À Tanger, le Président sénégalais Macky Sall rassure : ‘‘L'Afrique gagnera sa bataille de développement''    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Projet de loi du Code pénal. Les députés appelés à accélérer la cadence    Certification. HPS reçoit la ISO 27001    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Rabat: une balle de sommation pour arrêter un individu dangereux    Un amendement salutaire    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Tanger : ouverture de la 12ème édition du Forum MEDays    Brexit: La Banque d'Angleterre prête à baisser son taux d'intérêt    Les activités de Google en matière de santé suscitent des inquiétudes aux Etats-Unis    Insolite : Dispositif anti-oubli de bébé    Driss Guerraoui : « Mettre les politiques de la concurrence au service de la démocratie économique »    La Libye veut s'inspirer de l'expérience pionnière du Maroc en matière de développement de l'investissement    Autorisations accordées aux salariés étrangers : Il y a chiffres et chiffres    Emmanuel Dupuy : Les Etats prennent conscience de l'enjeu stratégique d'Internet    Divers    Participation marocaine au Forum de Paris sur la paix    David Villa prend sa retraite    Tottenham intéressé par Hakim Ziyech    La réponse du berger à la bergère : La FRMSS n'y va pas avec le dos de la cuillère    Driss Lachguar et Habib El Malki rendent visite à Mohamed Lahbabi    Divers Economie    Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche    Le vapotage n'est pas sans risque pour le système cardiovasculaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Claudia Wiedey : Le cinéma, un vecteur important pour le renforcement du dialogue entre les sociétés    "Cinéma et opérette", thème de la 9ème édition des Journées cinématographiques des Doukkala    Diplomatie culinaire : Des saveurs péruviennes au menu…    Après enquête, le CNDH dément les allégations de certains détenus du Hirak    Destitution de Trump: Les auditions publiques commencent, la bataille s'intensifie    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Cameroun : Wafa Assurance finalise l'acquisition de 65% du capital de Pro Assur SA    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'administration marocaine est un réel handicap pour le développement
Publié dans Jeunes du Maroc le 05 - 06 - 2007

Tout le monde est d'accord sur le fait que l'administration marocaine est un obstacle au développement économique : elle ne fait qu'aggraver la situation sociale qui est déjà encombrée. Elle fait peur aux investisseurs nationaux et internationaux. Elle démotive les jeunes marocains quand ils veulent légaliser au moins un document. Elle participe énormément au gaspillage du budget étatique, vu l'absence de la conscience professionnelle et de sentiment d'appartenance à la nation mère, dont l'aboutissement est le sous-développement.
On sait ce qu'on veut mais on n'arrive pas le réaliser vu le manque d'expérience, on a les moyens et les ressources mais lorsqu'on entre dans les détails, on voit les hypocrites se manifester sans arrêt et se disputer pour en tirer les meilleurs profits. On se demande parfois si l'Etat participe effectivement dans cette anarchie et dans la prolifération des idées stressantes au sein des milieux juvéniles ? Lorsque l'on voit qu'il n'y pas de contrôle permanent de la part de ceux qui se nomment autorités locales, on se dit que tout est planifié pour ralentir le processus économique du Maroc.
En fait, on peut dire que le staff de l'administration marocaine est une gamme de paresseux vu leurs actes vis-à-vis des citoyens :
mauvais accueil (violences verbale, physiques)
perte du temps
Absence de communication
Ralentissement des procédures administratives et fiscales
Corruption
Cherté des dossiers (beaucoup de timbres au détriment des pauvres)
Selon vous : Quelle est la solution pour remédier aux dérapages de l'administration ? Je ne crains que cela soit irréalisable, le changement est une étape difficile, mais espérons un changement positif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.