Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Economie : le sentiment des Nobel
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 09 - 2005

"Tenter de comprendre l'économie marocaine?" est l'une des questions au menu des travaux du 14 ème congrès de l'Association internationale des sciences économiques (AISE) qui se tient jusqu'au 2 septembre à Marrakech.
"Où sont les frontières de l'économie ?", "Quelles sont les conséquences des grands bouleversements de l'économie mondiale depuis trois décennies, c'est-à-dire depuis le premier choc pétrolier ?" et "Tenter de comprendre l'économie marocaine?", sont les trois questions majeures auxquelles le 14-ème congrès de l'Association internationale des sciences économiques (AISE) tentera de répondre.
Des sommités mondiales de l'économie, dont plusieurs prix Nobel réunis à Marrakech jusqu'au 2 septembre 2005, à l'invitation de l'AISE qui regroupe 60 pays membres étudient les relations qui existent entre l'économie et la sociologie, celles entre l'économie, le droit et les institutions, les relations entre l'économie et la psychologie et surtout l'analyse des évolutions économiques. A la troisième question, les invités, par courtoisie et sans vraiment trop s'attarder livrent leurs impressions.
Il faut dire que si le temps le permettait, une analyse profonde du contexte économique marocain serait plus pertinente, en tout cas moins superficielle ! Ainsi, selon Jean-Paul Fitoussi, secrétaire général de l'AISE, les réformes engagées par le Royaume sur le plan économique vont permettre à l'économie marocaine d'évoluer dans la bonne direction. "Si l'économie marocaine s'est engagée, à l'instar d'autres économies, sur la voie des réformes dans le but de tirer profit des opportunités offertes par le processus de la mondialisation, encore faut-il que les populations se sentent mieux protégées", a-t-il affirmé dans un entretien à la MAP.
Il a estimé que "parmi les points forts des projets de réformes engagés par le Royaume figurent le passage de l'économie marocaine d'une économie de rente à une véritable économie de marché, outre cette préoccupation et recherche en permanence de la cohésion sociale". Evoquant le cas de l'industrie textile marocaine, M.Fitoussi a, par ailleurs, fait savoir que "des voies de sortie de crise apparaissent comme étant déjà pratiquées pour ce secteur, comme le témoigne d'ailleurs la montée en gamme de cette industrie et sa flexibilité", ajoutant que "les industries marocaines peuvent beaucoup mieux s'adapter que l'industrie chinoise aux évolutions rapides de la demande, notamment pour les petites quantités à destination des pays européens".
En d'autres termes, cette grande capacité d'adaptation et de flexibilité de l'industrie textile marocaine, outre l'évolution du Maroc vers une économie de marché, sont autant d'éléments positifs qui ont permis à cette industrie "de remonter et de regagner sa part de marché, notamment après avoir perdu environ 30% de son marché, alors qu'elle est actuellement à seulement 14% de perte", a-t-il dit. Cette analyse contraste avec les analyses et autres diagnostics livrés par des économistes marocains, ceux du Haut Commissariat au Plan en tête !
Au sujet de la conjoncture économique que traverse le monde à l'heure actuelle, M. Fitoussi l'a qualifiée de "difficile", faisant remarquer que "les économies de plusieurs pays comme la Tunisie ou encore la France et l'Italie et qui sont similaires à l'économie marocaine, souffrent actuellement de deux chocs, celui de l'émergence de la Chine et de la concurrence que cela engendre, notamment dans le secteur textile, puis celui de l'augmentation du prix du pétrole avec ce que cela peut provoquer en termes de prélèvement supplémentaire sur les ressources des pays".
Cette situation, a poursuivi M. Fitoussi, est encore plus difficile notamment pour les pays en voie de développement qui pour la plupart ne sont pas des producteurs de pétrole, soulignant l'importance et la pertinence des réformes économiques et des efforts déployés par le Royaume pour asseoir une économie de marché pleinement intégrée, ouverte sur l'économie mondiale et surtout capable de s'adapter aux aléas de la conjoncture internationale. Interrogé sur le lien existant entre le processus de démocratisation et les réformes économiques, M. Fitoussi a fait savoir que celles-ci "vont de pair, puisque la démocratisation (l'évolution vers la démocratie) n'est pas seulement productrice de bien-être social, mais aussi demeure indispensable en termes économiques et, de ce fait, constitue un meilleur régime pour l'efficacité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.