Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump reçoit Abe en Floride, Kim Jong Un à l'esprit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 04 - 2018

Donald Trump reçoit mardi en Floride le Premier ministre japonais Shinzo Abe pour parler d'un troisième homme: l'énigmatique dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, que le président américain doit rencontrer dans quelques semaines.
Rencontres bilatérales, dîner avec épouses, conférence de presse commune: le président américain et le Premier ministre japonais se retrouvent pour deux jours dans la luxueuse villa de Mar-a-Lago.
Si la Maison Blanche insiste sur les « excellentes relations » entre les deux hommes grands amateurs de golf, le tête-à-tête au soleil pourrait s'avérer délicat.
Le Japon a été pris de court par l'annonce surprise – et spectaculaire – que le 45e président des Etats-Unis avait accepté l'invitation de Kim Jong Un à le rencontrer. Et les initiatives de la Maison Blanche sur le commerce ont du mal à passer à Tokyo.
Après la décision de mettre en place des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, M. Trump a accepté des exemptions pour les principaux alliés des Etats-Unis… à l'exception du Japon.
Pour Abe, qui avait fait dès le début le pari d'une forme de complicité avec ce président atypique qu'il fut le premier à aller saluer dans la Trump Tower après son élection, la pilule est amère.
Il devrait s'employer à souligner la nécessité d'unité, de front commun Japon-Etats-Unis-UE pour contrer les pratiques jugées déloyales de Pékin.
Les deux hommes, confrontés à des sondages peu flatteurs, sont en difficultés dans leurs pays respectifs.
Quatre ans et demi après son arrivée au pouvoir, Shinzo Abe est confronté à une accumulation d'affaires de favoritisme présumé qui ont refait surface et le placent en position difficile.
Donald Trump, de son côté, traverse un période particulièrement délicate, de la menaçante enquête visant son avocat personnel Michael Cohen à l'intense campagne médiatique de James Comey, l'ex-patron du FBI, qui estime que le septuagénaire est « moralement inapte » à diriger le pays.
– Où ? Quand? Comment? –
« La rencontre sera centrée essentiellement sur la préparation des discussions avec la Corée du Nord », a prévenu la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders lundi à bord de l'avion présidentiel Air Force One.
Les deux jours de discussions permettront peut-être d'en savoir un peu plus sur le face-à-face très attendu entre Trump et Kim.
Car sur le fond comme la forme, les questions sont nombreuses.
Dans quelle pays ? A quelle date ? Sur quel format ? Le secret est bien gardé.
« Les préparatifs sont en cours », a simplement indiqué un responsable américain, soulignant que la fenêtre de tir avancée par Donald Trump « mai ou début juin », tenait toujours.
Shinzo Abe tentera, lui, de retrouver une place au coeur du jeu.
« Le Japon veut sa place à la table au lieu d'assister en spectateur à une série de rencontres de Kim avec les dirigeants chinois Xi Jinping, sud-coréen Moon Jae-in et américain Donald Trump », souligne Mireya Solis, de la Brookings Institution à Washington.
Sur le fond, le Japon redoute que ses impératifs en matière de sécurité soient relégués au second plan.
Tokyo peut craindre que l'attention ne se concentre que sur les missiles intercontinentaux développés par la Corée du Nord et qui menacent les Etats-Unis, mettant au second plan ceux de courte et moyenne portée susceptibles d'atteindre l'archipel nippon.
Le dirigeant japonais insiste par ailleurs pour que la question des ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980 soit aussi sur la table des échanges avec Pyongyang.
Jusqu'ici, l'un des atouts de Shinzo Abe a été sa capacité à rassurer les Japonais sur le fait que sa « relation spéciale » avec le locataire de la Maison Blanche avait aidé son pays à traverser les eaux turbulentes de « l'Amérique d'abord », résume Mireya Solis.
« Il arrive à Mar-a-Lago avec la volonté de renouveler ce lien singulier, la question de savoir s'il trouvera un enthousiasme réciproque reste ouverte ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.