Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Julian Assange, de héraut de la transparence à fugitif controversé
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 04 - 2019

Menacé par la police britannique, inculpé par la justice américaine, Julian Assange doit aussi compter avec l'inimitié de l'Equateur, lassé de sa présence dans son ambassade à Londres, où le fondateur de WikiLeaks vit réfugié depuis presque sept ans.
C'est dans ce bâtiment diplomatique d'un quartier chic de la capitale britannique que l'Australien aux cheveux argentés avait trouvé asile le 19 juin 2012, déguisé en coursier, pour échapper à un mandat d'arrêt pour des accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède qu'il a toujours rejetées, défendant la théorie d'un complot.
La justice suédoise a fini par classer l'affaire, mais Julian Assange, 47 ans, refuse de sortir, craignant toujours d'être arrêté par les autorités britanniques et d'être extradé et jugé aux Etats-Unis pour la diffusion en 2010 de plus de 700.000 documents sur les activités militaires et diplomatiques américaines.
En accordant sa protection au fondateur de WikiLeaks, l'Equateur, alors présidé par Rafael Correa, une figure de la gauche sud-américaine, avait trouvé une occasion en or de narguer Washington.
Mais tout change en 2017 avec l'arrivée au pouvoir de Lenin Moreno, pour qui la présence de Julian Assange constitue un « problème ».
Le chef de l'Etat équatorien a affirmé mardi que l'Australien avait « réitéré ses violations » de l'accord sur les règles régissant son hébergement. Depuis octobre, Quito applique un protocole qui régule notamment ses visites et ses communications dans l'ambassade, en réaction à ce que le gouvernement considère comme de constantes ingérences de Julian Assange dans les affaires intérieures de l'Equateur et d'autres pays.
– Comme Tom Sawyer –
Le changement de ligne de Quito coïncide aussi avec le déclin de la popularité du « cyber-warrior ». Son image s'est particulièrement brouillée avec la diffusion par sa plateforme, en 2016, à un moment-clé de la campagne présidentielle américaine, de milliers de courriels piratés provenant du Parti démocrate et de l'équipe d'Hillary Clinton, qui ont contribué à discréditer la candidate.
Ces révélations suscitent alors des éloges appuyés du candidat Donald Trump. « J'adore WikiLeaks », affirme-t-il au cours d'un meeting. D'après la CIA, ces documents ont été obtenus par WikiLeaks auprès d'agents russes, ce que nie la plateforme.
Personnage difficile à suivre, Julian Assange a été balloté de gauche à droite dès son plus jeune âge par sa mère, Christine Ann Assange, une artiste de théâtre qui s'était séparée de son père avant même sa naissance.
Il compare son enfance à celle de Tom Sawyer, entre construction de radeau et explorations diverses de son environnement. Jusqu'à l'âge de 15 ans, il vivra dans plus de trente villes australiennes différentes et fréquentera de nombreuses écoles avant de se poser à Melbourne où il étudiera les mathématiques, la physique et l'informatique.
Doué, travailleur, il est happé par la communauté des hackers et commence à pirater les sites internet de la Nasa ou du Pentagone en utilisant le pseudo de « Mendax ».
– « Libérer », « démasquer » –
C'est à cette époque qu'il a un fils, Daniel, dont il se disputera la garde avec la mère. Lorsqu'il lance WikiLeaks dans le but de « libérer la presse » et de « démasquer les secrets et abus d'Etat », il devient, selon l'un de ses biographes, « l'homme le plus dangereux du monde ».
Il se fait connaître du grand public en 2010 avec la publication des centaines de milliers de documents américains. Un coup d'éclat qui vaut à cet homme grand et mince au teint diaphane d'être présenté comme un champion de la liberté d'informer.
Mais en même temps que sa notoriété grandit, les critiques s'accumulent.
En 2011, les cinq journaux (dont The New York Times, The Guardian et Le Monde) associés à WikiLeaks condamnent la méthode de la plateforme, qui rend publics des télégrammes du département d'Etat américain non expurgés. Ils estiment que les documents sont susceptibles de « mettre certaines sources en danger ». La critique sera également formulée par le lanceur d'alertes Edward Snowden.
Chargé de rédiger l'autobiographie de Julian Assange, Andrew O'Hagan finit par jeter l'éponge avec ce verdict définitif : « L'homme qui se targue de dévoiler les secrets de ce monde ne supporte pas les siens ».
Depuis, seul un noyau dur – et quelques célébrités comme l'acteur américain Martin Sheen et l'actrice Pamela Anderson – lui est resté fidèle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.