Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Le gouvernement vend son plan comme le moins coûteux pour l'économie
Publié dans La Nouvelle Tribune le 28 - 11 - 2018

L'accord de Brexit conclu avec l'Union européenne est celui qui coûtera le moins au Royaume-Uni, a affirmé mercredi le ministre britannique des Finances, joignant ses forces à celles de la cheffe du gouvernement Theresa May pour persuader le pays de son bien-fondé.
« D'un point de vue purement économique, quitter l'UE aura un coût (…). Ce que la Première ministre essaie de faire, c'est minimiser ce coût », a affirmé Philip Hammond sur la BBC Radio 4, en amont de la publication d'un rapport du gouvernement mesurant l'impact de différents scénarios sur l'économie britannique.
Selon le Daily Telegraph, ce rapport affirme que si l'accord scellé dimanche est adopté par le Parlement britannique, la croissance économique du pays sera inférieure de 1 à 2% dans 15 ans par rapport à ce qu'elle aurait été si le pays était resté dans l'UE. Ce qui serait la moins pire des évolutions quand une sortie sans accord (« no deal ») verrait la croissance du PIB perdre 7,6%.
L'ancien ministre du Brexit Dominic Raab, qui a claqué la porte du gouvernement pour dénoncer la gestion du Brexit par Theresa May, a immédiatement dénoncé « une nouvelle tentative de terroriser » les Britanniques.
La publication de ces chiffres intervient alors que Mme May s'apprête une nouvelle fois à affronter les députés britanniques, à l'occasion de la traditionnelle séance hebdomadaire de questions au chef du gouvernement.
Leur aval est indispensable à l'accord conclu avec Bruxelles après 17 mois de négociations difficiles. Mais à moins de deux semaines du vote, prévu le 11 décembre, Mme May est loin de disposer du nombre de voix requis.
Son allié nord-irlandais, le petit parti unioniste DUP, et des députés conservateurs favorables à un Brexit dur s'opposent à l'accord, tout comme les travaillistes, les europhiles du Parti libéral-démocrate et les députés écossais indépendantistes.
Histoire d'amadouer la région septentrionale du Royaume-Uni, Theresa May doit se rendre mercredi près de Glasgow, plus grande ville d'Ecosse, nouvelle étape de sa tournée destinée à s'attirer le soutien des Britanniques.
« C'est un accord qui est bon pour les employeurs écossais et qui protégera les emplois », doit déclarer la Première ministre, selon des extraits de son discours communiqués à l'avance.
– « Inacceptable » –
Theresa May tentera tout particulièrement de rassurer sur la question de la pêche, hautement sensible en Ecosse.
A la veille de cette visite, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, cheffe du parti indépendantiste SNP, a toutefois fustigé l'accord, s'appuyant sur une étude publiée par son gouvernement selon laquelle l'accord négocié par Mme May rendra les Ecossais « plus pauvres », et le qualifiant d' »inacceptable ».
La leader du DUP, Arlene Foster, a utilisé ce même qualificatif à l'issue d'une rencontre à Belfast avec Theresa May. Rejetant le statut spécial accordé à l'Irlande du Nord dans l'accord afin d'éviter le retour à une frontière physique sur l'île d'Irlande, elle a appelé la Première ministre à travailler à une autre « voie ».
Theresa May et ses principaux soutiens espèrent qu'une fois confrontés au vote, les parlementaires se montreront raisonnables, ce qui semble impossible au vue de l'arithmétique.
M. Hammond a refusé de dire s'il y avait un plan B en cas de rejet de l'accord. « Il y a des plans d'urgence en cas de +no deal+ mais personne ne veut ça », a-t-il dit sur la BBC.
Un sondage publié mercredi par le tabloïd Daily Mail, spectaculairement passé de l'europhobie militante à une position très modérée à l'occasion d'un changement de rédacteur en chef, pourrait réconforter Mme May: 52% des personnes interrogées par l'institut Survation pensent que son accord est le meilleur possible contre 19% qui pensent le contraire.
Mais dans le même temps, 48% des sondés réclament un second référendum (contre 34%). Une solution qui a reçu le soutien inattendu d'un responsable du Parti travailliste qui y est officiellement jusqu'ici opposé, comme Theresa May.
Son responsable pour les questions économiques John McDonnell a estimé que cela "pourrait être une option à saisir », lors d'un événement organisé par le quotidien The Guardian, admettant pour la première fois qu'il préférerait voter pour rester dans l'UE plutôt que risquer un « no deal ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.