Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre Japon, Chine, Corée du Sud pour parler Corée du Nord
Publié dans La Nouvelle Tribune le 08 - 05 - 2018

Chine, Japon et Corée du Sud se réunissent mercredi à Tokyo et chercheront un terrain d'entente dans l'intense activité diplomatique en cours sur la question nord-coréenne, dont les Japonais ont été largement exclus jusqu'à présent.
Ces pourparlers du Premier ministre Shinzo Abe avec le président sud-coréen Moon Jae-in et le Premier ministre chinois Li Keqiang sont les premiers depuis plus de deux ans.
Ils interviennent alors que le Japon s'efforce de se faire une place dans un ballet diplomatique qui a déjà donné lieu à une visite du dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong Un à Pékin fin mars, un sommet historique entre les deux Corées fin avril et devrait déboucher sur une rencontre non moins historique entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump le mois prochain.
Le Japon a la position la plus dure envers Pyongyang parmi ces trois pays et a longtemps appelé à « ne pas discuter pour discuter » avec le régime reclus, se retrouvant finalement dans une position de spectateur lorsque Washington et Séoul ont engagé un processus de négociations avec Kim Jong Un.
En annonçant la réunion tripartite, M. Abe a dit vouloir « discuter en profondeur de la manière d'engager la Corée du Nord sur le droit chemin, résoudre les questions des enlevés, des missiles et du nucléaire ». Par « enlevés », M. Abe faisait référence aux ressortissants japonais, dont des adolescents, kidnappés dans les années 1970 et 1980 par la Corée du Nord.
– Déclaration de Panmunjom –
« Le Japon pourrait simplement dire qu'il serait imprudent de s'enthousiasmer trop vite et de lever les sanctions » après l'annonce par la Corée du Nord de la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux, a déclaré Hajime Izumi, spécialiste de l'Asie du Nord-Est et de la Corée du Nord à la Tokyo International University. « La Chine et la Corée du Sud ne peuvent s'opposer frontalement à cela ».
Dans un entretien publié mardi par le quotidien japonais Yomiuri Shimbun, M. Moon dit espérer « la coopération et le soutien actifs du Japon sur le futur chemin vers une paix permanente sur la péninsule ainsi qu'en faveur de la réussite du sommet entre les Etats-Unis et la Corée du Nord ».
La semaine dernière, les médias japonais rapportaient que Tokyo appellerait à une dénucléarisation « complète, vérifiable et irréversible » de la Corée du Nord.
Mais Séoul juge préférable que les trois pays approuvent la Déclaration de Panmunjom signée fin avril à l'issue de leur rencontre par les dirigeants des deux Corées, selon un responsable de la présidence sud-coréenne.
Cette déclaration affirme qu' »il n'y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne » et que « la Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire ».
– Ibis nippon –
La rencontre de mercredi est la septième du genre depuis les débuts en 2008 mais il s'agit néanmoins de la première visite d'un dirigeant sud-coréen au Japon en plus de six ans. M. Moon passera moins de huit heures sur le sol japonais.
Les relations du Japon avec ses voisins chinois et coréen du sud sont rendues difficiles par des différends territoriaux et par le poids de l'histoire de l'occupation japonaise en Corée de 1910 à 1945 et en Chine de 1932 à 1945.
M. Li arrive lui mardi soir à Tokyo et restera au-delà de la rencontre de mercredi pour des discussions bilatérales qui devraient en partie servir à préparer des réunions ultérieures de M. Abe avec le président chinois Xi Jinping. Sa visite sera la première d'un Premier ministre chinois en huit ans et se produit au moment où les deux pays marquent les 40 ans de la normalisation de leurs relations.
« Je veux favoriser au cours de cette visite un développement stable et sain des relations bilatérales sur le long terme », a déclaré M. Li mardi dans les colonnes du quotidien japonais Asahi Shimbun.
Il rencontrera l'empereur du Japon, des hommes d'affaires et se rendra sur la grande île septentrionale de Hokkaido. Il devrait signer plusieurs accords économiques bilatéraux.
Enfin, il paraphera un engagement de la Chine à remettre au Japon deux ibis nippons, oiseaux menacés d'extinction, dont la disparition de l'archipel avait été déclarée en 2003 avant une réintroduction grâce à des dons de Pékin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.