Brexit: Le divorce bientôt consommé    Yazid Aït Moujane présélectionné avec les Lionceaux U20    A l'ère du numérique, les métiers classiques séduisent toujours    CAN Futsal 2020 : Arrivée de la Délégation de la CAF à Layoune    Coupe de France: Rachid Alioui absent face à Rennes    Egypte : elle glisse dans l'espace bordant la voie ferrée, son père la sauve in extremis    Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    Le Roi Mohammed VI préside au lancement du « Programme intégré d'appui et de financement des entreprises »    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Congrès du PAM : le recours concernant les listes commence ce lundi    Année judiciaire 2020 : La dématérialisation des tribunaux, grande ambition de Mustafa Fares…    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Coupe de la CAF : La RSB cartonne et le HUSA assure l'essentiel    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Abderrahim El Hafidi réagit aux rumeurs sur la tarification de l'électricité    La performance hebdomadaire de la Bourse de Casablanca dans le vert    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    Divers    La DGAPR dément toutes les allégations de torture et de négligence médicale sur les détenus d'Al Hoceima    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Le Marocain Hicham Laqouahi remporte le 31è marathon international de Marrakech    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Groupe Addoha, de grandes ambitions au Ghana    Edito : Triste déballage    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La FMEJ conteste fermement le projet du Code de la presse
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 11 - 2015

La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son « rejet catégorique » des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Dans un communiqué final, publié à l'issue de sa 7ème Assemblée générale, qui s'est déroulée vendredi dernier à Casablanca, la FMEJ a précisé que ces régressions portent sur l'instauration de nouvelles sanctions qu'elle a qualifiées de « dangereuses », tel le retrait définitif de la carte de presse, la possibilité d'interdiction d'exercice de la profession pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans et l'interdiction de jouir des droits civiques et politiques, voire familiaux.
Il s'agit également d'une éventuelle interdiction de journaux avant même le début de leur procès, de la tentative de transformer le Conseil national de la presse en une instance de durcissement des peines judiciaires et l'insertion de la presse avec ses deux supports écrit et numérique « avec identifiant » dans le Code pénal pour la première fois dans l'histoire du Maroc, en qualifiant certains délits de presse de crimes de droit commun, outre l'omission d'une définition de la diffamation qui ne prend pas en compte le principe de bonne foi.
Selon le communiqué, d'autres régressions sont relevées dans le projet du Code de la presse, entre autres, l'atteinte à l'autonomie du Conseil national de la presse, en prévoyant la présence d'un représentant du gouvernement à ses réunions.
Ainsi, les membres de la FMEJ ont décidé de s'opposer au projet du Code de la presse par tous les moyens possibles, surtout qu'il a été procédé à l'introduction dudit Code dans la procédure législative avant même un consensus avec les professionnels, conformément au discours Royal de 2002, affirme la même source et ce, en totale contradiction avec les slogans de l'approche participative. Une telle situation remet en question la volonté d'opérer une véritable réforme en harmonie avec l'esprit de la Constitution de 2011, les standards internationaux en matière de liberté de la presse, l'autorégulation de la profession et les exigences de l'époque.
D'autre part, l'Assemblée générale de la FMEJ a exprimé son inquiétude vis-à-vis des difficultés grandissantes auxquelles fait face la presse (support écrit) au Maroc, dont la diminution de 23 à 17 pc de la part des deux supports écrit et numérique de la publicité et celle des ventes de journaux à cause de la lecture gratuite et de la crise mondiale.
En outre, la FMEJ s'est félicitée des efforts déployés en matière de subvention publique des journaux, tout en estimant que l'édification d'une presse forte, responsable et indépendante demeure tributaire de la viabilité d'une entreprise économique autonome.
Par ailleurs, la FMEJ a pris note des résultats de l'étude réalisée par le ministère de la Communication concernant la grille des salaires des journalistes, a rappelé le communiqué, estimant qu'ils sont « les plus élevés au niveau de notre région et des pays similaires ».
L'Assemblée générale a appelé ses organes à poursuivre les négociations relatives à une nouvelle Convention collective et à toutes les formes de renforcement des capacités des journalistes et de l'ensemble des employés des entreprises de presse écrite et électronique. Elle a également exhorté tous ses partenaires, dont les pouvoirs publics, les annonceurs, les sociétés de publicité, les distributeurs et les partenaires sociaux à prendre en compte les conditions difficiles du secteur de la presse au Maroc et à coopérer avec les éditeurs de journaux, au service de ce secteur vital pour la démocratie.
Lors de cette Assemblée générale, la FMEJ a élu ses instances: un président, un Conseil fédéral et un bureau exécutif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.