World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HCP : La baisse de la fécondité, une aubaine pour le Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 11 - 07 - 2017

Le Haut-Commissariat au Plan vient de publier une note sur la transition de la fécondité au Maroc à l'occasion de la 27ème journée mondiale de la population.
Il en ressort que le Royaume a enregistré une baisse accrue de la fécondité en l'espace de 30 ans. En effet, en 2014, le nombre moyen d'enfants par femme était de 2,21 enfants, contre 7 enfants par femme au cours des années 1960.
En France, cette baisse a nécessité près de deux siècles : la fécondité est passée d'un peu plus de 6 enfants par femme au milieu du 18e siècle à près de 2 enfants par femme dans les années 30.
Ce constat est expliqué par le recul de l'âge du mariage au Maroc, qui est passé de 17 à 19 ans en moyenne dans les année 60 à près de 27 ans aujourd'hui.
Le recours de plus en plus à la contraception a également contribué à cette baisse. Si en 1960, seulement 6% des femmes en âge de reproduction utilisaient une méthode contraceptive, puis 19% en 1979, 63% en 2004, pour arriver à 67,4% en 2011. Selon le HCP, la prévalence contraceptive se situe aujourd'hui à 65,5% en milieu rural et à 68,9% en milieu urbain.
Au-delà de la baisse de la fécondité, la planification familiale aurait contribué à réduire considérablement les risques de morbidité et des mortalités maternelles et infantiles. La mortalité maternelle a chuté significativement, passant de 227 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2004 à 72,6 en 2016. La mortalité infantile est passée, également, de 40 pour 1000 naissances en 2004 à 28,8 en 2010.
L'amélioration du statut de la femme est aussi un facteur clé dans la baisse de la fécondité. La scolarisation et le travail des femmes leur ont ouvert de nouvelles perspectives quant à leur autonomie, engendrant ainsi le recul de leur âge au mariage et le recours à la contraception.
Selon le HCP, la participation des femmes à la vie active est en amélioration, passant de 17% en 1982, à 25,1% en 2014.
Le recul accentué de la fécondité amorçant une tendance à la baisse de la population âgée de moins de 15 ans, offre au Maroc une aubaine démographique. L'indice de dépendance, qui exprime la charge de la population active en termes de population inactive, connaît une diminution depuis 1970 qui devrait se prolonger jusqu'à 30 avant de reprendre une croissance soutenue jusqu'en 2050.
Cependant, la valorisation de ce bonus démographique requiert des investissements importants dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'activité économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.