USA : L'enquête russe disculpe Trump    Mali : Plus de 130 civils tués dans un village peul au centre du pays    Casablanca : Incendie au Marché Weld Mina à Hay Hassani    FRMF: Messi absent lors de la rencontre amicale à cause d'une blessure    La Tribune de Nas : Des « mlawis » en entrée…    Un incendie ravage un souk à Hay Hassani    Ronaldo accusé de viol: la Juve n'ira pas aux USA pour ses matchs de préparation    Milieu rural : Promotion de l'emploi des jeunes    Tournée Istiqlalienne dans la province de Larache    Enseignants contractuels    Prolongation des horaires d'ouverture du MMVI    Algérie : Les manifestants n'oublient pas la propreté des rues    Arrestation de 5 israéliens pour falsification de passeports marocains    Ministère : Les journaux électroniques autorisés à tourner pour leur propre compte    Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS    Résultats annuels: Un exercice 2018 positif pour la BCP    L'esprit ailleurs !    Sahara marocain: Le processus onusien se poursuit à Genève    Concept store «Infinix Park»: Jalon d'une nouvelle ère    Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Sahara marocain : Conférence ministérielle africaine sur l'appui de l'UA au processus onusien    Younes Chaabi: «Les MOOCs jouent un rôle important dans l'apprentissage de l'amazigh»    Politique budgétaire en Afrique : la CEA recommande l'alignement sur le cycle économique    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    Témoignage: Lettre à l'écran libre    inwi : Fin prêt pour la 5G    City Club : Le record de 1 million de fans sur Facebook battu    CNSS : Un nouveau service digital pour l'édition d'attestations    Ali Rguigue : «Le pari qu'a réussi Artcoustic est d'imposer le contenu digital d'utilité publique»    Amical : Pas de Messi à Tanger    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ouverture de la 18ème édition du FICAM    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump face à un nouveau Congrès vent debout contre son projet de mur
Publié dans La Nouvelle Tribune le 04 - 01 - 2019

Donald Trump reçoit vendredi élus démocrates et républicains pour tenter de mettre fin au « shutdown », après l'installation d'un nouveau Congrès peu enclin à faire des concessions sur son projet de mur visant à endiguer l'immigration clandestine.
La rencontre entre le président américain et les ténors du Congrès, prévue en fin de matinée à la Maison Blanche, s'annonce particulièrement délicate et la paralysie partielle des administrations fédérales pourrait entrer dans sa troisième semaine.
Les négociations sur le « shutdown » – rituel de la politique américaine – sont d'abord une bataille de communication dans laquelle chaque parti tente de faire porter la responsabilité du blocage à l'autre. Or si les républicains ont conservé la majorité au Sénat, les démocrates ont désormais un porte-voix nettement plus puissant avec la présidence de la Chambre des représentants.
« Construire un mur (à la frontière avec le Mexique) est immoral, ce n'est pas ce que nous sommes en tant que pays », a lancé jeudi soir la démocrate Nancy Pelosi, quelques heures après sa prise de fonction comme « speaker » de la Chambre.
« Quelqu'un a-t-il encore des doutes sur notre position? Nous ne construirons pas de mur! », a ajouté lors de sa première conférence de presse l'élue de Californie, désormais troisième personnage de l'Etat.
Les démocrates lâcheront-ils du lest? Donald Trump peut-il renoncer aux 5 milliards de dollars qu'il réclame à cor et à cri pour édifier son mur sans perdre la face? Quelles sont les portes de sortie pour mettre fin au « shutdown » qui paralyse 25% des administrations fédérales depuis le 22 décembre?
– « Avec compassion » –
Une idée a refait surface ces derniers jours: réintroduire dans les négociations la question sensible du « Daca ».
Ce programme offrant un permis de séjour temporaire à plusieurs centaines de milliers de jeunes clandestins avait été créé par Barack Obama puis supprimé en septembre par Donald Trump, qui a mis au défi le Congrès de voter une réforme migratoire à la place.
Entre-temps, la justice a été saisie par les défenseurs de Daca… et le programme est dans les limbes. Quant au Congrès, il n'a jamais pu s'entendre jusqu'ici pour trouver un compromis.
Interrogé sur Fox News, le vice-président Mike Pence n'a pas exclu des discussions sur ce thème.
« Beaucoup de gens évoquent plein d'idées différentes », a-t-il souligné, rappelant que le président avait déjà évoqué, en 2018, sa volonté d'avancer sur le dossier « avec compassion ».
Républicains et démocrates sont conscients que ce bras de fer budgétaire est aussi un test du rapport de force qui s'établira pour la deuxième partie de mandat de Donald Trump, qui a clairement affiché son intention de se représenter en 2020.
Avec leur nouveau contrôle de la Chambre, les démocrates décrochent en effet la tête de commissions parlementaires dotées de puissants pouvoirs d'investigation, notamment ceux d'assigner les témoins à comparaître et d'ordonner la présentation de documents.
Et si Nancy Pelosi ne souhaite pas, pour l'heure, évoquer la perspective d'une procédure de destitution, ou « impeachment », certains jeunes élus ne se privent pas d'aborder le sujet. Sans surprise, le locataire de la Maison Blanche n'a pas tardé à réagir.
« Comment voulez-vous destituer un président qui a gagné probablement la plus grande élection de tous les temps, qui n'a rien fait de mal (aucune collusion avec la Russie, ce sont les démocrates qui ont comploté), qui est à l'origine des deux meilleures premières années de tous les présidents, et qui est le républicain le plus populaire dans l'histoire du parti, à 93%? », a-t-il tweeté au réveil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.