Selon « Enjeux stratégiques », la communauté mondiale condamne fermement l'enrôlement d'enfants soldats par le polisario    Témara : Coup d'envoi d'un projet sur le renforcement des capacités des femmes    CAN. Lions de l'Atlas: Bounou de retour, Fajr et Hakimi toujours absents    Coronavirus/Maroc : 88 nouveaux cas admis en REA en 24H    Le Maroc réitère sa solidarité totale avec les Emirats Arabes Unis suite à l'attaque des Houthis contre Abou Dhabi    Climat : Des jeunes leaders marocains à l'honneur dans le cadre d'une campagne lancée par l'ONU    Mali: Un militaire français tué dans une attaque contre un camp de l'opération Barkhane à Gao    Essaouira : Le programme complémentaire de réhabilitation de Mogador, objet d'une visite ministérielle    Crise ukrainienne : Evacuation des familles du personnel de l'ambassade US en Ukraine    Images animées : Après 35 ans de gloire, le GIF est ringardisé    Italie: Berlusconi renonce à briguer la présidence    Alger au fond de l'isolement!    Cameroun: Au moins 16 morts dans un incendie "accidentel" dans une discothèque de Yaoundé    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Omicron : Voici la partie du corps où le variant frappe en premier    Le Maroc, premier pays de destination de l'émigration française en Afrique    Eliminatoires Mondial Costa Rica : Les sélections féminines marocaine et sénégalaise font match nul    Club des Avocats au Maroc : Plainte déposée contre Hafid Derradji    Tayeb Hamdi : Le sous variant BA.2 d'Omicron nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Covid: Record quotidien d'infections en Russie pour le troisième jour consécutif    Le lac Aguelmam Azegza près de Khénifra accueille la 5e édition du «Ice Swim in Morocco»    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Températures prévues pour le lundi 24 janvier 2022    Casablanca : Le centre de santé Oum Keltoum-Al Walaa inauguré    Remontada spectaculaire des Rojiblancos face à Valence    BAM: Les indicateurs hebdomadaires en 5 points clés    Halilhodžić : le match contre la RD Congo, ce sera du 50-50    CAN 2021 : 12 cas positifs au Covid-19 dans la sélection des Comores    Covid-19: Pékin dépiste un quartier entier, à deux semaines des JO-2022    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude (expert)    Togo. La charte des partis politiques change    Sahara marocain: le SG de l'ONU réaffirme la centralité du processus politique onusien    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    L'Humeur : Quand échoppe trouve carouble à son battant    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Sahara. Guterres: « Il est dans l'intérêt de tous de résoudre une fois pour toutes ce différend »    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Brésil: les défilés du carnaval de Rio de Janeiro reportés en avril pour cause de pandémie (officiel)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



14ème rencontre de l'AISE
Publié dans Finances news le 08 - 09 - 2005

Rendez-vous d'échange, de dialogue et de concertation entre des économistes et des chercheurs, la 14ème rencontre de l'Association internationale des sciences économiques (AISE) a été une véritable vitrine des nouvelles tendances des sciences économiques et des grands changements économiques dans le monde. A Marrakech, les congressistes ont abordé les épineuses questions de l'heure, à savoir «Où sont les frontières de l'économie?», «Quelles sont les conséquences des grands bouleversements qui caractérisent le monde depuis trois décennies ? »...
Le 14ème congrès de l'Association internationale des sciences économiques (AISE) réuni pour la première fois au Maroc, à Marrakech, aura tenu toutes ses promesses. Ayant rassemblé pas moins de 300 économistes et des chercheurs venant de plus d'une trentaine de pays, ce congrès, considéré à plus d'un titre comme l'une des plus prestigieuses rencontres mondiales, a en effet consacré les dernières avancées scientifiques et académiques de la recherche économique. Rendez-vous d'échange, de dialogue et de concertation entre des économistes et des chercheurs, la rencontre a été une véritable vitrine des nouvelles tendances des sciences économiques et des grands changements économiques dans le monde.
A l'ordre du jour figuraient les questions liées au développement, à la croissance, à l'emploi, à la lutte contre les inégalités et la pauvreté, au genre, à l'éthique, aux flux des capitaux, à l'investissement, au libre-échange, à l'efficacité des institutions et à la bonne gouvernance.
Le Maroc comme modèle ?
Moment fort, une session «Maroc», au demeurant particulièrement suivie, a été également initiée lors de ce congrès international au cours duquel d'éminents économistes marocains avaient présenté les grandes réformes menées par le Royaume.
Cette rencontre aura été l'occasion pour les experts marocains et étrangers d'établir des contacts, tirer un certain nombre de conclusions et d'enseignements concernant le processus de réformes engagées par le Maroc et, surtout, d'examiner les différentes préoccupations du gouvernement, et ce à la lumière des expériences et expertises des économistes présents et dont les spécialités pourraient servir à éclairer les politiques gouvernementales.
C'est que, aux yeux de nombreux observateurs, le Maroc peut s'avérer un «modèle» pour les pays de la région MENA, le pays s'étant doté de certains moyens «pour une meilleure gestion de proximité du développement» porteuse d'espérances. Un processus de réformes institutionnelles qui s'inscrit dans la logique même de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et qui est à même de renforcer la transition démocratique et donner un sens au développement «parce qu'il aura la proximité des citoyens et permettra de créer les conditions d'une citoyenneté pleine et entière».
Parmi les points forts des projets de réformes engagés par le Royaume figure le passage de l'économie marocaine d'une économie de rente à une véritable économie de marché. Outre cette préoccupation, il y a la recherche en permanence de la cohésion sociale, a estimé Jean-Paul Fitoussi, secrétaire général de l'AISE.
Somme toute, ont fait valoir les experts, le processus de démocratisation et les réformes économiques vont de pair, puisque la démocratisation (l'évolution vers la démocratie) n'est pas seulement productrice de bien-être social, mais demeure aussi indispensable en termes économiques et, de ce fait, constitue un meilleur régime pour l'efficacité.
Conjoncture internationale difficile
Au niveau international, et au sujet de la conjoncture économique que traverse le monde à l'heure actuelle, les observateurs s'accordent à la qualifier de «difficile», faisant remarquer que les économies de plusieurs pays comme la Tunisie ou encore la France et l'Italie et qui sont similaires à l'économie marocaine, souffrent actuellement de deux chocs : celui de l'émergence de la Chine et de la concurrence que cela engendre, notamment dans le secteur textile, puis celui de l'augmentation du prix du pétrole avec ce que cela peut engendrer en terme de prélèvements supplémentaires sur les ressources des pays.
Cette situation est encore plus difficile, notamment pour les pays en voie de développement qui, pour la plupart, ne sont pas des producteurs de pétrole, soulignant au passage l'importance et la pertinence des réformes économiques et des efforts déployés par le Royaume pour asseoir une économie de marché pleinement intégrée, ouverte sur l'économie mondiale et surtout capable de s'adapter aux aléas de la conjoncture internationale.
De fait, le 14ème congrès de l'AISE a pu servir de plate-forme pour tenter d'apporter certains éléments de réponses à certaines questions majeures, à savoir : «Où sont les frontières de l'économie ?», «Quelles sont les conséquences des grands bouleversements qui caractérisent le monde depuis trois décennies, c'est-à-dire depuis le premier choc pétrolier ?»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.