Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rend à César ce qui est à César ...
Publié dans Jeunes du Maroc le 03 - 07 - 2006

Y a-t-il une démocratie au Maroc ? Une question qui se pose et qui s'impose surtout. Les injustices flagrantes que subit notre pauvre peuple sont bien plus pathétiques si l'on veut les définir de démocratiques. La démocratie au Maroc est un mirage inaccessible. C'est un régime virtuel établi par notre « sérieux gouvernement » pour « reléguer » les droits censés nous appartenir depuis bien longtemps. Elle ne nous a malheureusement relégué que dalle...
La démocratie au Maroc ressemble à un bernard-l'ermite qui, avec ses antennes, alias les bonnes paroles du gouvernement, chatouille ironiquement la plèbe. Cette plèbe impuissante mais miraculeusement lucide est couci-couça. Parfois, elle se laisse apprivoiser par les belles promesses du censé être la voix du pauvre peuple, mais ne peut s'empêcher heureusement de maudire ce régime forcément établi. Le regret et la colère sont tellement immondes qu'elle devient vulnérable pour maudire sa souche ! Oui à ce point... Quand un pays déshonore son peuple, pas la peine alors de le vénérer puisqu'il ne rend pas à César ce qui est à César. Mais que suis-je entrain de dire ? Suis-je entrain de nier mes origines ? Est-ce l'objectif de notre « cher gouvernement » ? « Les droits de l'un commencent quand finissent ceux de l'autre », est-ce une maxime à rectifier pour les beaux yeux de notre régime ? Marocaine et fière de l'être certes, mais cela durera-t-il pour longtemps ?
Ladite démocratie au Maroc s'est approprié un nouveau sens, bien différent de celui censé lui appartenir. C'est une guimauve qui prend la forme volontairement conçue par le gouvernement. La démocratie est censée être établie surtout pour les pauvres, ne serait-ce que pour maintenir leurs droits légaux et souder le peuple et le pays. Pourtant, ce n'est qu'une simple hallucination, malheureusement en couleurs cette fois-ci. Constater que ton pays te fausse compagnie, te pose un lapin, te prend pour le dindon du festin alors que tu es bel et bien le gros dindon de la farce à vrai dire, laisse à méditer... Arriverons-nous un jour où le peuple se réveillera de sa somnolence, où il révolutionnera, où il s'offrira le dindon que sera le gouvernement ? Suis-je entrain de presser la plaie non cicatrisable ? Suis-je entrain d'annoncer ma propre révolution ? Prends-je le rôle de substitut de la cours suprême ? Suis-je entrain de dénoncer la face "obscènement" cachée de notre cher peuple ? La démocratie n'est alors qu'une crème mousseuse sur un gâteau amèrement pourri, avec une face joliment présentée mais avec un intérieur puant la charogne. Ce n'est point fort, mais ne serait-ce que pour une fois, laissez le peuple condamné crier halte. Je ne suis ni le Roi ni son conseiller certes, mais je suis une protagoniste heureusement sincère de cette comédie noire qu'est notre royaume qui lui demande de rendre bonnement l'amour de son peuple.
Rend à César ce qui est à César et sors pour une fois loyal de cette tragédie. Etais-je un peu trop osée ? Comprenez-moi, ce n'est que le cri désespéré d'une jeunesse en quête de son propre Eldorado national, de l'introuvable peut-être...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.