Un gouvernement tripartite et une opposition hétéroclite?    Omar Moro à la tête du conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Nabila Rmili élue maire de Casablanca, le PJD out !    L'USFP veut participer à la formation du prochain gouvernement    Session extraordinaire du conseil national du PJD : intenable discours victimaire    Le Maroc reçoit des drones réservés à la lutte contre les flux migratoires et contre le trafic de drogue    Edito : Digital décisif    Comment le digital a transformé la campagne électorale    Idriss Bensmail quitte la BMCI    Rencontres Digitales : PortNet organise un évènement le 29 Septembre    Le gouvernement Ethiopien et l'OCP scellent un accord pour l'implémentation d'un projet d'engrais à dire DAWA    Solutions de paiement innovantes : CIH Bank et Mastercard s'allient    Résultats semestriels : Wafa Assurance confirme la solidité de ses fondamentaux    Promotion immobilière : Une nouvelle demande en maisons individuelles    Bilan de l'AIEA sous la présidence du Maroc : plusieurs résolutions approuvées    Eau et électricité : 3 mois aux distributeurs pour se conformer    Volcan en éruption aux Canaries : évacuation massive de la population locale    Deux militaires tués dans une collision de deux hélicoptères à l'est de la Libye    Russie : au moins huit morts après une fusillade dans une université    L'Australie «n'a pas à prouver» son attachement à la France, selon le vice-premier ministre du pays    Secousse tellurique de 3,9 degrés au large de la province de Driouch    Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO    Botola: le Wydad bat le RCOZ (VIDEO)    Le calvaire du Onze national à Conakry    La situation épidémiologique au Maroc s'est améliorée, selon un expert    Classement Times Higher Education 2022: Les universités marocaines se distinguent    ONDA : Plus de 372.000 passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août à l' aéroport Tanger Ibn Battouta    Un virus avec qui il faut vivre    Afrique du Sud : une importante quantité d'héroïne pure saisie à Durban    Le Maroc reçoit 115 mille doses du vaccin « Astrazeneca »    Accusés de corruption et d'extorsion : Deux policiers épinglés à Kénitra    Tanger Med : Saisie de sommes importantes en dirhams et en devises    Immersion dans l'univers onirique lumineux de Mounia Amor à Casablanca    Soutien à la création artistique : L'IF lance la 2ème édition de l'appel à projets    Essaouira, symbole du renouveau politique !    VTT: le "Titan Desert MTB Marathon", du 10 au 15 octobre au Maroc    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hajja Hamdaouia Blues memories
Publié dans La Gazette du Maroc le 20 - 06 - 2005

En marge du festival de Casablanca
Un nom. Plus, une légende vivante. De sa voix inimitable, le " bendir " à la main, Hajja Hamdaouia a enchanté des générations de mélomanes. Celle qu'on surnomme " l'Edith Piaf du Maroc " est l'une des figures emblématiques de la Pop marocaine.
“On m'appelle l'Oriental, musique arabe et espagnole, Hajja Hamdaouia r'ddatni mahboul ", (elle m'a rendu fou). C'est en chanson que Salim Halali présentait à son public celle qu'il appelait affectueusement " benti " ( ma fille), sa nouvelle trouvaille, sa coqueluche . C'était dans les années cinquante, au Coq d'Or, prestigieux cabaret que le chanteur de charme a installé en 1949 dans l'ancienne Médina de Casablanca. A son évocation, Hajja Hamdaouia a toujours une chaude larme à l'œil.
" Salim est plus qu'un ami, c'est un frère. On a partagé le pain et le sel et il m'a tout appris : comment s'habiller avec des Caftans Elkhrib, comment se tenir sur scène, comment chanter, bref comment être respectable et respectée, enfin comment être fière de mon métier… "
C'est en 1930 que H.Hamdaouia a vu le jour à Derb Karloti, quartier populaire de Casablanca. Elle grandit au sein d'une famille dont le père est un invétéré mélomane.
Chérif, originaire du Sud, de Zagora, commerçant, si Larbi Mohamed invitait souvent, à la maison, les Chikhates et autres Abidat R'ma. Très jeune, elle rejoint la troupe théâtrale de Bachir Laâlej en compagnie des Bouchaïb Bidaoui, Ahmed Souiri, Lahbib Kadmiri, Mfaddel Lahrizi avant d'intégrer l ‘orchestre " Al Kawakib ", présidé par le maestro Maâti El Bidaoui qui fut le premier à découvrir les riches potentialités de sa voix. C'est dans ce contexte que Salim Halali lui fait appel pour interpréter, au fameux Coq d'Or, les mythiques morceaux Mersaouis, chers aux Bidaouis.
En 1953, elle compose " Waili ya chibani ", Aita se moquant de la vieille gueule de Ben Arafa, illégitime remplaçant du roi Mohammed V. Le morceau est devenu un tube que fredonnaient tous les Marocains. Il fut à l'origine de ses tracas avec les autorités coloniales, ce qui lui valut un bref séjour en prison. Dans une attestation, datée du 25 novembre 1977, émanant du cabinet royal et cosignée par le Haut Commissariat à la Résistance, Ahmed Bensouda, conseiller du roi Hassan II, évoque cet épisode de sa vie dans des termes élogieux. " La populaire et bien aimée Hajja Hamdaouia de Casablanca est une studieuse dame et une enthousiaste artiste. Elle s'est mobilisée et a mobilisé toutes ses potentialités artistiques, surtout après la déportation de feu Mohammed V, pour dénoncer l'occupation et participer, avec ses admirables morceaux, à exalter le sentiment nationaliste ".
Elle s'exile à Paris où elle décroche un contrat de travail au cabaret Morocco, chez Maximes, à Saint -Paul grâce à un nationaliste. Dans la ville- lumière, elle retrouve Ahmed Jabrane et Mohamed Fouiteh à qui elle emprunte et chante " Aw maloulou " et se lie d'amitié avec les grands chanteurs et musiciens orientaux et maghrébins, les Raoul Journo, Ali Riahi, Maurice Mimoun, Samy Elmaghribi, Albert Souissa, Jirari et autres Hadi Jouini, auteur du mémorable " ya rraih ". En leur compagnie, elle se produit dans les cabarets arabes de la capitale, Al Jazair, fondé par Mohamed Iguerbouchen rue de la Huchette, Le Koutoubia, rue des Ecoles, La Kasbah, rue Saint-André- des -Arts, Layali Loubnan (les Nuits du Liban) et le Tam-Tam dont le propriétaire n'est autre que le père de sa copine Warda Al Jazairia. Bénéfique escale ayant enrichi son répertoire. Elle ne rentre au pays qu'avec le retour du Roi et ne cesse depuis de régner sur la scène de la Aita Pop. Radios, télé, fêtes intimes, publiques ou nationales, Hamdaouia est sur tous les fronts. Et le fameux " Mnin ana ou mnin n 'ta ", interprété avec l'orchestre national, est sur toutes les lèvres.
Des années plus tard, elle retrouve Paris pour s'y produire à la Mutualité, à l'Olympia, à Bercy, au Zénith et à l'Institut du Monde Arabe .
Des tournées suivirent un peu partout en France, avec un concert en compagnie de celui qu'elle appelle " mon fils ", cheb Khaled et un autre avec l'autre grande dame de la chanson maghrébine, cheikha Remiti, en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. A Montréal, elle se produisait dans un restaurant marocain clôturant ses récitals par des " thank you bab Marrakech ", subtil clin d'œil aux convives, en délire, dans leur majorité des juifs originaires de Casablanca.
Sa trajectoire, ses chansons avec allusions fines et coquines, ont fait d'elle, comme le note Rabah Mezzouane, " la figure emblématique qui permit aux femmes de retrouver la parole "… De Salim Halali, qu'elle accompagna à Tanger, au Koutoubia Palace, aux prestigieuses réceptions et somptueux mariages, ainsi qu'au cours d'un mémorable concert au Palais des Congrès à Paris, elle sauvegarde et chante les Mawals et le refrain tunisien " yalli nssiti khalek ". L'interprétation de sa chanson, " Ma yiddishe mama " dans le film " Retrouver Oulad Moumen " d'Iza Génini, fut émouvante. C'est en nous la fredonnant qu'elle évoque sa dernière visite au maître dans sa retraite niçoise… On ne se lasse pas d'écouter celle que le poète Hassan Nejmi qualifie de " livre ouvert de la mémoire ". Elle conclut notre intime et nostalgique conversation par un : " Ah ! Le Coq d'Or et Salim, une époque bénie, Khssara à jamais révolue ". Et une autre chaude larme coula sur sa joue…
discographie
Refrains de la mémoire
" Mama hyiani ", " Ayamna ", " Al aar,al aar ", " Salba, salba ", " Jilali bouya " … sont quelques uns des dizaines de refrains que retient et fredonne la mémoire collective nationale . Dès l'âge de dix-sept ans, H.Hamdaouia a entamé sa carrière par un riche et varié répertoire . Des morceaux aux sujets religieux, nationaux, de société ou d'amour courtois et osés. A l'instar d'un Houssein Slaoui, Bouchaïb Bidaoui ou Jacob Botbol, elle participa à " l'urbanisation "du chant rural des terroirs atlantiques, Al Aita ou le blues des plaines.Spécialiste du Mersaoui dont elle a créé de nouvelles orchestrations , notamment pour "Laghzal " et " " Alhaddaouiat ", elle excelle dans le Mawal gharnati, les chansons algériennes et tunisiennes, le judéo-arabe, utilise des formes rythmiques et des mots Amazigh et se permet même de brèves incursions dans le flamenco avec des " Chica, chica…olé ! ".
Son premier album est enregistré - avant B. Bidaoui - chez Boussiphone à Casablanca .Que ce soit au Maroc, en Algérie, en Tunisie ou en France, les sociétés de production et de distribution s'arrachent ses faveurs , les Pathé Marconi, Casaphone et autre Tichkaphone .Aujourd'hui ses airs sont repris à travers le monde arabe par les nouvelles générations. " Hak a dada ", l'un de ses célèbres morceaux, n'a-t-il pas fait le bonheur de la génération clip et la fortune d'un khaliji, Nabil Chouail ?!
A plus de soixante-dix ans, elle concocte un album avec Oulad Bouazzaoui, jeunes gardiens zélés de la tradition Marsaoui, et reçoit la proposition d'accompagner à Paris , au Bendir et au chant, un groupe franco-allemand dans un arrangement World Music de sa " Hadra " ! Belle et originale manière de transgresser les frontières des genres et des pays…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.