Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cinquième journée des Coupes africaines – Objectif : sceller la qualification    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    Le CDT Najad, 25 ans dans les geôles du polisario, témoigne    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    La CSMD reçoit le Conseil de la Concurrence    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    El Othmani: La participation du Maroc au Sommet afro-britannique augure d'un nouvel élan aux relations bilatérales    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Banque mondiale: 1 MMDH pour les infrastructures de Casablanca-Settat    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFFS-12: Le film « Apartide » de Narjiss Nejjar, un témoignage saisissant
Publié dans La Nouvelle Tribune le 28 - 09 - 2018

Le film marocain « Apartide » de Narjiss Nejjar, projeté, jeudi soir, dans le cadre de la compétition officielle de la 12ème édition du Festival International du Film de Femmes de Salé (FIFFS), est un témoignage du drame de l'expulsion arbitraire de dizaines de milliers de Marocains, qui ont été renvoyés manu militari d'Algérie, en décembre 1975, laissant derrière eux leur famille et leurs biens.
Ce long métrage de 95 min suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes.
L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a été expatriée avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.
Sans papier, Hénia mène une vie difficile et peine en silence, à l'instar de plusieurs Marocains victimes de cette expulsion. En effet, elle ne cherche pas à regagner l'Algérie pour l'amour du pays mais pour se réunir à nouveau en famille.
A la fin du film, on l'entend dire: « L'Algérie nous a tout pris. Elle n'est pas mon pays. Mon pays est ma mère ».
Ce long métrage est un devoir de mémoire et une façon de faire connaitre cette page de l'histoire tournée sans être lue, dont les souffrances endurées par des milliers de personnes restent des plaies béantes.
Il s'agit, aussi, d'un retour sur une phase sombre qui a laissé chez les Marocains expulsés un traumatisme, un sentiment d'injustice profond et un tatouage indélébile.
Dans ce film, la réalisatrice de « L'amante du Rif » et « Les yeux secs », Narjiss Nejjar, interpelle la mémoire et sensibilise sur le calvaire vécu par 350.000 familles marocaines expulsées, qui constitue une violation flagrante des droits de l'homme et du droit international humanitaire.
Le film est interprété par les acteurs Aziz El Fadili , Avishay Benazra et Julie Gayet. Il s'agit d'une co-production franco-marocaine (Moon&Deal et La Prod), qui a reçu des subventions du Maroc et du Doha Film Institute.
La 12-ème édition du FIFFS, qui se tient du 24 au 29 septembre, connaît la participation de 12 films à la compétition officielle des long-métrages, représentant 18 pays des cinq continents, dont 11 seront exclusivement projetés au Maroc.
Sont en lice, « Apatride » de Najiss Nejjar (Maroc), « Lemonade » d'Ioana Uricaru (Roumanie, Canada, Allemagne, Suède), « Slut in a Good Way » de Sophie Lorain (Canada), « The Seen and Unseen (Sekala Niskala) » de Kamila Andini (Indonésie, Pays-Bas, Australie, Qatar) et « Seule à mon mariage » de Marta Bergman (Belgique, France).
Il s'agit aussi de « Los Silencios » de Beatriz Seigner (Brésil, France, Colombie), « Carmen y Lola » d'Arantxa Echevarria (Espagne), « La mauvaise réputation (What Will People Say) » d'Iram Haq (Norvège, Allemagne, Suède), « Maki'la » de Machérie Ekwa (Congo RDC, France), « Les anges portent du blanc » de Vivian Qu (Chine, France), « A deux heures de Paris » de Virginie Verrier (France) et « Jusqu'à la fin du temps » de Yasmine Chouikh (Algérie, France).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.