voiture avec, en prime, la découverte du Maroc profond. Et ils ne risquent pas de s'ennuyer. C'est un moyen de locomotion largement emprunté aujourd'hui par les Subsahariens pour faire Casa-Dakar... ou l'inverse. D'ailleurs, cette route a profondément changé le visage de l'immigration au Maroc. Mais ça, c'est un autre débat.
A l'aéroport, l'investisseur marocain aura donc son premier contact avec la population locale. Et se fera une opinion sur la légendaire «teranga sénégalaise». En d'autres termes, l'hospitalité sénégalaise, qu'il pourra aisément comparer à celle marocaine tant louée. C'est une caractéristique qui semble être commune aux deux peuples. Mais cette notion d'hospitalité, il faut quand même la manipuler avec beaucoup de précaution. Un investisseur désabusé aura bien du mal à dire que les Sénégalais ou les Marocains sont hospitaliers. Je me rappelle, à ce titre, qu'au lendemain de l'élection de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade et de sa visite officielle au Maroc, les opérateurs marocains ont débarqué en force au Sénégal. Bénéficiant prioritairement de plusieurs marchés, dans beaucoup de secteurs. Au point que, oubliant la particularité des relations entre les deux pays, certaines voix ont commencé à s'élever pour dénoncer toutes les «faveurs» dont bénéficiaient ces opérateurs, alimentant un sentiment de xénophobie.
Aujourd'hui, on observe le même phénomène au Maroc, mais sous une autre couture. Comme je le disais plus haut, la route Dakar-Casa a favorisé une autre forme d'immigration : le Maroc n'est plus une terre de transit vers le soi-disant Eldorado européen; c'est devenu un pays d'accueil pour de nombreux Subsahariens qui s'établissent dans le Royaume dans l'espoir d'une vie meilleure. Et comme le disait si bien Jean-Jacques Rousseau, «c'est l'affluence des hôtes qui détruit l'hospitalité». Fatalement, l'arrivée massive de Subsahariens a créé ce même sentiment de xénophobie au sein d'une frange de la population marocaine. Le terme hospitalité est donc, à bien des égards, sujet à caution.
Au sortir de l'aéroport, rien à dire : toutes les «commodités» sont à portée. Tout en se faisant courtiser par les chauffeurs de taxis, il se verra proposer par des marchands ambulants des recharges téléphoniques, le change (il lui faudra bien du Franc CFA), des cigarettes... Mais avant de s'engouffrer dans le jaune-noir (couleur du taxi), il devra discuter le prix de la course. Mieux vaut être bon négociateur car, de l'autre côté, ils sont beaux parleurs. Il devra d'ailleurs s'habituer à marchander : les compteurs ont disparu des taxis depuis belle lurette et, au Sénégal, comme d'ailleurs au Maroc, tout se négocie. Il mettra un quart d'heure à joindre le centre ville, la circulation étant dégagée puisque les vols de la RAM à destination du Sénégal sont de nuit. Il faut dire aussi que l'aéroport n'est pas excentré comme l'est celui de Casablanca : dans des quartiers comme Mermoz, Ouakam, Yoff... regarder l'atterrissage des avions est un spectacle pour les enfants.
Par David william


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.