Une municipalité chinoise fait confiance à un jeune marocain    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Berlin et Paris veulent un budget commun pour la zone euro    Trump martèle que la criminalité augmente en Allemagne, conteste les chiffres officiels    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    L'équipe saoudienne échappe à un crash d'avion    Wafasalaf se met aux couleurs du 11 national    L'ordre du jour de cette semaine    Office des changes : Aggravation du déficit commercial et baisse des IDE    Hydrocarbures : Les prix ont augmenté de 9,1% depuis 2016 selon le HCP    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Maroc-Côte d'Ivoire : Le Souss et San Pedro renforcent leur coopération    Médicaments biosimilaires : ECL s'indigne contre la lenteur des remboursements    Taounate : Un malade mental tue sa mère et sa sœur    DigiWorld Summit Africa, une 1ère édition à Fès    Groupe ODM : De nouveaux actionnaires dans le tour de table    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Aéronautique : Un partenariat entre Airbus et la Côte d'Ivoire    Rhamna : 5 mis en cause arrêtés dans une affaire de meurtre    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    «Jawhara Talents» : Dépôt de candidatures jusqu'au 28 juin    A l'occasion de la Coupe du monde : Driss Roukhe réalise le clip «Tchiki»    Comment le sélectionneur coréen veut tromper ses adversaires    Maroc-Portugal: la dernière chance des Lions    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Trêve de flagellation!    L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie    Travail dangereux: 162.000 enfants exposés    Au-delà de l'aspect financier, l'investissement doit également prendre en compte la rentabilité écologique    Smartphones: Samsung rafle le gros lot    Industrie du lait : la COMADER alerte sur la situation des petits éleveurs    BEZTAM-E: trois questions à Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint du GCAM    La Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds termine l'année scolaire en apothéose    Un théâtre qui doute    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    Youssef Amrani : La paix en Afrique viendra d'un vrai processus politique    Les grands de la planète foot ratent leur entrée!    Commerce: Escalade Chine-Etats-Unis après de nouvelles menaces de Trump    Record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde en 2017    Saisonnières à Huelva : Yatim convoqué au Parlement    Cour constitutionnelle : Ihrai répond à Bouâchrine    Le Parlement dément le voyage en Russie de députés aux frais de ses deux Chambres    Une nouvelle Décision pour garantir le pluralisme et la parité dans les médias    Comparaison n'est pas raison !    L'ONMT décoré à Paris    Oprah Winfrey va produire des programmes pour Apple    Les concerts seront gratuits : L'OPM fête la musique aux airs d'opéras    Le ministère de la Culture et la FICC se penchent sur les industries culturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reptiles et insectes venimeux: le Maroc en pénurie d'antidotes
Publié dans HibaPress le 17 - 08 - 2017

Une association monte au créneau pour dénoncer le maintien de l'interdiction de la production d'antidotes contre les morsures et piqûres de reptiles et insectes venimeux. Elle appelle les victimes à porter plainte contre le ministère de tutelle.

Une pénurie de médicaments pour le traitement des piqûres et morsures de reptiles et insectes venimeux fait sortir des acteurs associatifs de leurs gonds. Le réseau marocain de défense du droit à la santé monte, en effet, au créneau pour dénoncer une décision ministérielle empêchant l'Institut Pasteur de produire les antidotes nécessaires à ces venins, rapportent les quotidiens Al Massae et Al Akhbar dans leurs numéros du jeudi 17 août.

Al Massae indique ainsi que Ali Lotfi, président de cette association, n'a pas hésité à appeler les victimes de morsures ou piqûres venimeuses à porter plainte contre le ministère de la Santé qui, à travers sa décision, les empêchent d'accéder au traitement adéquat. Cet appel intervient dans un contexte où le nombre de victimes augmente de façon inquiétante, dans certaines régions du royaume.

Selon les deux journaux, l'association remet également en doute les motivations présentées par le ministère pour légitimer sa décision. Ce dernier a en effet avancé que les antidotes en question n'étaient pas efficaces, alors que le réseau marocain de défense du droit à la santé maintient que ces antidotes ont déjà fait leurs preuves dans plusieurs pays, y compris des pays européens. Des pays voisins du Maroc en produisent d'ailleurs sans interruption.

Les mêmes sources ajoutent que l'association fait appel, aujourd'hui, au chef du gouvernement pour intervenir et annuler la décision du ministère de la Santé, afin de permettre au Maroc de disposer d'un stock de sécurité de ces antidotes.

Pour rappel, il y aurait, selon Al Akhbar, quelque 30.000 cas de piqûres et morsures venimeuses chaque année, particulièrement dans les zones chaudes ou lors des vagues de chaleur. Jusqu'à l'an 2000, le Maroc produisait des antidotes. Aujourd'hui, le ministère de tutelle semble toujours tenir à cette suspension de la production.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.