Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Boris Johnson étale au grand jour les divisions du gouvernement
Publié dans La Nouvelle Tribune le 08 - 05 - 2018

Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a qualifié mardi de « fou » un projet d'union douanière pour l'après-Brexit soutenu par la Première ministre Britannique Theresa May, étalant au grand jour les divisions du gouvernement conservateur sur les futurs liens avec l'UE.
Selon ce plan de « nouvelle union douanière », le Royaume-Uni percevrait les taxes douanières au nom de l'UE pour les biens transitant sur son territoire mais destinés au marché des 27 tout en appliquant ses propres taxes pour ceux destinés au pays.
Bien que cette proposition a été rejetée la semaine dernière par la majorité des ministres membres du « cabinet de guerre sur le Brexit », soit les principaux poids lourds du gouvernement, elle est toujours sur la table, selon Downing Street.
Mais selon M. Johnson, cette solution « totalement inexplorée » risquerait de créer un « méandre bureaucratique » et de rendre « très, très difficile la conclusion d'accords de libre-échange » avec d'autres pays, comme Londres souhaite le faire après la sortie de l'UE.
« Si vous avez une nouvelle union douanière, vous avez un système fou dans lequel vous finissez par percevoir les droits de douane au nom de l'UE à la frontière britannique », a développé le ministre britannique des Affaires étrangères, dans une interview au tabloïd pro-Brexit The Daily Mail.
« Si l'UE décide d'imposer des tarifs punitifs sur quelque chose que le Royaume-Uni veut importer à bon marché, il n'y a rien à faire. Ce n'est pas reprendre le contrôle de votre politique commerciale, de vos lois, de vos frontières, (…) de votre argent, parce que les tarifs seraient payés de manière centralisée à Bruxelles », a insisté M. Johnson, un grand artisan de la campagne victorieuse pour le Brexit en 2016.
Bruxelles avait déjà de son côté dénoncé « la pensée magique » entourant ce plan, et attend toujours les propositions britanniques définissant les futures relations après le Brexit, en particulier sur ce point, pour un sommet en juin.
Le gouvernement britannique envisage également une deuxième option, dite de « facilitation maximale », qui impliquerait un support technologique mais aussi des infrastructures, alors que Londres s'est engagé à ne pas en créer à la frontière entre la province britannique d'Irlande du Nord et le reste de l'île, membre de l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.