Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oujda: La microfinance au cœur du débat
Publié dans La Gazette du Maroc le 01 - 05 - 2009

«Cadre théorique de la microfinance» et «Expériences nationales et régionales de la microfinance», ont constitué les principaux axes autour desquels se sont articulés les travaux de la journée d'étude organisée par les départements des sciences économiques et des sciences de gestion de la faculté de Droit d'Oujda, en collaboration avec le Laboratoire d'Etudes et de Recherches Internationales.
Cette journée a pour but de débattre et de traiter la problématique de la microfinance sous différents angles. De fait, des intervenants ont mis en exergue l'importance du rôle de la microfinance dans le développement socioéconomique en tant qu'outil de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale. D'autres ont présenté les avantages et les inconvénients de cet outil de financement dédié aux pauvres non bancables ou mis en relief les performances réalisées par ce secteur depuis son lancement. En effet, avec un total de près de1,2 millions de clients actifs et un encours de 5803 millions de dirhams, le Maroc demeure le premier marché de la microfinance dans la région du MENA -Moyen Orient et Afrique du Nord-. D'autres ont surtout souligné la nécessité de financer les projets respectueux de l'environnement et d'accorder une grande attention aux femmes, notamment les rurales qui constituent la majorité des bénéficiaires de la microfinance à ne pas confondre avec le microcrédit, d'après des professionnels. Le succès est attribué au cadre légal et réglementaire, à la prédominance du secteur informel et à la forte demande de millions de citoyens pauvres qui ne peuvent accéder aux crédits bancaires. Nonobstant cette percée remarquable de la microfinance, plusieurs contraintes d'ordre juridique et institutionnel entravent le bon fonctionnement des institutions de microfinance marocaines et risquent de compromettre la santé de ce secteur, soulignent des professionnels. Mais la question qui a soulevé de vives controverses est celle concernant les taux d'intérêt appliqués aux clients. Si ces taux sont estimés par des universitaires très élevés pour des bénéficiaires démunis, les représentants d'associations de microfinance rétorquent que ces taux appliqués, même assez élevés, sont adaptés, et les justifient par l'absence d'un système de communication d'informations financières pour assurer une bonne gestion et par la procédure actuelle qui engendre un ratio des charges d'exploitation très élevées. Par ailleurs, poursuivent ces professionnels qui recommandent la création d'une centrale de risques et la mise en place de règles concurrentielles statuées, les créances en souffrance sont généralement dues à l'aspect associatif des IMF qui laisse les clients «bénéficiaires» croire qu'ils ne sont pas contraints de rembourser l'argent emprunté. Au terme de ses travaux et eu égard à l'intérêt suscité, le doyen de la faculté de droit a déclaré qu'un colloque sur la microfinance, de grande envergure, sera bientôt organisé.  ■

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.