Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Présentation du nouveau staff technique du Raja    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Le gouvernement vend son plan comme le moins coûteux pour l'économie
Publié dans La Nouvelle Tribune le 28 - 11 - 2018

L'accord de Brexit conclu avec l'Union européenne est celui qui coûtera le moins au Royaume-Uni, a affirmé mercredi le ministre britannique des Finances, joignant ses forces à celles de la cheffe du gouvernement Theresa May pour persuader le pays de son bien-fondé.
« D'un point de vue purement économique, quitter l'UE aura un coût (…). Ce que la Première ministre essaie de faire, c'est minimiser ce coût », a affirmé Philip Hammond sur la BBC Radio 4, en amont de la publication d'un rapport du gouvernement mesurant l'impact de différents scénarios sur l'économie britannique.
Selon le Daily Telegraph, ce rapport affirme que si l'accord scellé dimanche est adopté par le Parlement britannique, la croissance économique du pays sera inférieure de 1 à 2% dans 15 ans par rapport à ce qu'elle aurait été si le pays était resté dans l'UE. Ce qui serait la moins pire des évolutions quand une sortie sans accord (« no deal ») verrait la croissance du PIB perdre 7,6%.
L'ancien ministre du Brexit Dominic Raab, qui a claqué la porte du gouvernement pour dénoncer la gestion du Brexit par Theresa May, a immédiatement dénoncé « une nouvelle tentative de terroriser » les Britanniques.
La publication de ces chiffres intervient alors que Mme May s'apprête une nouvelle fois à affronter les députés britanniques, à l'occasion de la traditionnelle séance hebdomadaire de questions au chef du gouvernement.
Leur aval est indispensable à l'accord conclu avec Bruxelles après 17 mois de négociations difficiles. Mais à moins de deux semaines du vote, prévu le 11 décembre, Mme May est loin de disposer du nombre de voix requis.
Son allié nord-irlandais, le petit parti unioniste DUP, et des députés conservateurs favorables à un Brexit dur s'opposent à l'accord, tout comme les travaillistes, les europhiles du Parti libéral-démocrate et les députés écossais indépendantistes.
Histoire d'amadouer la région septentrionale du Royaume-Uni, Theresa May doit se rendre mercredi près de Glasgow, plus grande ville d'Ecosse, nouvelle étape de sa tournée destinée à s'attirer le soutien des Britanniques.
« C'est un accord qui est bon pour les employeurs écossais et qui protégera les emplois », doit déclarer la Première ministre, selon des extraits de son discours communiqués à l'avance.
– « Inacceptable » –
Theresa May tentera tout particulièrement de rassurer sur la question de la pêche, hautement sensible en Ecosse.
A la veille de cette visite, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, cheffe du parti indépendantiste SNP, a toutefois fustigé l'accord, s'appuyant sur une étude publiée par son gouvernement selon laquelle l'accord négocié par Mme May rendra les Ecossais « plus pauvres », et le qualifiant d' »inacceptable ».
La leader du DUP, Arlene Foster, a utilisé ce même qualificatif à l'issue d'une rencontre à Belfast avec Theresa May. Rejetant le statut spécial accordé à l'Irlande du Nord dans l'accord afin d'éviter le retour à une frontière physique sur l'île d'Irlande, elle a appelé la Première ministre à travailler à une autre « voie ».
Theresa May et ses principaux soutiens espèrent qu'une fois confrontés au vote, les parlementaires se montreront raisonnables, ce qui semble impossible au vue de l'arithmétique.
M. Hammond a refusé de dire s'il y avait un plan B en cas de rejet de l'accord. « Il y a des plans d'urgence en cas de +no deal+ mais personne ne veut ça », a-t-il dit sur la BBC.
Un sondage publié mercredi par le tabloïd Daily Mail, spectaculairement passé de l'europhobie militante à une position très modérée à l'occasion d'un changement de rédacteur en chef, pourrait réconforter Mme May: 52% des personnes interrogées par l'institut Survation pensent que son accord est le meilleur possible contre 19% qui pensent le contraire.
Mais dans le même temps, 48% des sondés réclament un second référendum (contre 34%). Une solution qui a reçu le soutien inattendu d'un responsable du Parti travailliste qui y est officiellement jusqu'ici opposé, comme Theresa May.
Son responsable pour les questions économiques John McDonnell a estimé que cela "pourrait être une option à saisir », lors d'un événement organisé par le quotidien The Guardian, admettant pour la première fois qu'il préférerait voter pour rester dans l'UE plutôt que risquer un « no deal ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.