Dakhla : un consulat général de Djibouti sera inauguré ce vendredi    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    Le Conseil de la concurrence se penche sur son inventaire de l'année 2019    Coronavirus / Maroc: le nombre de cas suspects en hausse    La DGAPR dément les allégations du proche d'un détenu dans le cadre des événements d'Al Hoceima au sujet de la grève de faim    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    Raja-Mazembe: à quelle heure et sur quelles chaînes ? (Champions League)    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    Le Maroc, est-il une nation moderniste?    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    Saham Assurance lancera deux nouvelles offres    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Coronavirus: de nouveaux cas confirmés en France    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    Mutandis réduit sa participation dans Immorente Invest    3ème édition du Forum Maroc – Iles du Pacifique : Mohcine Jazouli plaide pour une coopération renforcée    Hakim Ziyech s'offre une nouvelle villa aux Pays-Bas    Akhannouch présente au Conseil du gouvernement les principaux axes de la nouvelle stratégie agricole    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grâce aux efforts de la Chine, les GES stables pour la 3è année
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 11 - 2016

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) issues des énergies fossiles ont été stables pour la 3e année consécutive, un progrès inédit mais insuffisant pour contenir le réchauffement, souligne une étude parue lundi en marge de la conférence climat de l'ONU.
Cette « rupture claire » par rapport à la poussée des émissions constatée la décennie précédente, a été permise par la Chine, premier émetteur mondial, qui a réduit son recours au charbon, souligne le Global Carbon Project dans son 11e bilan annuel réalisé par des scientifiques du monde entier.
En 2015, le total des émissions mondiales liées à l'industrie et à la combustion d'énergies fossiles n'a ainsi pas crû, et devrait à peine augmenter en 2016 (0,2%), estime l'étude parue dans le journal Earth System Science Data.
En 2014, leur croissance avait été de tout juste 0,7%, contre 2,3% d'augmentation annuelle moyenne sur la décennie 2004-2013.
« Cette 3e année quasiment sans croissance d'émissions est sans précédent en période de forte croissance économique », souligne l'auteure principale, Corinne Le Quéré, de l'université britannique d'East Anglia.
« C'est une contribution essentielle à la lutte contre le changement climatique, mais ce n'est pas assez », ajoute-t-elle: « les émissions mondiales doivent maintenant baisser rapidement, pas seulement cesser de croître ».
Pour limiter à moins de 2°C la hausse moyenne du thermomètre par rapport au niveau d'avant la Révolution industrielle — seuil critique sur lequel la communauté internationale s'est accordée fin 2015 à Paris — les émissions devraient baisser en moyenne de 0,9% jusqu'en 2030, rappelle l'étude.
Le monde a déjà émis les deux tiers de ce qui lui est permis s'il veut rester sous cette limite de 2°C. Or au rythme actuel, ce « budget carbone » sera consommé intégralement d'ici moins de 30 ans.
« Si les négociateurs pouvaient à Marrakech trouver l'élan pour accélérer encore les réductions d'émissions, nous ferions un sérieux pas dans la lutte climatique », insiste Mme Le Quéré.
De fait, en raison de l'inertie des GES, qui perdurent longtemps, leur concentration dans l'atmosphère n'a jamais été aussi élevée qu'en 2015, souligne l'étude.
« En 2015 et 2016, les forêts ont pu absorber moins de CO2 du fait de la chaleur liée notamment au phénomène El Nino », explique la scientifique.
Du côté des pays émetteurs, la situation est contrastée.
La Chine, qui émet 29% des GES, a vu ses émissions baisser de 0,7% en 2015 (contre +5% par an la décennie précédente). Elles pourraient encore se réduire en 2016.
Les Etats-Unis, 2e émetteur (15%), ont réduit leurs émissions de 2,6% en 2015 (avec -1,7% possible en 2016), en recourant au gaz et au pétrole plutôt qu'au charbon.
« L'éolien, le solaire et le gaz continuent à remplacer le charbon dans la consommation électrique américaine », note Glen Peters, un des co-auteurs: « Les plans (du président américain élu Donald) Trump pour ressusciter une industrie du charbon mal en point pourraient bien ne pas suffire à contrecarrer les forces du marché ».
En revanche l'UE (10% des émissions globales) a connu une hausse de ses émissions de 1,4% en 2015, contrastant avec de longues périodes de recul.
L'Inde continue à voir ses émissions augmenter fortement (+5,2% en 2015).
La communauté internationale, réunie à Marrakech jusqu'à vendredi, tente de s'accorder sur les moyens de mettre en oeuvre l'accord de Paris contre le réchauffement, notamment pour renforcer les engagements nationaux, à ce stade insuffisants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.