Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale
Publié dans La Nouvelle Tribune le 25 - 03 - 2019

L'intégration régionale en Afrique reste « faible », ressort-il des conclusions préliminaires de l'Indice de l'intégration régionale africaine (IIRA) publié, samedi à Marrakech, en marge de la 52è session de la conférence des ministres africains des Finances, de la planification et du développement économique (COM2019) de la Commission économique pour l'Afrique (CEA). « La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) constitue une étape majeure pour l'Afrique. D'autant que les conclusions préliminaires de l'IIRA 2019 indiquent que l'intégration régionale en Afrique demeure faible », fait savoir la CEA dans un communiqué. Elaboré par la CEA, l'Union africaine (UA) et la Banque africaine de développement (BAD), cet indice, qui évalue la situation de l'intégration économique des pays africains, révèle que la Communauté de développement d'Afrique australe est la région la plus intégrée en matière de commerce, l'Afrique du Sud étant le pays le plus intégré du continent, précise la même source. « Dans les cinq secteurs analysés (intégration du commerce, infrastructures régionales, intégration productive, libre circulation des personnes et intégration macroéconomique), l'Afrique du Sud arrive en tête du classement, tandis que le Sud Soudan est le pays le moins intégré en raison de ses mauvaises performances en matière d'infrastructures régionales et d'intégration financière », indique le communiqué. L'IIRA fait également ressortir que « l'intégration dans les services a contribué à plus de 53 % du PIB du continent, mais la ratification du protocole sur la libre circulation des personnes a été lente, malgré le lancement en 2016 du passeport biométrique africain et le Protocole de l'Union africaine sur la libre circulation des personnes », soulignant que l'important déficit des infrastructures sur le continent demeure un obstacle majeur au commerce intra-régional.
« C'est aux Africains eux-mêmes de s'assurer qu'ils tirent profit de cette initiative grâce à une mise en œuvre efficace des mécanismes de la ZLEC », a dit le coordinateur du Centre africain pour la politique commerciale, division du commerce et de l'intégration régionale de la CEA, David Luke, cité par le communiqué.
De son côté, la représentante résidente de la Banque africaine de développement (BAD) au Maroc, Leila Farah Mokaddem, a fait remarquer qu'en dépit de l'immense soutien politique dont bénéficie la ZLECA, de nombreux défis seront à surmonter lors de sa mise en œuvre, pour faire passer le commerce intra-africain (estimé entre 15% et 18% aujourd'hui) à 25 % d'ici à 2023.
Mme Mokaddem a, à cet égard, cité certains obstacles à la compétitivité de l'Afrique, dont notamment la faible capacité productive en Afrique, les coûts élevés de production, et les importants déficits en infrastructures, ajoutant que le nombre élevé de petits marchés et la présence de 16 pays enclavés compliquent la situation. « Il ne faut pas minimiser les défis, mais il est important de souligner le fait que l'on doit changer les choses pour que l'Afrique progresse », a-t-elle martelé.
La COM2019, qui se tient du 20 au 26 mars courant, sous le thème « la politique budgétaire, le commerce et le secteur privé à l'ère du numérique: Une stratégie pour l'Afrique », met l'accent sur les apports du numérique, aussi bien au développement des échanges économiques en Afrique que sur le plan du renforcement des politiques budgétaires nationales, ainsi que sur l'amélioration de la collecte des recettes fiscales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.