Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Festival de Casablanca : Une soirée très animée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 07 - 2005

L'affluence risque d'atteindre des sommets ce soir sur les scènes de Casablanca. Le déplacement s'impose, à l'invite du chaâbi, du raï et de la chanson amazighe. Une soirée grand public est au rendez-vous, elle se déroulera sur différents podiums du Festival.
Ce jeudi soir, les trois scènes du Festival de Casablanca ont accordé leurs violons pour abriter des soirées grand public. De Sidi Bernoussi à El Hank, en passant par la Place Rachidi, la musique populaire vaudra le détour. Du chaâbi avec Hajja Hamdaouia (scène Rachidi, 21 heures), de l'aïta mersaouia avec Ouled Bouazzaoui (scène El Hank, 22 heures), du raï algérien avec Cheïkha Rimiti et Cheb Bilal (Place Rachidi, 22H15, et Sidi Bernoussi, 22H45) … Raïssa Tachinouite, vedette de la chanson amazighe, sera également attendue sur la scène d'El Hank à 23H15.
Avec ce plateau, la chaleur risque d'affoler le mercure ce soir.
Maintenant, est-il besoin de présenter ce plateau ?
Pour commencer, place à un hommage aux artistes issus de la Chaouia. Hajja Hamdaouia, en dépit de ses 80 ans, reste la voix vive d'un mode musical traditionnel qui est né et s'est développé dans les régions de Casablanca : l'aïta mersaouia. Apparue dès les années 50 du siècle précédent, cette grande dame du mersaoui, dont l'appellation renvoie à la «mersa» (port de Casablanca), a le mérite d'avoir modernisé cette musique pour en faire un genre à part entière. Si cette artiste a pris son point de départ à Casablanca, sa notoriété n'a d'égale que les frontières de tout le Maroc. Cette notoriété atteindra son point culminant dans les années soixante-dix. Inspirée du patrimoine lyrique de la Chaouia, elle s'est évertuée à le remettre au goût du jour. On pense, entre autres chansons, à «El Alwa » (dédiée à un lieu de pèlerinage situé dans la région de Ben Ahmed). L'apport de Hajja Hamdaouia est d'avoir accéléré le rythme de cette chanson, conformément au goût d'une jeunesse assoiffée de danse. Dans le même registre, d'autres enfants de la Chaouia, en l'occurrence « Aoulad Bouazzaoui », seront à l'honneur. Les frères Bouazzaoui, chapeautés par Khalid (violoniste) et Salah (luthiste), font aujourd'hui autorité dans le «mersaoui». Fils de Cheïkh Bouazzaoui, l'un des grands maîtres de cet art qu'il a su préserver durant près de cinquante ans, les frères Bouazzaoui se présentent actuellement comme les héritiers de ce legs musical ancestral. Connus au Maroc, ils sont reconnus à l'étranger. Ils ont, entre autres manifestations, participé à l'Année du Maroc en France et se sont produits dans différentes régions du monde, dont l'Université de Washington (Etats-Unis).
Autre vedette marocaine, mais cette fois dans le registre de la chanson amazighe. Il s'agit d'Aïcha Tachinouite. Porte-voix de la chanson amazighe, cette artiste est appréciée par tous les Marocains. Son style, basé sur le chant mais aussi sur la danse, est prisé dans les quatre coins du Royaume.
L'Algérie, quant à elle, sera représentée par deux figures marquantes du raï : Cheïkha Rimiti et Cheb Bilal. Nous sommes certes face à deux styles différents, l'un étant traditionnel, l'autre, moderne. Cheïkha Rimiti, considérée comme l'une des pionnières du raï algérien, a inspiré plusieurs vedettes de ce style pop', notamment Cheb Khaled. Cheb Bilal, lui, a le mérite d'avoir innové le raï. Tout en préservant l'esprit du raï, il y a introduit une saveur soul à la Ray Charles. Il a ceci de plus qu'il a étudié la musique. Originaire de la région d'Alger et élevé à Oran, Cheb Bilal a fait le Conservatoire, ce qui lui a permis de se forger un style à part.
Comme Cheb Khaled, Mami ou encore Faudel, il a chanté à ses débuts dans les mariages et autres fêtes de famille. Arrivé à Marseille en 1989, il est devenu très populaire au sein de la communauté maghrébine résidant en France. Sollicité pour les fêtes, les concerts grand public aussi, ses albums sont également fort prisés. A présent, Cheb Bilal compte une soixantaine de cassettes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.