Taghazout Bay: des hôtels épinglés pour infractions urbanistiques    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Le classement des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Zamalek Vs Espérance de Tunis avec un arbitre marocain    Béni Mellal : arrestation d'un mineur ayant gravement blessé un conducteur par jets de pierre    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    De rupture en échec    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Botola Pro D1 : Le Wydad tombe à domicile, Berkane se contente du nul    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche au Maroc    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Casablanca: Ramid a pris la parole au SIEL    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Kristalina Georgieva: «Le Maroc doit maintenir l'effort de réforme»    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc, la Mafia pantagruélique
Publié dans Lakome le 20 - 11 - 2013

Dans le premier des considérants, qui la fonde, la charte universelle des droits de l'homme stipule que « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables, constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. »
Dès son préambule donc et en quelque mots, la charte en question, met en lumière l'un des piliers fondateurs de toute société humaine. C'est en reconnaissant à son alter ego, la même
dignité que l'on revendique pour soi-même, que l'on bâtit des sociétés justes et démocratiques.
A contrario, c'est en refusant à leurs populations toute dignité, que l'on ouvre la voie au despotisme et son cortège d'injustices, légitimant dès lors, comme le souligne le troisième considérant de la charte précitée que l'homme soit« contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression. »
/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:Arial; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}
Et que dire de ces frais de bouche qui engloutissent deux pour cent (2%) du budget de l'Etat après avoir fait l'objet d'une brutale augmentation de plus de cinquante-cinq pour cent (55%), en 2001. A croire que la disparition de Hassan II et l'accession au trône de Mohammed VI, aurait déclenché chez ce dernier, une fringale soudaine, confinant à une boulimie pantagruélique.
L'arène de la lâcheté
Une fois n'est pas coutume, une voix bien timide, celle du député du PJD,Abdelaziz Aftati, du PJD s'est élevée pour réclamer que des administrateurs viennent s'expliquer sur le montant de l'enveloppe pharaonique que le palais projetait de s'adjuger. Peine perdue, car comme ces vieux singes à qui l'on n'apprend plus à grimacer, nos parlementaires ont passé outre, ayant appris à discerner chez leurs pairs, leurs gesticulations pour la galerie. De simples faire-valoir qui font la façade démocratique du régime marocain.
Abdelaziz Aftati ne démissionnera donc pas de sa députation. Le terme démission ayant été banni du vocabulaire de nos hommes politiques. Le terme courage aussi, la scène politique marocaine ressemblant de plus en plus à une arène de la lâcheté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.