Aéroport Marrakech-Menara: Arrestation de quatre Tunisiennes pour trafic de chira    Suivez en direct la finale de la Coupe du Trône    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    MBS félicite le roi Mohammed VI à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour le Maroc, les négociations de l'OMC doivent s'aligner sur les priorités économiques africaines
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 09 - 2017

Le Maroc a mis l'accent, lundi à Addis-Abeba, sur la nécessité de mettre en adéquation les conclusions des négociations de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) avec les priorités économiques de l'Afrique en vue de s'emparer d'une plus grande part de marché dans le commerce international.
« Dans un contexte de divergence de points de vue, nous pensons qu'il est nécessaire de mettre en adéquation les résultats futurs des négociations avec les priorités économiques de l'Afrique et les mandats de l'OMC, en vue de promouvoir les échanges commerciaux », a affirmé, au siège de l'Union africaine (UA), Mme Rkia Derham, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Industrie, de l'investissement, du Commerce et de l'économie numérique, chargée du commerce extérieur.
Dans un exposé détaillé présenté devant la réunion informelle des ministres du commerce de l'UA, la Secrétaire d'Etat a affirmé que les pays africains doivent être guidés par l'Agenda 2063 intitulé « L'Afrique que nous voulons », afin de contribuer à la réalisation des aspirations du continent à la transformation structurelle, à l'industrialisation et à la diversification des économies des pays africains.
« Nous croyons que nos pays ont besoin d'une structure de transformation et une stratégie commune pour une croissance inclusive qui répond véritablement au développement durable de la région », a-t-elle lancé.
Au sujet des négociations de l'OMC, Mme Derham a relevé que celles-ci ont été marquées par un «ralentissement» et une «incertitude» ainsi que par des «blocages récurrents», depuis le début de l'année, estimant que «cela pourrait être en partie attribué à un rapport de force entre les partisans d'une mise à jour des disciplines de l'organisation et ceux qui sont attachés à l'esprit du mandat de Doha, y compris notre Groupe africain».
Pour la Secrétaire d'Etat, l'adoption d'une position commune du Groupe africain pour la Conférence ministérielle de l'OMC, prévue en décembre prochain à Buenos Aires (MC11), « devrait être dictée par les recommandations convenues lors de notre réunion informelle des ministres du Commerce de l'Union africaine, tenue en novembre 2016 à Addis-Abeba et lors de la dernière retraite du Groupe africain en juillet dernier à Genève».
Ces recommandations portent sur les principaux éléments de la position du groupe africain lors des négociations et soulignent la priorité devant être accordée aux questions relevant du Programme de Doha pour le développement.
Exposant la position du Maroc au sujet des principales disciplines objet des négociations commerciales dans le cadre du cycle de Doha, la Secrétaire d'Etat a focalisé son intervention sur cinq secteurs clés à savoir l'agriculture, la pêche maritime, le commerce des services, le e-commerce, et les micro, petites et moyennes entreprises (MPME).
Concernant l'agriculture, en tant que pilier de la plupart des économies africaines, Mme Derham a indiqué qu'il est impératif que les négociations multilatérales sur l'agriculture tiennent compte de tous les efforts déployés par les pays en développement et les Pays les moins avancés (PMA) pour asseoir une agriculture productive.
Pour le Maroc, il faut poursuivre les négociations et maintenir le Rev.4 comme document de base pour tous les segments de l'agriculture, a-t-elle souligné. «Nous croyons qu'il est important de réduire ou même d'éliminer le soutien interne à l'agriculture et de corriger les déséquilibres systémiques dans le domaine agricole», a-t-elle dit.
Sur la question des subventions accordées au secteur des pêches, source cruciale de revenus et d'emplois, en particulier dans les pays en développement, la Secrétaire d'Etat a estimé que «le secteur de la pêche dans les pays en développement et les PMA est «sous-développé » et en grande partie artisanal et, par conséquent, il est nécessaire pour ces pays de garantir un espace politique nécessaire au développement futur de ce secteur».
Le Maroc, a-t-elle dit, estime que «les négociations sur le secteur de la pêche revêtent une importance primordiale compte tenu de l'importance de ce secteur dans l'économie nationale, notamment en ce qui concerne le développement régional et la création d'activités économiques génératrices d'emplois et de revenus dans les régions défavorisées».
Et de rappeler que le secteur de la pêche au Maroc bénéficie de nombreux programmes de soutien grâce à des subventions d'investissement pour l'achat ou la modernisation de navires et l'acquisition de filets de pêche et de subventions d'équipement et de fonctionnement, notant que l'Etat assume la responsabilité de la construction d'infrastructures dans les ports de pêche, dont certains devraient normalement être pris en charge par les opérateurs du secteur.
Mme Derham a aussi évoqué les questions non liées à l'Agenda de développement de Doha (DDA), notamment les volets relatifs à l'e-commerce, à la facilitation des investissements et aux MPME.
Pour le commerce électronique, elle a affirmé que «le Maroc, tout en reconnaissant le potentiel de ce secteur en Afrique, déplore «le manque d'infrastructures et d'expertises dans ce domaine, ainsi que l'ampleur de la fracture numérique dont pâtit le continent».
«Nous devons examiner plus en profondeur les propositions et présentations des pays membres de l'OMC afin de mieux comprendre les implications, les défis et les enjeux» inhérents à cette question, a-t-elle recommandé.
S'agissant de la facilitation des investissements, la secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur a reconnu «l'absence d'un mandat pour négocier les modalités de cette question», appelant à explorer cette thématique lors des diverses réunions informelles.
Au sujet des MPME, la Secrétaire d'Etat a souligné qu'en l'absence d'un volet de négociations sur cette question, il est préférable de s'atteler avec plus d'attention sur ce segment économique afin d'adopter une position commune appropriée. «Nous devrons continuer à participer aux discussions sur les MPME afin de formuler un point de vue clair. Nous examinerons les diverses propositions faites par les membres de l'OMC afin de parvenir à une «position nationale» au sujet des MPME, a-t-elle indiqué.
Coorganisée par la Commission de l'UA et de l'Afrique du Sud, la Réunion informelle des ministres du commerce de l'UA a été organisée en prélude à la troisième mini conférence ministérielle prévue à Marrakech du 9 au 10 octobre prochain, et à la 11e Conférence ministérielle (MC11) de l'OMC, prévue en décembre prochain à Buenos Aires, en Argentine.
En plus des ministres africains du Commerce, la réunion informelle des ministres du Commerce de l'UA, qui se tient à huis clos sur une journée, a connu la participation notamment du Groupe des ambassadeurs africains à Genève (points focaux et coordonnateur), de la mission permanente de l'UA à Genève, des Hauts fonctionnaires du Commerce des Etats-membres, des experts et conseillers sur les questions de l'OMC, des représentants des Communautés économiques et du vice-président de la Commission de l'Union européenne.
La Réunion s'inscrit en droite ligne avec la décision prise lors de la 3è réunion des ministres du Commerce de l'Union africaine qui s'était tenue en juillet dernier à Niamey, au Niger, de tenir une «réunion spécifique» pour permettre à l'Afrique de se préparer «minutieusement» pour la onzième Conférence de l'OMC, en Argentine, et de parler d'une voix sur l'agriculture, les pêches, la facilitation du commerce et les questions nouvelles à l'instar du commerce électronique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.