Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Centrafrique: 14 groupes armés pour un seul territoire
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 02 - 2019

Chacun maitrisant une partie plus ou moins importante du territoire centrafricain, quatorze groupes armés sont parvenus à conclure avec les autorités de Bangui un accord de paix, paraphé mardi à Khartoum.
Depuis la chute du président François Bozizé en 2013, qui a marqué le début d'une profonde crise en Centrafrique, ces groupes contrôlent environ 80% du territoire, où une mission de l'ONU (Minusca) et l'armée tentent d'empêcher les violences quotidiennes.
– Deux influents groupes de l'ex-Séléka
Officiellement, la coalition de la Séléka (alliance en langue locale), à l'origine de la chute de François Bozizé, a été dissoute en 2013.
Mais deux groupes armés créés par d'ex-généraux de la Séléka ont aujourd'hui une grande influence: le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC).
Le FPRC, dirigé politiquement par Noureddine Adam et militairement par Abdoulaye Hissene, tous deux sous sanctions de l'ONU, est basé dans le nord du pays, à Birao et Ndele. L'influence du groupe s'étend jusqu'au centre du pays (de Kaga Bandoro à Bria), région riche en ressources minières.
L'UPC, emmené par Ali Darassa, est lui basé dans le centre, à Alindao et Bambari. Jusqu'en 2017, le FPRC et l'UPC combattaient pour le contrôle du centre de la Centrafrique.
Ils sont alliés depuis octobre 2017, période à laquelle ils ont signé un accord de cessation des hostilités à Ippy.
Un troisième ex-général de la Séléka garde une influence notable: le Tchadien Mahamat Al-Khatim, qui a créé en 2015 le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC).
Allié du FPRC et de l'UPC, le MPC est installé à Kabo et le long de la frontière tchadienne, dans le nord du pays.
– Groupes antibalaka épars
Les milices antibalaka, créées en 2013 en réaction à la prise de Bangui par la Séléka en s'autoproclamant d' »autodéfense », sont aujourd'hui divisées en deux branches.
L'une est emmenée par Patrice-Edouard Ngaïssona, l'ancien « coordinateur » des milices, toujours influent, qui a été transféré à la Cour pénale internationale (CPI) début janvier.
M. Ngaïssona est réputé proche de l'ex-président François Bozizé en exil.
L'autre branche dépend de Maxime Mokom (sous sanctions américaines) qui a créé une alliance avec des groupes de l'ex-Séléka en 2015 en signant les accords de Nairobi.
Cette alliance conclue de façon opportuniste pour assurer aux signataires le contrôle d'un large territoire, comprenait aussi le groupe armé Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique (RPRC), un petit groupe armé basé à Bria.
– D'autres petits groupes locaux
Dans l'ouest et le nord-ouest du pays, d'autres petit groupes armés à l'influence locale, composés de quelques centaines de combattants tout au plus, sont installés sur les couloirs de transhumance de bétail, aux frontières du Tchad et du Cameroun.
Parmi ceux-ci, se trouve le groupe armé Retour, réclamation et réhabilitation (3R), créé en 2016 par Abass Sidiki dans la préfecture de Nana-Mambéré.
Les groupes Révolution justice (RJ), le Mouvement national pour la libération de la Centrafrique (MNLC) de l'ex-officier de la Séléka Ahmat Bahar, ou encore le Front démocratique du peuple centrafricain (FPDC) sont aussi présents dans la zone, riche en or et diamants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.