Renouvellement du label RSE de la CGEM pour les Brasseries du Maroc    Participation du Maroc à la 11è conférence de l'OMC à Buenos Aires    COUPE DU MONDE DES CLUBS: AUJOURD'HUI A 14 H,LE WAC POUR LA 5° PLACE    COUPE DU MONDE DES CLUBS:AL JAZEERA OU QUAND HENK EX. FCB RETROUVE DE NOUVEAU LE REAL    LES FAR EN CRISE:REFLEXION DETOURNEE DE AMRI    Tout sur le prochain Forum des études supérieures au Royaume-Uni    Nadia Chellaoui expose ses créations à la galerie Nelly WANDJI à Paris.    Rigobert Song ,de la survie à l'ambition au Chan 2018    Course automobile: Le 2è E-prix, le 13 janvier 2018 à Marrakech    Al Qods: Les premiers effets de la géopolitique du chaos    Syrie: retrait de la majeure partie des forces russes    Le bilan 2017 de la chasse au terrorisme    Le 6 eme but de Rachid Alioui en Ligue 2 pour Nîmes contre Clermont    PJD: El Othmani contre El Azami    Le tiers des élèves va à l'école le ventre vide    Rapport d'évaluation du programme d'appui de l'UE à la 2ème phase de l'INDH    Températures min et max prévues - Lundi 11 Décembre 2017    Le RNI en marche pour les prochaines législatives    Driss et Mehdi font leur «marocologie»    Lydec se mobilise face aux intempéries    Jamal Eddine Naji élu président du Réseau Orbicom    Les juridictions commerciales améliorent leur quota    Sanctions à l'encontre d'un Wali et six gouverneurs    Climat : Le Roi Mohammed VI à Paris pour le « One Planet Summit »    Explosion de Manhattan: quatre blessés, dont un suspect    26 gros contrats pour l'automobile scellés devant le souverain    Achraf Hakimi, premier joueur marocain à marquer un but dans l'histoire du Real    Lutte contre la désertification et gestion durable des terres : Rabat accueille le nouveau siège de l'UCR-Afrique    MAZAD & ART : Quand l'exclusivité accompagne le génie !    L'action de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains prend de la vitesse    Vidéo : Le boulevard Al Qods inondé à Casablanca    Elections partielles à Inzegane : Le PJD remporte le siège en jeu    Addoha : Une collecte de 26,3 milliards DH et un endettement net réduit de 31,5%    De gros chocs en huitième de CL    SM le Roi reçoit à Casablanca le président du groupe chinois « BYD Auto Industry »    Une première édition réussie !    POUR SA MEMOIRE:UNE OEUVRE DE FEU JILALI GHARBAOUI AVAIT ETE VENDUE A: 7OO 000 EUROS!    Le bel hommage à Hallyday!    «Les archives musicales sont rares à l'heure actuelle»    Samedi, la France unie a rendu un vibrant hommage à Johnny...    Brexit : Un accord de divorce, mais avec des questions en suspens    BMCE Bank of Africa, AFD et BEI s'associent    LES MAROCAINS DE LIBYE SOUS LA LOUPE DU BCIJ    L'ECOLE ET « ACHAGHAB » LE REVERS DE LA MEDAILLE    Sommet de Paris sur le Climat : Une taxe sur les transactions financières envisagée    1 milliard $ investis par Attijariwafa Bank en Afrique    PJD, El Othmani, le « réformateur »    La météo nous promet pluie, neige et froid…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

Surnommé le « Boucher des Balkans », l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a été condamné mercredi à la perpétuité par la justice internationale pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.
« Pour avoir commis ces crimes, la chambre condamne M. Ratko Mladic à la prison à vie », a déclaré le juge du tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Alphons Orie en l'absence de l'accusé, évacué de la salle peu avant pour avoir traité ses juges de « menteurs ».
« Les crimes commis se classent parmi les plus haineux connus du genre humain », a martelé le magistrat, considérant que les circonstances atténuantes évoquées par la défense, dont sa capacité mentale affaiblie, « avaient peu ou pas de poids » dans le jugement.
Le fils De Ratko Mladic a annoncé que son père allait faire appel de ce jugement.
Plus de vingt ans après la guerre qui a fait plus de 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés dans les années 1990, Ratko Mladic, 74 ans, a été reconnu coupable de dix chefs d'accusation, dont le génocide de l'enclave de Srebrenica où 8.000 hommes et garçons musulmans ont été tués. Il a été acquitté de l'accusation de génocide dans plusieurs municipalités.
A l'extérieur du tribunal, tout comme à 1.800 kilomètres de là, à Srebrenica (nord-est de la Bosnie), des femmes qui ont perdu leurs époux, leurs fils, leurs proches, pleuraient et se serraient dans les bras.
Créé en 1993 pour juger les responsables présumés de crimes de guerre durant les conflits des Balkans, le TPIY a connu mercredi « une étape importante dans (son) histoire et pour la justice internationale » avant de fermer définitivement ses portes le 31 décembre, a déclaré le procureur Serge Brammertz dans le hall du tribunal.
Mais pour le fils de l'accusé, Darko Mladic, « cette peine est injuste et contraire aux faits, et nous la combattrons en appel pour prouver que ce jugement est faux ».
« Aujourd'hui, la justice a été remplacée par de la propagande de guerre », a-t-il encore déclaré, lors d'une conférence de presse, après l'énoncé du verdict.
Le procès en appel de Mladic devrait se tenir devant le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), organisme chargé d'achever les travaux des tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda (TPIR) et pour l'ex-Yougoslavie. Tout comme celui de Radovan Karadzic, son alter ego politique condamné à quarante ans de prison en première instance.
– ‘Vous mentez' –
Quelques instants avant sa condamnation, Ratko Mladic a été évacué de la salle d'audience sur ordre de M. Orie, après s'être levé et avoir crié aux juges qu'ils mentaient.
Le juge Alphons Orie venait de refuser d'accéder à la demande de ses avocats d'interrompre les procédures en raison de sa tension artérielle trop élevée. Depuis des jours, la défense tentait en vain d'obtenir un report de ce verdict historique.
« Ils mentent. Vous mentez. Je ne me sens pas bien », a crié Ratko Mladic avant d'être installé dans une pièce adjacente pour écouter la suite du jugement.
Déjà, à son arrivée dans la salle d'audience, le « Boucher des Balkans », costume sombre et cravate rouge carmin satinée, avait levé un pouce et refusé de saluer le tribunal.
Une attitude qualifiée de « lâche » et « lamentable » par Kelima Datovic, qui a connu la faim et le froid dans un camp au nord-ouest de la Bosnie en 1992 où elle a été détenue à l'âge de 28 ans, enceinte et avec sa fille de six ans.
– ‘Quintessence du mal' –
Salué par la communauté internationale, ce jugement vient fermer un chapitre des conflits en ex-Yougoslavie, une région toujours fracturée après les pires crimes commis en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.
A Belgrade, le président serbe Aleksandar Vucic a encouragé ses compatriotes « à regarder vers l'avenir, à penser à nos enfants, à la paix, à la stabilité dans la région ».
L'Otan et l'UE ont appelé à la « réconciliation » dans les Balkans, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, espérant « que ce jugement encouragera la région à avancer sur le chemin de la paix et de la réconciliation ».
Qualifiant le condamné de « quintessence du mal », le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Zeid Ra'ad Al Hussein, qui appartenait à la Force de protection de l'ONU dans l'ex-Yougoslavie entre 1994 et 1996, voit en ce verdict « un avertissement aux auteurs de tels crimes qu'ils n'échapperont pas à la justice, aussi puissants soient-ils, et quel que soit le temps qu'il faudra ».
Inculpé en 1995, Ratko Mladic a été arrêté chez un cousin après une cavale de seize ans et transféré à La Haye. Son procès aura duré cinq ans. 523 jours.
Le « Boucher des Balkans », qui n'avait jamais reconnu une once de culpabilité, a également été jugé coupable de l'enlèvement d'employés des Nations unies et du siège de Sarajevo, long de 44 mois, au cours desquels 10.000 personnes ont été tuées.
« Ma génération et les générations futures ne doivent jamais oublier ce qui est arrivé à nos familles », a déclaré Edin Halilovic, Néerlandais de 18 ans qui a perdu son grand-père à Srebrenica en 1995.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.