Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La tentation qui "purifiera" le mouvement de Yassine : Al Adl Wal Ihsane en parti politique !
Publié dans La Gazette du Maroc le 18 - 06 - 2007

La question a fait le tour des chancelleries : la jamaâ de Yassine acceptera-t-elle de devenir un parti politique, et faire ainsi partie du champs politique marocain ? Aucune réponse, à ce jour du moins, de la part des voix autorisées. D'habitude promptes à récuser toute insinuation du genre, les têtes pensantes sont restées coï ! Bon signe ?
C'est la chaîne satellitaire qatarie «Aljazeera», qui en a donné toute l'ampleur : la jamaâ de Cheikh Yassine a été invitée par un membre du gouvernement à «s'instituer en parti politique comme les autres». En d'autres termes, renoncer au boycott de la vie politique légale et, partant, former un parti. A l'image du PJD ? La recette avait réussi, la revisiter ne serait pas un simple coup d'épée dans l'eau, serait-on tenté d'argumenter ! Pourtant, quels sont les «signes» et les faits qui militent pour une telle éventualité ?
Publiquement, la jamaâ, opte pour un «no comment» révélateur.
Il est à noter que l'appel de Mohammed Elyazghi, ministre de l'Environnement dans l'actuelle équipe, publié sur les colonnes de notre confrère ALM, a coïncidé avec un nouvel épisode de «frictions mutuellement échangées», entre autorités publiques et jamaâ. Il risquait de passer inaperçu ! Chose qui n'a pas eu lieu : force donc est de constater que la chaîne n'avait pas tort de donner tant d'importance à l'événement. D'ailleurs, un débat en live, parfois houleux, a eu lieu à ce sujet. La question, néanmoins : que fera réellement Al Adl Wal Ihsane ?
Faute de réplique «substantielle», on a eu droit à des «articles écrits» essentiellement par la jeunesse de la jamaâ, notamment par Hassan Benrabih et Omar Aherchane. Tous deux responsables nationaux de la Chabiba adlie. Ils sont montés au créneau pour «décliner» totalement et vertement l'invitation. Faut-il pour autant y déceler une «quelconque volonté de minimiser la proposition» ? La réponse par rhétorique : deux jeunes loups qui se hâtent de ricaner, c'est la moitié vide du verre. Et la moitié pleine ? C'est justement le silence des décideurs.
Ceux-là savent, mieux que quiconque, que la jamaâ, sortie affaiblie d'un bras de fer qui n'a pas été en sa faveur, est à même, sinon prête à reconsidérer autrement sa situation. Et donc «revoir à la baisse ses revendications». Son agenda politique, dans une situation de porte à faux, ne peut tolérér de risquer d'essouffler davantage le mouvement, que d'entamer la combativité de l'Etat. D'autant plus que les signes d'isolement deviennent de plus en plus apparents : Isolé et en confrontation continue avec l'Etat, le mouvement ne peut souffrir autant d'anathèmes, et de lignes de réfraction. Islamistes, nationalistes, gauchistes refuzniks et légalistes à la fois, personne ne côtoie les amis du cheikh. Les appels, de plus en plus fréquents à un modus vivendi politique, sont restés lettre morte. Un exemple des plus infligeants : l'adresse directe du MUR de Mohammed Hamdaoui, celui la même qui a succédé à Ahmed Raissouni, au mouvement yassiniste.
Analyse
Janvier 2006, l'année même des prédictions adlies, le MUR adresse une lettre ouverte à Al Adl Wal Ihsane, pour stigmatiser ses dérives de 2006. Le Mouvement, berceau théologique du PJD y a officialisé les différences qui séparent les deux tendances de l'islamisme marocain. Il y était question de «La vague des rêves prémonitoires (Moubachirates) et autres visions prophétiques» qui risquent «d'impacter négativement, et sur la Daâwa, et politiquement et médiatiquement» sur la mouvance islamiste. Depuis le temps, rares sont les moments politiques ou autres, où on entend parler de rapport MUR-Adl. Au niveau politique : rien ne semble aller entre le PJD et les amis de Yassine.
D'ailleurs, la variante adlie est à tenir en compte dans toute analyse, le cas échéant. Et pour cause : le modèle, politiquement réussi des frères ayant cédé à la tentation du parti, «pèserait certainement sur l'évolution de la jamaâ»; note Mohammed Tozy. Pour le politologue, il y a une évolution qui forge le destin de tout groupe politique. Et la jamaâ ne dérogera pas à la règle. En 1999, la Jamaâ avait mis en place des «cercles politiques» destinés justement à initier ses élites, au fonctionnement politique. Résultats: deux «ailes» cohabitent au sein de la jamaâ. L'une politique et l'autre mystique. Selon Mohamed Tozy, avec la fin inéluctable du Cheikh, la dualité finira par disparaître, et ce, «au profit du politique». En est-on là ?
Une chose est sûre, la jamaâ est consciente de sa force politique. Comme en témoignent les propos de Abdelouahed Moutawakkil, le secrétaire des cercles politiques.
Réponse : «notre force politique est effective et réelle, et nous n'avons nullement besoin d'exercer une quelconque pression pour être reconnus. Et d'ajouter : «nous n'avons jamais cessé de donner conseil, tantôt implicitement et tantôt explicitement».
Autre leader, même connotation. Le porte-parole, Fathallah Arsalane, a déclaré : «venez, gauche, droite et islamistes et tous ceux qui aiment ce pays, et qu'on discute ensemble pour produire une charte à soumettre au vote du peuple». Une procédure «politique», donc ! Elle prendra tout son sens dans le contexte de l'après-11 mai. Sa conclusion : «la nécessité d'ouvrir les portes à tous et donner sa chance à tout le monde». Précisément encore : «lever l'embargo en vigueur contre tout le monde» afin de donner sa chance à tous !
Que fera l'Etat, donc ? Attendre !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.