L'UMT et les syndicats européens veulent renforcer leur partenariat    COP 15. Abidjan mobilise des fonds    Noor Ouarzazate bientôt dupliquée ailleurs en Afrique    Coup d'envoi du Forum "Morocco-israel : Connect to Innovate"    Oxford Economics Group : La hausse des prix ne fait que commencer    Frais du Hajj : 63.800 DH en 2022, 14.000 DH de plus qu'en 2019    [WebTV] Dépense publique : les enjeux du Jumelage TGR-DGFIP analysés par Noureddine Bensouda    Economie bleue au Maroc : la Banque mondiale approuve un prêt de 350 millions de dollars    Le Conseil de la Concurrence ouvre les dossiers des prix et des carburants    Téléphonie : 62% des Ivoiriens possèdent un Smartphone    Des Marocains tentent de forcer leur avion à un atterrissage d'urgence, une dizaine d'arrestations    Mort de Shireen Abu Akleh : pas d'indication préliminaire d'un crime pour l'armée israélienne    Les Etats-Unis veulent vacciner les cas contacts contre la variole du singe    L'Académie Hassan II des Sciences et Techniques célèbre le Pr Sasson    Protection sociale: les artistes auront bientôt une fondation, assure Bensaid    A travers son édition limitée Bled El Fen Sidi Ali rend hommage au Maroc    Rabat: Création de la subvention "Al-Qods" d'appui aux libertés de la presse    11ème édition du Festival Taragalte    Valse des représentants du Polisario en Espagne après le soutien de Sanchez au Maroc    Météo: les prévisions du mardi 24 mai    Les Etats-Unis vont vacciner les cas contact de Monkeypox    L'INDH met en place une plateforme pour aider les jeunes    Réunion à Essaouira pour préparer les plages avant l'arrivée des vacanciers    Variole du singe. Trois cas suspects détectés dans le Royaume    De fausses allégations font réagir le procureur général du Roi près la Cour d'appel de Rabat    Le Maroc détecte 3 cas suspects de variole du singe    Gnaoua Festival Tour : le programme dévoilé    Rabat : lancement d'un programme de formation sur la lutte contre le terrorisme    Francophonie: le Maroc soutient la candidature de Louise Mushikiwabo    Mondial 2022: le maillot des Lions de l'Atlas a fuité (PHOTO)    Lions de l'Atlas: Amine Harit de retour en sélection ?    Portugal : Exposition sur Yves Saint Laurent et le Maroc à Evora    Sidi Bennour : Fatna El Kaoutari, à peine 13 printemps, mémorise intégralement le Coran    Casablanca : Célébration du Jubilé d'Argent du théâtre El Kaf    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire à l'examen par le gouvernement    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 23 mai 2022    Mer de Chine : L'activité navale chinoise dans le périscope américano-japonais    Maroc-Israël : L'ambassade du royaume répond à l'ambassadeur palestinien au Sénégal    L'Afrique ne connaitra pas de crise alimentaire    France : Troisième titre de championne de France pour Aya Bozarhoun en 2022    Liga : Yassine Bounou, le Zamora du foot espagnol 2021-2022 !    ONU: Plus de 100 millions de personnes déplacées de force dans le monde    Le Forum économique mondial de retour en présentiel à Davos    Premier League : Manchester City Champion grâce à une belle remontada face à Aston villa (3-2)    Karim Benzema sacré meilleur buteur de la Liga    Le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan revient en force    Le Grand Prix d'Afrique organisé au Maroc, succès pour cette édition inédite sur le continent Africain!    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude
Publié dans Hespress le 23 - 01 - 2022

Le sous variant d'Omicron BA.2 nécessite, selon les connaissances et données disponibles à ce jour, plus de vigilance que d'inquiétude, a indiqué samedi le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi.
Rappelant à cet égard que tant que la pandémie est là, le seul moyen d'éviter les mauvaises surprises demeure la vaccination et le respect des mesures barrières, il a toutefois fait observer dans une analyse intitulée « Le sous variant BA.2 : la pandémie n'est pas derrière nous. », que le sous variant BA.2 d'Omicron n'est pas un nouveau variant proprement dit, mais « un sous variant de la même lignée d'Omicron ».
Le sous variant BA.1 dominant depuis quelques semaines et ce sous variant appelé BA.2 qui appartient à la même lignée mais comporte une trentaine de mutations de plus que l'omicron « original », dont presque une dizaine sur la protéine Spike qui permet l'entrée du virus dans la cellule humaine et qui est aussi la cible des vaccins, a-t-il expliqué.
Selon le médecin, la communauté scientifique soupçonne ce sous variant d'être plus transmissible que l'Omicron « original », qui lui-même est déjà hautement contagieux et responsable de ces grandes vagues qui frappent plusieurs pays. BA.2 a été détecté pour la première fois en Chine le 31 décembre dernier sur un homme qui revenait de l'Inde, est déjà présent aujourd'hui dans plus de 40 pays dont Israël, les USA, le Canada, le Danemark, l'Australie, l'Afrique du Sud, la Grande Bretagne, la France, a-t-il fait savoir, ajoutant que cette propagation planétaire est un premier indicateur de forte transmissibilité.
S'agissant de la propagation de ce sous variant, il a souligné qu'au Danemark, ce sous variant a plus que doublé son taux en l'espace de moins de trois semaines en passant de 20% à 45% des variants détectés. « Au moment où le Danemark devrait connaitre une décélération de la vague Omicron, celle-ci a subitement repris, certainement sous l'effet de BA.2 », a-t-il fait remarquer, estimant que les scientifiques pensent aussi que la persistance de la vague en France au-delà des prévisions serait peut-être en liaison avec ce sous variant.
Les premières observations de la l'évolution de la situation épidémique en Inde, d'où BA.2 est soupçonné être originaire et au Danemark, où il est devenu majoritaire, laissent supposer que la virulence serait la même qu'Omicron, a-t-il précisé, notant que même si rien n'est encore certain, la résistance aux vaccins et à l'immunité acquise par une infection antérieure, ne serait pas différente de celle d'Omicron.
En ce qui concerne les tests de dépistage, le médecin chercheur a souligné leurs efficacité face aux infections par ce sous variant, ce denier échappe malheureusement au criblage par PCR, qui est une méthode intermédiaire entre un PCR normal qui ne reconnait pas les variants et le séquençage long et couteux qui donne une cartographie exacte de la structure du virus avec toutes ses mutations. Pour Dr Hamdi, si les données de contagiosité de BA.2 beaucoup supérieure à Omicron se confirment, il se propagera vite à l'échelle planétaire en quelques semaines.
« Avec une virulence et un échappement immunitaire qui seraient similaires à Omicron ce sous variant ne risquerait pas dramatiser l'évolution de la pandémie, sauf rendre les vagues actuelles plus hautes et plus longues que prévues », a-t-il estimé. Devant cette incertitude, le médecin-chercheur a appelé à la vigilance, au respect des mesures barrières individuelles et collectives et à une vaccination selon un schéma complet. L'émergence de ce sous variant rappelle une vérité, celle d'une pandémie qui est toujours là, et on ne peut admettre qu'elle est derrière nous qu'une fois le virus ne circule plus d'une manière épidémique grâce la vigilance de toutes et de tous, au respect des mesures barrières et à la vaccination large, rapide et compète, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.