L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée Internationale de la femme
Publié dans Jeunes du Maroc le 07 - 03 - 2008

Le 8 mars célèbre le droit des femmes. Cette journée permet de rappeler les victoires acquises dans la lutte pour l'égalité, mais elle est surtout un moment de réflexion sur la condition féminine de part le monde ; un moment de convivialité et d'échanges. L'institut français de Rabat donne à sa manière la parole aux femmes venant d'horizons diverses et appartenant à différents secteurs culturels.
8 mars – Dès 15h00 – Médiathèque Institut Français de Rabat
15h00 - Warda Saddoudi, Vice-Présidente du mouvement “Ni Putes ni Soumises“
Française née de parents d'origine algérienne, Warda Saddoudi est depuis 2004 Présidente du comité Ni putes Ni soumises de Fontenay sous Bois, Membre du bureau national du mouvement Ni putes Ni soumises et depuis 2006 Vice-Présidente du mouvement. Cette militante menue et souriante intervient dans les écoles, dans les cités pour changer les mentalités et inculquer le respect mutuel.
« Ni Putes, Ni Soumises », est un mouvement mixte et populaire crée dans la continuité de la "Marche des femmes contre les ghettos et pour l'égalité" qui a eu lieu du 1er Février au 8 mars 2003 à travers la France. Pendant cinq semaines, dans 23 villes étapes de France, cinq filles et deux garçons issus des quartiers ont alerté l'opinion et les pouvoirs publics sur la condition de vie des filles et des femmes victimes de la loi de la cité.
15h30 - Leila Rhiwi, Coordinatrice Maghreb du Programme Droits Humains des Femmes, UNIFEM
Cette enseignante marocaine est de tous les combats du mouvement associatif. Elle a présidé de 1998 à 2003 l'Association Démocratique des Femmes du Maroc et s'est engagée auprès du Collectif 95 Maghreb Égalité dès sa création, en 1992. En 2000, elle figure parmi les fondateurs du Printemps de l'égalité, un réseau d'associations constitué pour promouvoir la réforme du code de la famille. Au sein de ce collectif qui s'est constitué en même temps que la commission pour la révision de la Moudawana, elle avait la tâche la plus lourde : faire en sorte que les associations réunies pour le même objectif continuent à l'être. Elle est actuellement coordonatrice Maghreb du Programme des Droits Humains des Femmes des Nations Unies.
16h00 - Rencontre avec Touria Oulehri, écrivain
Touria Oulehri est agrégée de Lettres à Meknès. Elle a publié plusieurs articles de critique littéraire notamment sur la littérature du XVIème siècle qu'elle a enseigné à l'agrégation pendant quelques années. Elle est licenciée en Droit public, docteur en littérature française et agrégée de Lettres françaises. Après son roman “La Répudiée“ (2001) et “La Chambre des nuits blanches“ (2002), Touria Oulehri vient de publier “Les Conspirateurs“ sont parmi nous (Ed. Marsam, 2006).
16h30 - Rencontre avec Amal Ayouch, comédienne
Amal Ayouch présentera l'ouvrage Violenscène publié par les éditions Aïni Bennaï, avec le soutien de l'Institut français de Rabat et le Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade de France au Maroc. Ce livre est construit autour de témoignages recueillis auprès de jeunes filles mères célibataires par Amal Ayouch au sein de l'association Solidarité Féminine et d'une adaptation dramatique d'Abdelmajid El Haouasse. Seront lus des fragments des témoignages de Lakbira, Houria et Milouda. Amal Ayouch lira également des passages du roman-théâtre d'Elsa Solal « L'autre guerre » en préfiguration de l'accueil du spectacle qui en est issu et sera programmé à Rabat le 25 novembre prochain. Elsa Solal est également l'auteure de « Armor », Lanzman 1996 ; « Dis la vie comment ça marche - Peurs », Les Cahiers de l'égaré, 1999 ; « Démons aux Anges » Les solitaires intempestifs, 2001 ; « Il était le monde », Dapper, 2001.
17h00 - Myriam Mihindou, artiste plasticienne
« Dar » (maison) 2003/2007 : Vidéo réalisée à Alexandrie, Egypte
Son univers est limité à une fenêtre et une télévision qui anesthésie son esprit de mère. Elle assimile sa vie à ces acteurs de séries télévisées. Confinée dans ce macrocosme aliénant, sans travail, sans sortie, elle alterne mobilité/immobilité par cet acte de marcher. Elle communique par des morceaux de corps, une main, un œil, une oreille. Eros est partout sauf dans son corps exempt de désir. Dans cette société patriarcale, effacée, pixélisée, démolie, Gloria n'a pas la chance de mourir. Le mythe du harem, du monastère doit-il perdurer ? Pour casser ces inégalités, il faut résister en produisant des oeuvres et substituer un rapport de force en un discours cohérent. Myriam Mihindou, artiste franco-gabonaise, sculpteur, vidéaste et photographe. Elle déploie une expérimentation cognitive de l'altérité. Son travail se forme dans une esthétique de l'éthique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.