ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc est en capacité de développer un secteur spatial civil, selon Elalamy
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 04 - 2019

Le Maroc est en capacité de développer un secteur spatial civil, a souligné, mercredi à Marrakech, le ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, M. Moulay Hafid Elalamy.
« Le Maroc s'intéresse fortement à ce secteur après avoir développé depuis quelques années un secteur aéronautique en pleine expansion », a-t-il ajouté à l'ouverture de la Conférence Globale de l'Espace « GLEC 2019 ».
Et M. Elalamy de noter que le Royaume a décidé de « façon stratégique » de s'investir dans le spatial civil, qui est en train de révolutionner le monde, relevant que le Maroc, qui s'est intéressé depuis quelques années à l'aéronautique est, aujourd'hui, réellement présent dans ce secteur, avec la présence dans le Royaume des trois constructeurs Bombardier, Airbus et Boeing, qui ont permis à un écosystème complet de se développer autour d'eux.
Ainsi, « nous avons l'intention de rentrer de plain-pied dans le spatial civil en travaillant avec toutes les parties prenantes et intéressées pour pouvoir jouer +une micro-partition+ dans cette mondialisation du spatial », a-t-il précisé.
Le président de la Fédération internationale d'astronautique (International Astronautical Federation-IAF), Jean-Yves Le Gall, a relevé, pour sa part, que les activités spatiales connaissent un changement majeur en raison des progrès technologiques, se félicitant de la création par l'IAF d'un portefeuille dédié aux pays émergents.
M. Le Gall a reconnu que plusieurs pays émergents ont accompli des progrès notables dans ce secteur, en tirant profit des nouvelles technologies, appelant à davantage de coopération et d'échange d'expériences pour réduire le fossé existant entre les pays développés et les pays en développement dans ce domaine.
De son côté, le Directeur général du Centre Royal de Télédétection Spatiale (CRTS), Driss El Hadani, a indiqué que cette rencontre intervient dans un contexte international marqué par une forte transformation du secteur spatial sur les plans technologique, de la gouvernance et de la commercialisation, comme en témoigne la multiplication aussi bien des projets spatiaux nationaux que des initiatives internationales et régionales en matière de coopération et de coordination dans le domaine spatial.
La participation du CRTS à l'organisation de cette Conférence s'inscrit dans un processus de rencontres et de manifestations qui visent à traduire le progrès réalisé dans le domaine technologique, spatial ou en applications opérationnelles pour assurer une plus grande intégration de ces technologies dans les opérations de gestion des ressources et des programmes de développement socio-économique, a ajouté M. El Hadani, également président du comité local d'organisation de la GLEC 2019.
Il a précisé que la Conférence « GLEC 2019 » est l'expression de la volonté de tous les acteurs (chefs d'agences spatiales, industriels, universitaires, décideurs chargés des programmes de développement) de réunir leurs compétences et de coordonner leurs actions afin de tirer le meilleur parti des outils technologiques spatiaux, se disant convaincu que ce cycle de conférences sur l'espace pour les pays émergents, lancé à Marrakech, va se poursuivre pour valoriser le renforcement des capacités endogènes d'une façon continue et systématique des pays émergents car le potentiel des prestataires ne peut être pleinement exploité si les ressources humaines ne disposent pas du savoir et des compétences nécessaires.
Organisée conjointement par le CRTS et l'IAF, avec le soutien du Centre National Français d'Etudes Spatiales (CNES), la « GLEC 2019 » est un événement important pour l'agenda des rencontres internationales dédiées au spatial. L'édition 2019 de la GLEC regroupe plus de 300 participants d'une cinquantaine de pays, dont notamment 30 Directeurs et Chefs d'Agences et Organisations spatiales, ainsi que de nombreux industriels, universitaires scientifiques et chercheurs nationaux et internationaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.