Bank Al-Maghrib et la Banque centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Brexit: Guérilla attendue au Parlement britannique sur l'accord    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migrants    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    PLF 2020: Les chiffres à retenir    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Une belle leçon des joueurs botolistes    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Belle distinction de Yasser Daho    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attijariwafa bank : Une nouvelle vague d'expansion dans le pipe
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Attijariwafa bank a réussi en 2016 à augmenter ses fonds propres de 15% grâce au deal «Wafa Assurance» avec SNI et à une remontée de dividendes de la part des filiales. La banque, qui revendique le réseau de distribution le plus dense d'Afrique, se prépare à une nouvelle vague d'expansion panafricaine, avec une montée en gamme sur ses marchés de prédilection.
Attijariwafa bank compte aujourd'hui pas moins de 3.972 agences et revendique le réseau le plus dense en Afrique. Rien qu'en 2016, pas moins de 438 agences ont vu le jour, dont 383 au Maroc qui compte 3.194 agences. La banque revendique également le réseau le plus dense dans le Royaume. A côté de ce canal de distribution classique, la banque s'est lancée dans le digital, conformément aux annonces du management faites au premier semestre, avec le concept L'bankalik qui compte sur une identité visuelle distincte. 2016 a aussi été une année riche sur le plan régional pour le groupe marocain avec, comme fait majeur, la signature d'un accord portant sur l'acquisition de 100% de Barclays Bank Egypt. Un deal pas encore finalisé, mais dont les délais restent dans le domaine de l'acceptable pour le management de la banque. Attijariwafa bank a également procédé à la signature d'un protocole d'accord portant sur l'acquisition d'une participation majoritaire dans le capital de la Cogebanque au Rwanda. Le groupe bancaire a finalisé l'ouverture d'une filiale bancaire au Tchad prévue en 2017, tout en se lançant dans la gestion d'actifs en Afrique centrale avec une filiale dédiée, ASCA. Les filiales spécialisées s'agrandissent à leur tour, notamment Wafa Assurance qui a démarré ses activités en Côte d'Ivoire, et Wafacash qui a lancé Wafacash West Africa au Sénégal, alors que Wafacash Central Africa, qui devrait s'installer au Cameroun, a obtenu l'agrément nécessaire à son activité. A tout cela s'ajoutent les partenariats signés en marge des visites royales dans la région. L'année 2016 a été l'une des plus importantes dans la stratégie d'expansion du groupe. Mais, dans le domaine bancaire, qui dit expansion, dit exposition et couverture par les fonds propres. Pour les renforcer, Attijariwafa bank a dilué sa participation dans Wafa Assurance au profit de SNI avec un impact direct de 3,7 milliards de dirhams sur ses capitaux propres. Ces derniers atteignent désormais 47 Mds de dirhams, en hausse de 15% en une année. Parallèlement, le groupe a procédé cette année à une remontée exceptionnelle de dividendes de la part des filiales pour consolider davantage ses réserves. «Nous avons vidé les tuyaux», expliquait Ismail Douiri, DG de la banque, lors de la présentation des résultats du groupe. Désormais, le groupe semble bien armé, du moins financièrement, pour s'attaquer à de nouveaux marchés. Le management a mis en place une stratégie assez visible en la matière comme l'expliquait Mohamed El Kettani : «On vise les pays où l'on peut être dans le Top 3 en matière de parts de marché. Il n'est pas question de faire de la figuration et de planter des drapeaux».
Des crédits, mais pas que... En 2016, Attijariwafa bank a dégagé un PNB consolidé en accroissement de 3,6%, tiré par la croissance du PNB de la banque de Détail à l'International ( 8,0%), des sociétés de financement spécialisées ( 3,8%) et l'assurance ( 2,5%). Globalement, la marge d'intérêt, qui représente 59% du PNB, croît de 1,9%, alors que la marge sur commissions et le résultat des activités de marché progressent respectivement de 9,4% et 9,0%. Ces chiffres montrent que l'activité de la banque est de plus en diversifiée, avec une plus grande contribution des filiales internationales aux revenus. Le défi actuel, qui devrait faire passer un nouveau cap à la banque, est de faire monter en gamme son offre à l'international, avec plus de produits générateurs de commissions. Les stratégies offensives de Wafa Assurance et Wafacash semblent s'inscrire dans ce cadre. ■
Par A. Hlimi

Insolante forme de la banque au Maroc
En comptes sociaux, la banque a enregistré une hausse de 31,3% du PNB profitant de la progression de la marge d'intérêt ( 1,4%), de la marge sur commissions ( 10,2%) et de l'augmentation des divers autres produits bancaires, suite au versement de dividendes exceptionnels dans le but de renforcer les fonds propres de la banque et de lui assurer ainsi les moyens de son développement international. Parallèlement, Attijariwafa bank a enregistré une croissance modérée des charges d'exploitation ( 4%), alors que le coût du risque est en baisse à 0,5% en 2016, contre 0,7% en 2015. Le résultat net progresse ainsi de près de 90%, propulsé par les dividendes exceptionnels en provenance des filiales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.