Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    Les détails du nouveau modèle pédagogique    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Professions libérales : L'Union nationale appelle à un front uni    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 11 - 2018

La Première ministre britannique Theresa May a obtenu vendredi une bouffée d'oxygène dans sa défense acharnée du projet d'accord sur le Brexit, avec le soutien appuyé de deux poids lourds europhobes de son gouvernement au lendemain d'une cascade de défections.
L'influent ministre de l'Environnement Michael Gove, figure de proue de la campagne pro-Brexit, a dit avoir « absolument » confiance en elle. « J'espère bien continuer à travailler avec tous mes collègues du gouvernement et tous mes collègues au Parlement pour faire en sorte que nous obtenions le meilleur pour le Royaume-Uni », a ajouté le ministre, interrogé par des journalistes.
Le ministre du Commerce international Liam Fox a également volé au secours de Mme May, assurant qu'il avait lui aussi « pleinement confiance » en elle, lors d'une conférence à Bristol, et estimant que le pays avait désormais « besoin de stabilité ».
Ces déclarations ont permis à la livre de regagner quelques couleurs après sa chute de jeudi.
Les médias britanniques présentaient M. Gove comme un candidat au départ, après la démission jeudi de quatre membres du gouvernement, dont le ministre du Brexit Dominic Raab, inquiets notamment du sort particulier réservé à la province britannique d'Irlande du Nord après la sortie de l'UE dans le compromis de divorce conclu par Londres avec l'Union européenne en début de semaine.
L'autorité de Theresa May a été durement ébranlée par ces défections qui ont ponctué une journée tumultueuse, également marquée par la menace d'un vote de défiance de députés de son propre camp, partisans d'une rupture nette avec l'UE.
Jacob Rees-Mogg, dirigeant du groupe parlementaire eurosceptique European Research Group (ERG), a lancé la manœuvre, l'accusant d'avoir trahi les promesses faites au peuple britannique sur le retrait de l'UE.
Il a déjà rallié au moins 22 députés tories, mais le compte n'y est pas : l'appui de 48 d'entre eux, soit 15% du groupe conservateur à la chambre des Communes, est en effet requis pour organiser un tel vote de défiance. Il faudrait ensuite qu'une majorité de députés conservateurs votent contre Theresa May.
David Lidington, le numéro deux du gouvernement, a estimé que Theresa May remporterait un vote de confiance « haut la main ».
– Opération de charme –
Entretemps, la cheffe de l'exécutif a lancé une opération de charme envers les Britanniques pour les convaincre des bienfaits du projet d'accord, répondant aux questions des auditeurs de la radio LBC tôt vendredi matin. Pendant une demi-heure, elle a adopté un ton presque enjoué, assurant à l'un d'eux, qui l'appelait à démissionner, que le texte permettrait au Royaume-Uni de redevenir maître de son avenir.
Theresa May avait déjà défendu bec et ongles le projet d'accord avec l'UE devant les députés la veille, faisant planer la menace d'un retour en arrière sur le Brexit, prévu le 29 mars 2019, si elle n'obtenait pas de soutien au Parlement.
Pendant trois heures, elle a affronté des députés vent debout contre l'accord : les Brexiters craignent que le Royaume-Uni reste trop étroitement amarré à l'UE, tandis que les europhiles estiment plus bénéfique de rester au sein du bloc européen et réclament un second référendum.
Des députés de divers bords lui ont déclaré qu'il n'y avait aucune chance que le plan obtienne leur aval en décembre, mais Mme May a rejeté les appels à la démission.
« J'ai moi-même des inquiétudes », a admis Mme May sur LBC. Mais dans toute négociation, il faut faire des « compromis ».
– Renégociation « à la marge » –
Ses propos n'ont pas convaincu le petit parti unioniste nord-irlandais DUP, dont les dix députés lui sont indispensables pour avoir une majorité absolue, et qui entend s'opposer au projet d'accord.
Le Daily Telegraph croit savoir que le DUP se considèrera comme délié de son accord politique avec le Parti conservateur, sauf si Mme May est remplacée par un autre dirigeant.
Mais Theresa May a assuré vendredi qu'elle continuait de travailler avec le DUP, sans toutefois pouvoir garantir son soutien.
Pour le ministre français des Finances Bruno Le Maire, les Brexiters ont désormais le choix entre « le reniement de leur promesse politique absurde ou le désastre économique ».
Comme la chancelière allemande Angela Merkel, l'Elysée a de son côté exclu toute renégociation de l'accord conclu entre Londres et le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier. Mais la présidence française n'exclut pas « certains amendements à la marge ».
Le point le plus controversé du projet d'accord de 585 pages réside dans le « filet de sécurité » prévoyant le maintien de l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'était conclu à l'issue d'une période de transition de 21 mois après le Brexit et prolongeable une fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.