Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question sociale au Maroc : Un rapport accablant
Publié dans La Gazette du Maroc le 01 - 05 - 2009

L'initiative de la REMAPP (Revue marocaine des politiques publiques), en partenariat avec la Fondation germanique Friedrich Newmann a comblé un vide en matière de données élaborées et de connaissances approfondies sur la question sociale au Maroc.
Face aux déficits sociaux accrus, leur plaidoyer ne doit pas laisser indifférents pouvoirs publics, syndicats, partis politiques et acteurs
de la société civile.
L'impressionnant nouveau site de la bibliothèque nationale, le plus grand d'Afrique assure-t-on, en espérant qu'il soit aussi riche en contenus documentaires, a abrité, le vendredi 24 avril, un intéressant débat autour de la problématique sociale dans le Royaume qui a été codifiée en un ouvrage intitulé «Le Maroc social : Rapport annuel sur les politiques sociales». L'occasion était d'autant plus intéressante qu'il s'agit dans le cas d'espèce, de la première production du genre riche en enseignements et se voulant à la fois exhaustive et critique. A ce propos, dira le ministre Jamal Rhmani débarqué en cours de débat pour être accouru de Casablanca afin de ne pas manquer ce rendez-vous, « Le rapport sur le Maroc social est une réalisation très importante, inédite dans les annales dont les indicateurs sociaux gagneraient à être complétés et interprétés par les académiciens et chercheurs et doivent servir à l'éclairage des décideurs ».
Compétences et convergence
Les animateurs de la table ronde se sont accordés à s'interroger sur l'existence d'une politique sociale dans le Royaume pour s'entendre, tout autant, en y répondant par la négative. Ce à quoi répliqua immédiatement le ministre socialiste : «Le vrai problème aujourd'hui est la stratégie intégrée de gestion des ressources humaines, et non celle des politiques publiques, car elle requiert la convergence de tous les acteurs et intervenants». Avant d'épingler au chapitre de la qualification des ressources humaines des carences traduites par le constat que «certains certificats de formation professionnelle ne sont valables ni dans le secteur public, ni dans le privé, sinon nous aurons une qualité de service public qui tire vers le bas».
A propos de convergence, le professeur universitaire Lahcen Haddad s'est montré catégorique en soulignant l'inexistence de coordination entre les politiques publiques et les programmes sociaux nationaux et sectoriels.
«C'est toujours à posteriori que les problèmes de convergence sont évoqués et jamais à priori», dira-t-il. Autre tare énorme épinglée par Haddad, «les modes de gouvernance en matière de gestion des politiques publiques ne sont jamais concrètement appréhendés et mis en œuvre, à telle enseigne que l'on ignore qui est responsable de quoi et qui doit s'occuper de quoi».
L'intérêt de pareille réunion se concrétisait dans un rassemblement d'acteurs institutionnels, académiques, syndicalistes, associations et partisans, qui ont eu le mérite de donner un regard croisé sur la crise sociale qui sévit dans le pays en termes de pauvreté, de précarité et affectant les catégories de la jeunesse, des enfants abandonnés, des émigrés clandestins, des femmes en difficulté, des chômeurs et autres. Le constat général tournait autour d'un consensus sur l'aggravation des déficits sociaux et l'inefficacité des politiques publiques pour y remédier. Comme cette réflexion qui donne à méditer du syndicaliste Abdelkader Azrie :
«l'INDH n'est qu'un prolongement de l'Entraide nationale, sinon pourquoi en avoir confier les rênes au ministère de l'Intérieur au lieu d'organismes mieux indiqués, à l'instar de l'Agence pour le développement social ‘ADS).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.