La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Musique : Dolly, tout simplement dément !
Publié dans Finances news le 10 - 03 - 2021

Trap, drill, road rap (un gangsta rap typique du Sud londonien)… Dollypran, un phénomène confirmé à l'énergie furieuse, qui, lui aussi, réinvente le rap made in Morocco depuis 2012.

Argot de rue; néologismes; mots étrangers; figures de style; antanaclase, reprise d'un même mot avec un sens différent; paronomase, utiliser deux mots au son proche mais dont le sens est différent; métonymie, désigner un objet ou une idée par un autre terme que celui qui convient … «Ghanbdaw countdown/ Koulchi 7areg kolchi hareb/ ga3 sokar ga3 l9waleb».

Pas de doute, on est bien chez Dollypran, Mehdi Ghazoui de son vrai nom. On vous arrête tout de suite : hors de question de nous ressortir le fameux «on s'en fout de Dolly». Hors de question de devoir expliquer à quel point Dollypran est non seulement l'un des piliers incontournables du rap marocain en termes d'écoutes (pas vraiment un argument d'intérêt, certes), mais surtout un rappeur dont les textes codifiés déstabilisent les auditeurs novices comme les médias généralistes en quête d'une grille de lecture.

Voix crachée, tempo au ralenti, couplets introspectifs, images léchées… Et même si parfois on sacrifie la forme pour le fond, que les lyrics peuvent sembler plus pauvres, les instrumentales et les mélodies sont toujours précises, calculées au millimètre, planantes, se gravent dans nos cerveaux. Et une fois dépasséle premier niveau de lecture/d'écoute, on peut facilement se laisser porter sans même avoir besoin d'être sous sirop codéiné.

Derrière ses paroles crues, cet MC raconte la vie dans les quartiers défavorisés, entre culpabilité du deal et envie d'évasion. Il pointe du doigt l'absence de travail, le chômage qui génère l'ennui. Il décrit l'esprit de clan, la solidarité avec la famille… Critique sociale de la situation précaire des jeunes qui peuplent ces quartiers. Vous ne comprenez rien au langage du paracétamol - calme la douleur et fait baisser la fièvre ?

Décryptage, allons-y

Phrases minimalistes et vocabulaire acide. Plusieurs de ses morceaux évoquent le trafic de drogues, qui est envisagé comme la seule issue du jeune «laissé» face au chômage. Un thème largement exploré dans le rap marocain. S'il n'y a rien d'original, Dolly l'exploite pour installer une esthétique. Celle-ci illustre le langage codé du deal et de la consommation de drogues : «tarf; trifa; fermaja (tranche de hachisch)», «sttar (ligne)», «3wina (l'endroit où se concentre la vente de drogue)»…

Depuis Taach et l'incontournable Khari, le jeune rappeur aligne les punchlines fleuries de métaphores avec l'assurance de l'egotrip. Dans Yeah Ho ! l'egotrip – son calibre – est toujours là, gonflé à bloc : «Limada ? Lihada/ dfe3 lkerroussa khelliha ghada/ La bghiti tenje7 khassek tti7 3la bent l oustada…». Alfredo décrit là des situations nuageuses avec des images très crues, mais les évoque avec beaucoup de distance comme s'il s'observait lui-même, vue du ciel.

Mélancolique, presque dépressif, Dolly décrit sa vie monotone avec des instrumentales linéaires au tempo assez lent avec des basses ronflantes qui font vibrer les fenêtres et pas mal de caisse claire. Ce rappeur aux refrains catchy et souvent agressifs, aux couplets tantôt lascifs, tantôt planants et tantôt zombifiants, peine maintenant à se réinventer et à rester trash. Toujours prêt pour un clash : «Kayn beef, kayn dass !»

Du fond de la classe, ce cancre balance Lhannana, un nouveau titre sauce piquante qui dégage tout sur son passage, des salves trap aux embardées cloud-rap en passant par des embruns trillwave. Ce dernier de la classe fait défiler ses émotions et son rêve de sauver sa maman à coup de rimes-missiles, se perd nulle part parcourant de longs chemins dans un clip qui arbore parfaitement son état d'âme du moment. Dépaysement garanti !

Un peu trop intensif, ce titre consiste essentiellement à enfoncer le clou de son souhait d'atteindre le sommet, de s'en sortir... «7ellit 3ini f hadchi badi, ba9i ga3ma sala/ M9atel ghanjibha kbira w ghadi nsauvi ta mama/ Deftari 3amrto ghi ktaba, ma b9at ta chi khana/ F la7mi kayna ghi l7enana, ma kayna ta khala…» entend-on dans le gimmick-refrain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.