Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Al Adl Wal Ihssane : Passivité ou incapacité ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 07 - 2002

Al Adl Wal Ihssane est la Jamaâ qui tient à rester en dehors du processus démocratique actuellement en cours d'édification dans notre pays. Pourquoi ?
La position de la Jamaâ du cheikh Abdessalam Yassine est connue. Ce groupe n'a jamais senti une volonté réelle du changement, comme l'explique clairement Abdelwahed Moutawakkil, secrétaire général du cercle politique d'Al Adl Wal Ihssane. «S'il existait vraiment une volonté de changement, nous aurions perçu des signes annonciateurs. Or la seule chose que l'on constate est un effritement de la scène politique, tandis que la réalité reste toujours la même que lors de l'ère précédente» note-t-il. Et d'ajouter «Il ne s'agit pas simplement de déclarations dont nous en avons assez, la transition se fait avec des actes concrets. Jusque-là, nous n'avons rien vu de crédible». en principe, ce genre de position implique une disposition d'une ou de plusieurs propositions alternatives. Ce qui n'est pas le cas avec les adeptes du cheikh Yassine.
Selon M. Moutawakkil, la crise que connaît le Maroc est très profonde avec de multiples facettes, d'où la nécessité d'une approche globale de la situation politique actuelle. «Nous avons appelé à un pacte englobant tous les intervenants en vue d'instaurer une étape nouvelle. Nous ne prétendons pas avoir la solution à nous seuls, ou qui que ce soit d'autre d'ailleurs. Elle ne peut émaner que grâce au concours de toutes les forces vives du pays, et ce à travers une approche particulière; Sans cette dernière, aucun programme politique –s'il en existe- ne pourrait aboutir» argue-t-il. Une piètre consolation pour certains observateurs et une fuite en avant pour d'autres. Que faire alors ? Soumettre l'action politique à une rigueur géométrique? Considérer qu'un pacte politique constituerait indéniablement un aboutissement logique, même si cette logique semble illogique ? D'où sortirait cette idée mirifique qui aboutirait vers un miracle ?
Dans ce genre d'histoire, on sait rarement à temps la bonne réponse. Toujours est-il que le point de vue de la Jamaâ est de moins en moins convaincant. Les prémices de l'opposition à ce point de vue commençaient à se faire sentir pour s'arrêter quelque temps après la mort de feu Mohamed Bachiri, un ex-membre de la Jamaâ devenu un farouche opposant des thèses yassiniennes. Il y a juste quelques années, le destin de la Jamaâ aurait pu prendre une autre tournure.
Sous la surface tranquille de la «Mechiakha »triomphante, grouillait en réalité tout un réseau d'opposition. Mohamed Bachiri n'était pas le seul à contester la dominance sans limites du cheikh Yassine. D ‘autant plus que la disparition de ce dernier risque de semer la pagaille dans les rangs d'Al Adl Wal Ihssane. Aucun des dauphins du vieux cheikh ne dispose de son charisme acquis après des années de sorties rocambolesques dues à des actes individuels (publications, lettres, prison, résidence sous surveillance, appel à la non-violence etc). La position de la Jamaâ -considérée passive par les observateurs - semble ne pas prendre compte des aspirations du peuple marocain qui réclame la démocratie à cor et à cri. A moins que ces islamistes refusniks adoptent l'adage qui préconise que les combats importants se font rarement sur le champ de bataille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.