Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palmeraie de Figuig, point vert en plein désert : 650 ha menacés
Publié dans La Gazette du Maroc le 25 - 07 - 2008

La gazelle, fierté des tribus locales, a complètement disparu; les chameaux se font de plus en plus rares mais il y a pire que ces pertes. La palmeraie de Figuig, précieux point vert en plein désert, est sérieusement menacée de disparition.
Sous l'effet d'une sécheresse récurrente et à cause d'un rabattement important de la nappe, l'oasis de Figuig connaît une dégradation très avancée au point que des cultivateurs ont abandonné leurs terres. Cette dégradation concerne aussi les ressources agropastorales et les cultures sous-jacentes de la province
Pourtant, cette palmeraie, chef d'œuvre ancestral, a toujours constitué une destination de prédilection des caravaniers qui traversaient le désert et de touristes en quête de repos et de quiétude et continue de faire l'objet d'une attention particulière de la part des figuiguis et des pouvoirs publics. Consciente de la menace et de ses impacts socio économiques sur les populations locales, la direction régionale de l'agriculture de Figuig-Bouarfa a mené de nombreuses actions pour surmonter les défis qu'affronte cette palmeraie, riche de 140.000 pieds de palmiers dattiers dont Aziza, produit terroir à labelliser, est connue pour son goût, sa saveur et ses qualités nutritives. Dans le cadre de sauvegarde de l'oasis, le réseau hydro agricole a bénéficié d'importants travaux d'aménagement au profit de la petite et moyenne hydraulique. Par ailleurs, des murs de protection ont été construits pour protéger la palmeraie contre les inondations en période de crues. D'autres actions ont permis de réhabiliter le réseau d'irrigation et le projet Kfw en cours d'exécution en l'exemple. Mais le projet qui a redonné plus d'espoir aux cultivateurs, est celui de mise en valeur du périmètre Barkouks. Celui-ci, une fois fonctionnel a été remis, clés en main, à une association locale, Amal Al Waha, qui est parvenue à des résultats encourageants. Malgré l'importance des projets réalisés, les résultats escomptés n'ont été atteints que partiellement et la menace plane toujours sur cette oasis, importantes sources de revenus pour des centaines de familles. Au fait, la valeur marchande de la production -dattes- varie, selon la DPA de Figuig, entre 50.000 à 62.000 DH l'hectare.
Préservation et la sauvegarde de l'oasis
Aussi, pour sauvegarder la palmeraie et développer une véritable agriculture oasienne, les pouvoirs publics ont programmé le projet de construction du barrage SFISIF sur oued Zouzfana. Ce projet dont les travaux viennent d'être lancés récemment avec un échéancier de 12 mois, a été co-financé par les ministères de l'Intérieur et de l'Agriculture et la pêche maritime à hauteur respective de 120 millions de DH pour la réalisation des gros œuvres (barrage) et 100 millions de DH pour la construction d'une conduite d'eau souterraine de 45 KM de long. Selon le directeur régional d'agriculture de Figuig, le barrage SFISI a pour but essentiel la préservation et la sauvegarde de l'oasis mais le projet prévoit aussi une extension de la palmeraie de 600 HA. Au fait, souligne le directeur, grâce à une capacité de stockage de 20 millions de mètres cubes, le barrage permettra de régulariser un débit de 8 millions de mètres cubes par an. De fait, les apports supplémentaires en eau permettront et la récupération des terres dégradées et abandonnées et de desservir les nouvelles extensions (600 ha), pourvu que cette ressource hydrique soit valorisée au niveau de sa collecte et de son utilisation. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.