Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord d'Agadir : Les règles d'origine très mal exploitées
Publié dans Finances news le 06 - 02 - 2017

L'Accord d'Agadir, qui a vocation à booster les exportations des pays signataires et assurer une meilleure intégration économique régionale, n'a pas permis d'atteindre les objectifs fixés au départ.
Dix ans après son entrée en vigueur, quel bilan tirer de l'Accord arabo-méditerranéen de libre– échange, plus connu sous la dénomination de l'Accord d'Agadir ? A l'évidence, les résultats escomptés n'ont pas été au rendez-vous, car beaucoup de chemin reste encore à faire pour l'intégration économique et commerciale des quatre pays signataires que sont l'Egypte, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie. L'autre grief qu'il convient de souligner d'emblée est la faible utilisation du cumul d'origine entre les pays membres, notamment pour les exportations en direction de l'Union européenne. Conscientes de la problématique de l'interprétation des règles d'origine et des multiples obstacles aux échanges commerciaux, l'Association marocaine des exportateurs (Asmex) et l'unité technique de l'Accord d'Agadir ont organisé récemment un atelier sur les règles d'origine euro-méditerranéennes. Rappelons que l'intérêt du cumul d'origine Pan Euro Med réside dans sa vocation à permettre à un membre de l'Accord d'Agadir de recourir aux intrants soit des autres pays membres de l'Accord, soit de la zone Euro Med, tout en les considérant comme des matières d'origine nationale dans le processus final de la production. Or, le constat édifiant dressé par les experts est que les quatre pays membres de l'Accord d'Agadir, entré en vigueur depuis 2006, font fi de cette opportunité. «Les Etats signataires de cet accord, dont l'adhésion est ouverte à tout pays arabe méditerranéen, exportent sans pour autant tirer profit du cumul diagonal», souligne Latifa El Bouabdellaoui, directrice des relations commerciales internationales au ministère délégué chargé du Commerce extérieur. Cet état de fait résulte quelque part du manque de volonté politique et de l'absence d'intégration économique.
La logique de concurrence prend toujours le pas
«Les quatre pays signataires se sont lancés dans une concurrence effrénée au détriment d'une logique gagnante de complémentarité», s'insurge Hassan Sentissi, président de l'Asmex. Et d'ajouter : «Cette compétition peu bénéfique, voire malsaine se traduit par l'impossibilité pour l'usine Renault Tanger d'exporter ses véhicules low-cost vers l'Egypte, pourtant pays signataire de l'Accord». La rencontre était l'occasion pour les intervenants de pointer du doigt les obstacles non-tarifaires de nature à freiner les échanges entre les pays arabes. D'ailleurs, Latifa El Bouabdellaoui a exhorté les exportateurs marocains de transmettre au ministère de tutelle leurs dossiers portant sur les obstacles tarifaires qui freinent leurs exportations vers les Etats membres de l'Accord. A ce jour, seul le constructeur français Renault a effectué cette démarche. Au-delà des difficultés évoquées, force est de constater que l'Accord d'Agadir doit être relifté afin de réaliser les objectifs fixés visiblement loin d'être atteints.
Rectifier le tir
L'Asmex, par le truchement de son président, a formulé une série de recommandations allant dans le sens de fluidifier les échanges entre les pays liés par l'Accord arabo-méditerranéen de libre-échange. En effet, outre la suppression des mesures non-tarifaires, les exportateurs marocains sont favorables à l'élargissement des études d'impact de l'Accord aux exportations vers l'UE et la mise en place de la disposition de veille économique et commerciale à l'échelle régionale. De plus, une comparaison de la structure des pays à l'échelle sous-régionale permettrait de dépasser les problèmes liés à la compétitivité. Ce qui est de nature à permettre aux pays du Sud et l'Est de la Méditerranée de tirer pleinement profit de cet accord, dont la mise en œuvre demeure toujours difficile.
Par M. Diao
Appel à la mobilisation du secteur privé
Latifa El Bouabdellaoui déplore la prédominance des échanges commerciaux bilatéraux au détriment des opportunités offertes par l'Accord d'Agadir. Afin de remédier aux multiples dysfonctionnements de cet instrument de libre-échange, censé donner un coup de fouet aux exportations des pays partenaires, des études d'impact étalées sur une durée de six mois seront prochainement lancées. Au-delà de cette initiative, la représentante du Département du commerce extérieur a rappelé l'impératif de la mobilisation des opérateurs privés de part et d'autre pour l'atteinte des objectifs majeurs fixés dans le cadre de l'Accord de libre-échange. D'ailleurs, la convention de création du Conseil des hommes d'affaires des pays membres de l'Accord arabo-méditerranéen de libre-échange a été signée en janvier 2016 à Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.