Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara: Abdelmadjid Tebboune se prend une gifle par l'Espagne
Publié dans Hespress le 25 - 04 - 2022

L'Algérie vient de se prendre un nouveau camouflet dans son affaire de chantage à l'Espagne, au lendemain d'une interview du président algérien, Abdelmadjid Tebboune dans laquelle il a vertement critiqué la récente décision de Madrid de soutenir la proposition marocaine d'autonomie au Sahara.
« Ce que l'Espagne a fait est inacceptable, éthiquement et historiquement », avait déclaré samedi soir, le président algérien Abdelmadjid Tebboune en répondant à des questions de journalistes locaux.
Le chef d'Etat algérien s'est livré à un longue tirade pour critiquer sévèrement l'Espagne, et le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, en l'accusant d'avoir « violé le droit international » en soutenant le plan marocain d'autonomie pour le Sahara.
« Faisons la distinction entre le gouvernement et l'État espagnol. Nous avons des relations fortes et très solides avec l'État espagnol », a déclaré Tebboune, en enfonçant encore le clou pour le chef du gouvernement espagnol. « Il n'a pas reçu le soutien des autres, ni au Congrès des députés ni dans la rue », a-t-il ajouté.
Le chef d'Etat algérien, qui a rappelé son ambassadeur à Madrid à la suite du soutien espagnol au plan marocain visant à mettre un terme à un différend inventé par l'Algérie et qui aura duré presque 50 ans, est allé plus loin dans sa défiance en appelant l'Espagne à « revoir » sa décision et à « respecter le droit international », estimant que cela serait la seule solution pour revenir à des relations bilatérales normales.
Lundi, le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares, a réagit à cette interview, et pour le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'est pas passée à Madrid. L'Espagne a donc répondu avec un tacle directement dirigé vers le président algérien, démontrant que cette « liberté » qu'il s'est pris pour commenter des événements qui n'ont aucun lien avec son pays, n'allait pas être tolérée.
« Je ne vais pas alimenter des polémiques stériles », a déclaré le ministre espagnol des Affaires Etrangères, en connaissant la logique et la stratégie algérienne qui cherche à créer des incidents et à les amplifier lorsqu'il y a une réponse.
Le chef de la diplomatie espagnole n'a pas jugé utile de rappeler que les déclarations d'Abdelmadjid Tebboune étaient une ingérence claire dans les affaires d'un autre pays, mais son commentaire sur les « polémique stériles » l'a fait comprendre.
Dans son interview, Abdelmadjid Tebboune, a été questionné par les journalistes si ses déclarations ne constituaient pas d'une immixtion dans la politique espagnole. « Je ne me mêle pas des affaires intérieures de l'Espagne », a-t-il rétorqué, en disant que l'Algérie serait simplement un « pays observateur concernant le Sahara ».
En réponses également aux accusations de Tebboune, José Manuel Albares, a ajouté: « L'Espagne a pris une décision souveraine dans le cadre du droit international et il n'y a rien d'autre à ajouter ».
Et de poursuivre: « De toutes ces déclarations, ce que je retiens c'est la garantie totale de l'approvisionnement en gaz algérien à l'Espagne et le respect des contrats internationaux ».
Aussitôt, l'Algérie est montée au créneau, pour répondre à la déclaration du ministre espagnol. Alger a dénoncé des propos « désobligeants, offensants et inacceptables (qui) ne contribueront certainement pas à un retour rapide à la normale dans les relations bilatérales », a indiqué Amar Belani, envoyé spécial chargé de la question du Sahara au ministère algérien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle APS.
Le 18 mars, l'Espagne a décidé de mettre fin à plusieurs années de statut-quo, en soutenant la seule solution qui doit mettre un terme au différend autour du Sahara, en qualifiant le plan d'autonomie marocain, qualifié de « base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution » du différend régional au Sahara.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.