Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attijariwafa bank : Une nouvelle vague d'expansion dans le pipe
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Attijariwafa bank a réussi en 2016 à augmenter ses fonds propres de 15% grâce au deal «Wafa Assurance» avec SNI et à une remontée de dividendes de la part des filiales. La banque, qui revendique le réseau de distribution le plus dense d'Afrique, se prépare à une nouvelle vague d'expansion panafricaine, avec une montée en gamme sur ses marchés de prédilection.
Attijariwafa bank compte aujourd'hui pas moins de 3.972 agences et revendique le réseau le plus dense en Afrique. Rien qu'en 2016, pas moins de 438 agences ont vu le jour, dont 383 au Maroc qui compte 3.194 agences. La banque revendique également le réseau le plus dense dans le Royaume. A côté de ce canal de distribution classique, la banque s'est lancée dans le digital, conformément aux annonces du management faites au premier semestre, avec le concept L'bankalik qui compte sur une identité visuelle distincte. 2016 a aussi été une année riche sur le plan régional pour le groupe marocain avec, comme fait majeur, la signature d'un accord portant sur l'acquisition de 100% de Barclays Bank Egypt. Un deal pas encore finalisé, mais dont les délais restent dans le domaine de l'acceptable pour le management de la banque. Attijariwafa bank a également procédé à la signature d'un protocole d'accord portant sur l'acquisition d'une participation majoritaire dans le capital de la Cogebanque au Rwanda. Le groupe bancaire a finalisé l'ouverture d'une filiale bancaire au Tchad prévue en 2017, tout en se lançant dans la gestion d'actifs en Afrique centrale avec une filiale dédiée, ASCA. Les filiales spécialisées s'agrandissent à leur tour, notamment Wafa Assurance qui a démarré ses activités en Côte d'Ivoire, et Wafacash qui a lancé Wafacash West Africa au Sénégal, alors que Wafacash Central Africa, qui devrait s'installer au Cameroun, a obtenu l'agrément nécessaire à son activité. A tout cela s'ajoutent les partenariats signés en marge des visites royales dans la région. L'année 2016 a été l'une des plus importantes dans la stratégie d'expansion du groupe. Mais, dans le domaine bancaire, qui dit expansion, dit exposition et couverture par les fonds propres. Pour les renforcer, Attijariwafa bank a dilué sa participation dans Wafa Assurance au profit de SNI avec un impact direct de 3,7 milliards de dirhams sur ses capitaux propres. Ces derniers atteignent désormais 47 Mds de dirhams, en hausse de 15% en une année. Parallèlement, le groupe a procédé cette année à une remontée exceptionnelle de dividendes de la part des filiales pour consolider davantage ses réserves. «Nous avons vidé les tuyaux», expliquait Ismail Douiri, DG de la banque, lors de la présentation des résultats du groupe. Désormais, le groupe semble bien armé, du moins financièrement, pour s'attaquer à de nouveaux marchés. Le management a mis en place une stratégie assez visible en la matière comme l'expliquait Mohamed El Kettani : «On vise les pays où l'on peut être dans le Top 3 en matière de parts de marché. Il n'est pas question de faire de la figuration et de planter des drapeaux».
Des crédits, mais pas que... En 2016, Attijariwafa bank a dégagé un PNB consolidé en accroissement de 3,6%, tiré par la croissance du PNB de la banque de Détail à l'International ( 8,0%), des sociétés de financement spécialisées ( 3,8%) et l'assurance ( 2,5%). Globalement, la marge d'intérêt, qui représente 59% du PNB, croît de 1,9%, alors que la marge sur commissions et le résultat des activités de marché progressent respectivement de 9,4% et 9,0%. Ces chiffres montrent que l'activité de la banque est de plus en diversifiée, avec une plus grande contribution des filiales internationales aux revenus. Le défi actuel, qui devrait faire passer un nouveau cap à la banque, est de faire monter en gamme son offre à l'international, avec plus de produits générateurs de commissions. Les stratégies offensives de Wafa Assurance et Wafacash semblent s'inscrire dans ce cadre. ■
Par A. Hlimi

Insolante forme de la banque au Maroc
En comptes sociaux, la banque a enregistré une hausse de 31,3% du PNB profitant de la progression de la marge d'intérêt ( 1,4%), de la marge sur commissions ( 10,2%) et de l'augmentation des divers autres produits bancaires, suite au versement de dividendes exceptionnels dans le but de renforcer les fonds propres de la banque et de lui assurer ainsi les moyens de son développement international. Parallèlement, Attijariwafa bank a enregistré une croissance modérée des charges d'exploitation ( 4%), alors que le coût du risque est en baisse à 0,5% en 2016, contre 0,7% en 2015. Le résultat net progresse ainsi de près de 90%, propulsé par les dividendes exceptionnels en provenance des filiales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.