En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Skoda Scala: Coup de jeune    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Effet de dissuasion    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 11 - 2018

La Première ministre britannique Theresa May a obtenu vendredi une bouffée d'oxygène dans sa défense acharnée du projet d'accord sur le Brexit, avec le soutien appuyé de deux poids lourds europhobes de son gouvernement au lendemain d'une cascade de défections.
L'influent ministre de l'Environnement Michael Gove, figure de proue de la campagne pro-Brexit, a dit avoir « absolument » confiance en elle. « J'espère bien continuer à travailler avec tous mes collègues du gouvernement et tous mes collègues au Parlement pour faire en sorte que nous obtenions le meilleur pour le Royaume-Uni », a ajouté le ministre, interrogé par des journalistes.
Le ministre du Commerce international Liam Fox a également volé au secours de Mme May, assurant qu'il avait lui aussi « pleinement confiance » en elle, lors d'une conférence à Bristol, et estimant que le pays avait désormais « besoin de stabilité ».
Ces déclarations ont permis à la livre de regagner quelques couleurs après sa chute de jeudi.
Les médias britanniques présentaient M. Gove comme un candidat au départ, après la démission jeudi de quatre membres du gouvernement, dont le ministre du Brexit Dominic Raab, inquiets notamment du sort particulier réservé à la province britannique d'Irlande du Nord après la sortie de l'UE dans le compromis de divorce conclu par Londres avec l'Union européenne en début de semaine.
L'autorité de Theresa May a été durement ébranlée par ces défections qui ont ponctué une journée tumultueuse, également marquée par la menace d'un vote de défiance de députés de son propre camp, partisans d'une rupture nette avec l'UE.
Jacob Rees-Mogg, dirigeant du groupe parlementaire eurosceptique European Research Group (ERG), a lancé la manœuvre, l'accusant d'avoir trahi les promesses faites au peuple britannique sur le retrait de l'UE.
Il a déjà rallié au moins 22 députés tories, mais le compte n'y est pas : l'appui de 48 d'entre eux, soit 15% du groupe conservateur à la chambre des Communes, est en effet requis pour organiser un tel vote de défiance. Il faudrait ensuite qu'une majorité de députés conservateurs votent contre Theresa May.
David Lidington, le numéro deux du gouvernement, a estimé que Theresa May remporterait un vote de confiance « haut la main ».
– Opération de charme –
Entretemps, la cheffe de l'exécutif a lancé une opération de charme envers les Britanniques pour les convaincre des bienfaits du projet d'accord, répondant aux questions des auditeurs de la radio LBC tôt vendredi matin. Pendant une demi-heure, elle a adopté un ton presque enjoué, assurant à l'un d'eux, qui l'appelait à démissionner, que le texte permettrait au Royaume-Uni de redevenir maître de son avenir.
Theresa May avait déjà défendu bec et ongles le projet d'accord avec l'UE devant les députés la veille, faisant planer la menace d'un retour en arrière sur le Brexit, prévu le 29 mars 2019, si elle n'obtenait pas de soutien au Parlement.
Pendant trois heures, elle a affronté des députés vent debout contre l'accord : les Brexiters craignent que le Royaume-Uni reste trop étroitement amarré à l'UE, tandis que les europhiles estiment plus bénéfique de rester au sein du bloc européen et réclament un second référendum.
Des députés de divers bords lui ont déclaré qu'il n'y avait aucune chance que le plan obtienne leur aval en décembre, mais Mme May a rejeté les appels à la démission.
« J'ai moi-même des inquiétudes », a admis Mme May sur LBC. Mais dans toute négociation, il faut faire des « compromis ».
– Renégociation « à la marge » –
Ses propos n'ont pas convaincu le petit parti unioniste nord-irlandais DUP, dont les dix députés lui sont indispensables pour avoir une majorité absolue, et qui entend s'opposer au projet d'accord.
Le Daily Telegraph croit savoir que le DUP se considèrera comme délié de son accord politique avec le Parti conservateur, sauf si Mme May est remplacée par un autre dirigeant.
Mais Theresa May a assuré vendredi qu'elle continuait de travailler avec le DUP, sans toutefois pouvoir garantir son soutien.
Pour le ministre français des Finances Bruno Le Maire, les Brexiters ont désormais le choix entre « le reniement de leur promesse politique absurde ou le désastre économique ».
Comme la chancelière allemande Angela Merkel, l'Elysée a de son côté exclu toute renégociation de l'accord conclu entre Londres et le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier. Mais la présidence française n'exclut pas « certains amendements à la marge ».
Le point le plus controversé du projet d'accord de 585 pages réside dans le « filet de sécurité » prévoyant le maintien de l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'était conclu à l'issue d'une période de transition de 21 mois après le Brexit et prolongeable une fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.