Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Elle fait l'actu : Marwah Rizqy, députée canadienne d'origine marocaine    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La FMEJ conteste fermement le projet du Code de la presse
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 11 - 2015

La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a exprimé son « rejet catégorique » des régressions contenues dans le projet du Code de la presse.
Dans un communiqué final, publié à l'issue de sa 7ème Assemblée générale, qui s'est déroulée vendredi dernier à Casablanca, la FMEJ a précisé que ces régressions portent sur l'instauration de nouvelles sanctions qu'elle a qualifiées de « dangereuses », tel le retrait définitif de la carte de presse, la possibilité d'interdiction d'exercice de la profession pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans et l'interdiction de jouir des droits civiques et politiques, voire familiaux.
Il s'agit également d'une éventuelle interdiction de journaux avant même le début de leur procès, de la tentative de transformer le Conseil national de la presse en une instance de durcissement des peines judiciaires et l'insertion de la presse avec ses deux supports écrit et numérique « avec identifiant » dans le Code pénal pour la première fois dans l'histoire du Maroc, en qualifiant certains délits de presse de crimes de droit commun, outre l'omission d'une définition de la diffamation qui ne prend pas en compte le principe de bonne foi.
Selon le communiqué, d'autres régressions sont relevées dans le projet du Code de la presse, entre autres, l'atteinte à l'autonomie du Conseil national de la presse, en prévoyant la présence d'un représentant du gouvernement à ses réunions.
Ainsi, les membres de la FMEJ ont décidé de s'opposer au projet du Code de la presse par tous les moyens possibles, surtout qu'il a été procédé à l'introduction dudit Code dans la procédure législative avant même un consensus avec les professionnels, conformément au discours Royal de 2002, affirme la même source et ce, en totale contradiction avec les slogans de l'approche participative. Une telle situation remet en question la volonté d'opérer une véritable réforme en harmonie avec l'esprit de la Constitution de 2011, les standards internationaux en matière de liberté de la presse, l'autorégulation de la profession et les exigences de l'époque.
D'autre part, l'Assemblée générale de la FMEJ a exprimé son inquiétude vis-à-vis des difficultés grandissantes auxquelles fait face la presse (support écrit) au Maroc, dont la diminution de 23 à 17 pc de la part des deux supports écrit et numérique de la publicité et celle des ventes de journaux à cause de la lecture gratuite et de la crise mondiale.
En outre, la FMEJ s'est félicitée des efforts déployés en matière de subvention publique des journaux, tout en estimant que l'édification d'une presse forte, responsable et indépendante demeure tributaire de la viabilité d'une entreprise économique autonome.
Par ailleurs, la FMEJ a pris note des résultats de l'étude réalisée par le ministère de la Communication concernant la grille des salaires des journalistes, a rappelé le communiqué, estimant qu'ils sont « les plus élevés au niveau de notre région et des pays similaires ».
L'Assemblée générale a appelé ses organes à poursuivre les négociations relatives à une nouvelle Convention collective et à toutes les formes de renforcement des capacités des journalistes et de l'ensemble des employés des entreprises de presse écrite et électronique. Elle a également exhorté tous ses partenaires, dont les pouvoirs publics, les annonceurs, les sociétés de publicité, les distributeurs et les partenaires sociaux à prendre en compte les conditions difficiles du secteur de la presse au Maroc et à coopérer avec les éditeurs de journaux, au service de ce secteur vital pour la démocratie.
Lors de cette Assemblée générale, la FMEJ a élu ses instances: un président, un Conseil fédéral et un bureau exécutif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.