Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ingérences russes aux Etats-Unis : Les réseaux sociaux en accusation
Publié dans La Nouvelle Tribune le 31 - 10 - 2017

Au tour de Facebook, Twitter et Google de rendre des comptes. Le Congrès américain les convoque mardi pour clarifier l'ampleur de la désinformation russe pendant la campagne présidentielle, au lendemain des premières inculpations de proches de Donald Trump.
Au moment où le président veut promouvoir sa réforme fiscale, l'actualité américaine reste obstinément placée sous les couleurs russes cette semaine, puisque le procureur spécial Robert Mueller a annoncé lundi l'inculpation pour divers délits de deux anciens membres importants de l'équipe de campagne de Donald Trump, et le plaider-coupable d'un troisième, pour faux témoignage concernant ses contacts avec des Russes pendant la campagne.
« J'espère que les gens vont commencer à s'intéresser à notre baisse d'impôts massive pour les entreprises (emplois) et la classe moyenne (en plus de la corruption démocrate)! » a écrit le locataire de la Maison Blanche sur Twitter mardi matin, rejetant toute accusation de collusion avec la Russie.
Les directeurs juridiques de Facebook et de Twitter, ainsi que le directeur de la sécurité de Google, seront interrogés à partir de 18H30 GMT lors d'une audition publique au Sénat dont le titre affiche la couleur: « Contenus extrémistes et désinformation russe en ligne: trouver une solution avec les sociétés de technologies ».
Facebook devrait révéler à cette occasion que jusqu'à 126 millions d'utilisateurs américains ont vu apparaitre dans leur fil d'actualité des contenus mis en ligne par des intérêts russes dans le but d'influencer l'élection américaine, selon le Wall Street Journal.
Il s'agit de publicités et d'articles non payants, et le décompte inclut les partages, commentaires et actions « j'aime » sur ces contenus.
Twitter a pour sa part identifié 36.746 comptes ayant créé des contenus automatiques, relatifs aux élections et liés à la Russie, soit 0,012% du nombre total de comptes existant au moment de l'élection, selon une source proche de la société. Les tweets diffusés par ces comptes représentaient 0,33% des « impressions » totales de tweets liés à l'élection à l'époque. Les impressions comptent le nombre d'utilisateurs ayant vu un tweet donné.
Idem sur YouTube, propriété de Google, où des chaînes liées à la Russie ont produit des vidéos ayant accumulé 309.000 vues dans les 18 mois précédant l'élection, un chiffre notable mais loin d'atteindre un record.
A chaque fois, le responsable est nommé par les sociétés: l'Internet Research Agency, une société basée à Saint-Pétersbourg et liée au renseignement russe.
– Autodiscipline –
A Moscou, ces événements font également réagir.
Il n'y a « pas une seule preuve » d'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016, a répété mardi à la presse le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.
Ce sont des accusations « absolument ridicules, gratuites et sans fondement », a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
En janvier dernier, peu avant l'entrée en fonctions de Donald Trump, les services de renseignement américains ont publié un rapport dans lequel ils dénouaient les fils de la campagne de piratage et de désinformation attribuée à Moscou.
Ils y décrivaient le rôle de la chaîne RT (anciennement Russia Today), très active sur internet en anglais, comme « le principal moyen de propagande du Kremlin à l'étranger ».
L'Internet Research Agency était selon Washington une usine à « trolls professionnels », « probablement financée » par « un proche allié de Poutine lié au renseignement russe ».
Trois enquêtes parlementaires sont en cours au Congrès pour analyser l'ampleur des ingérences russes, et en tirer les conclusions avant les prochaines échéances électorales américaines, les législatives de novembre 2018 et la présidentielle de 2020.
Des élus menacent de légiférer pour soumettre les réseaux sociaux à certaines règles de transparence sur les publicités politiques, mais les sites résistent, proposant à la place des mesures volontaires de contrôle.
Facebook a ainsi déjà annoncé l'embauche de 1.000 personnes pour surveiller les contenus sponsorisés. Twitter va créer un « centre de transparence de la publicité » qui recensera toutes les publicités en cours sur la plateforme, avec des informations détaillées sur toutes les publicités politiques, notamment le montant dépensé et l'identité de l'organisation finançant la campagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.