Les dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali rapatriées au Maroc    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Evolution du coronavirus au Maroc. 2432 nouveaux cas, 913.423 au total, jeudi 16 septembre 2021 à 16 heures    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Régulation des plateformes numériques : Mme Akharbach appelle à une coopération internationale impliquant l'Afrique    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Défense : Défis et ambitions de la future industrie marocaine de l'armement    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Sécurité : AUKUS, un pacte qui souffle à la France un marché de 50 milliards d'Euros    Fathallah Sijilmassi nommé Directeur général de la Commission de l'Union Africaine    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19 au Maroc : où en est la situation nationale ?    La reconnaissance du pass vaccinal marocain par l'UE n'impacte pas les conditions d'accès aux pays européens    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fiscalité locale : Des écueils à éviter
Publié dans Finances news le 12 - 02 - 2009

* Une fiscalité uniforme pour toutes les régions n’encourage pas l’investissement en faveur des régions les plus éloignées.
* La taxe professionnelle est qualifiée d’antiéconomique.
Dans un contexte de décentralisation et de régionalisation, les collectivités sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important. Or, ces dernières ne peuvent jouer le rôle qui est le leur sans une fiscalité de plus en plus adaptée.
Entrée enfin en vigueur, la loi 47-06 relative à la fiscalité locale n’en finit pas de faire l'objet de débats qui relèvent l'importance de sa portée.
Les aspects positifs de cette nouvelle architecture de la fiscalité des collectivités locales vont de l'introduction du système déclaratif à l'adaptation de la fiscalité au contexte de la décentralisation. Cette réforme, qui se propose de rompre avec le passé, vise la simplification des règles d'établissement de l'assiette, des procédures et des règles de recouvrement ainsi que du nombre d'impôts et taxes. L'adoption de cette loi a répondu au souci de l'harmonisation entre la fiscalité locale et celle nationale à travers la suppression des doubles emplois et des superpositions.
Cette loi s'articule autour de deux axes portant sur les impôts et taxes gérés relevant des collectivités locales et les impôts gérés par la Direction générale des impôts pour le compte des collectivités locales. Les apports de cette réforme, qui est venue à point nommé pour renforcer l'autonomie financière des collectivités et accompagner la politique marocaine de décentralisation, voire de régionalisation, sont légion. Il s'agit notamment de la suppression de certaines taxes à faible rendement ou qui faisaient double emploi avec celles de l'Etat, la fusion de certaines taxes touchant la même assiette, tout en instaurant une nouvelle répartition des produits des taxes. Ainsi, la nouvelle loi compte 11 taxes instituées ou réaménagées au profit des communes urbaines et rurales. De même, elle a apporté plus de simplification comme le montre, par exemple, le remplacement de la patente par la taxe professionnelle et la taxe urbaine par la taxe d'habitation.
Une fiscalité uniforme
Les améliorations apportées par la loi
47-06 sont très louables, mais on remarque que la fiscalité locale ne peut jouer son rôle d’attraction de l’investissement au profit de la région. Les impôts et taxes sont arrêtés de manière uniforme et sans tenir compte des spécificités de chaque région.
Les régions auront intérêt à utiliser la variable fiscalité en vue d’attirer le maximum d’investissements. On ne peut prévoir un traitement fiscal généraliste à toutes les régions, sachant que chacune d’entre elles dispose de ses propres potentialités, de son infrastructure… Aussi, une fiscalité généraliste ne permet pas d’encourager l’investissement dans les régions les plus éloignées.
Autre fait important et qui met en exergue l’absence du concept région, la faible marge de manœuvre du Conseil de la ville. Dans un pays comme la France, et dans le cadre de la décentralisation de la fiscalité, les collectivités territoriales peuvent prendre, à titre d’exemple, des décisions d’exonération de la taxe professionnelle. Ces décisions sont prises par une délibération expresse du Conseil délibératif et visent à exonérer certaines activités. Au Maroc, même avec la nouvelle réforme ce type de système n’a pu voir le jour, la décision d’exonération reste l’affaire du législateur.
Un observateur estime que la réussite d’un tel scénario tient à la qualité et à l’intégrité des conseillers. Or, avec toutes les mauvaises expériences en matière d’intégrité de certaines fortes personnalités, la réussite de la régionalisation a encore de beaux jours devant elle.
Taxe professionnelle :
taxe antiinvestissement
Si la fiscalité locale demeure neutre en matière d’attraction d’investissement régional, la taxe professionnelle est, elle aussi, pointée du doigt à cause de son caractère antiéconomique. Elle est considérée comme un handicap en matière d’investissement et d’emploi.
Ces critiques avaient fini par faire de la taxe professionnelle une sorte de symbole même du «mauvais impôt». Le calcul de cette taxe repose sur la valeur locative qui est en fait l’investissement multiplié par un coefficient. Et donc plus on investit, et plus on paie d’impôts.
Aussi, en cas de cessation totale en cours d’année de l’exercice d’une profession, la taxe est due pour l’année entière, à moins que la fermeture des établissements, magasins, boutiques ou ateliers ne résulte de décès, de liquidation judiciaire, d'expropriation ou d'expulsion.
On comprend alors que toute décision d'en limiter la portée, voire de la supprimer, ait pu paraître comme allant de soi et procédant d'une logique inéluctable.
La réforme de la fiscalité locale est certes un saut important en la matière dans un contexte où on prône la décentralisation. Mais cela n’empêche pas d’avouer que la taxe professionnelle et d’autres impôts locaux restent lourds à gérer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.