411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attentats au Sri Lanka : Ce que l'on sait
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 04 - 2019

Quelque 360 personnes ont été tuées dimanche au Sri Lanka dans une série d'attentats suicides, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), contre des hôtels de luxe et des églises célébrant la messe de Pâques. Les autorités ont reconnu une « défaillance » dans la sécurité.
Voici ce que l'on sait à ce stade:
– Que s'est-il passé ? –
De puissantes explosions se sont produites en début de matinée dimanche, vers 08H30-09H00 locales (03H00-03H30 GMT), dans trois hôtels de luxe du front de mer de la capitale Colombo. Les établissements affectés (le Shangri-La, le Kingsbury et le Cinnamon Grand Hotel) sont situés à quelques centaines de mètres les uns des autres.
En parallèle, des déflagrations ont frappé trois églises chrétiennes bondées où les fidèles étaient rassemblés pour la messe de Pâques.
Ont été visées la célèbre église Saint-Antoine à Colombo, l'église Saint-Sébastien à Negombo, localité située à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, et une autre église de la ville de Batticaloa, de l'autre côté du Sri Lanka, sur la côte orientale.
Les attentats au Shangri-La et au Cinnamon ont été perpétrés par deux frères islamistes qui y avaient chacun pris une chambre la veille. Ils se sont fait exploser dans leur hôtel respectif le lendemain matin au buffet du petit déjeuner.
Un attentat suicide a échoué contre un quatrième hôtel de luxe à Colombo, adjacent aux autres. Le sac à dos du kamikaze, chargé d'explosifs, n'a pas explosé pour une raison indéterminée. L'homme, cerné par les forces de l'ordre à Dehiwala, dans la banlieue sud de Colombo, s'est fait exploser, tuant deux passants.
À peu près au même moment, un homme et une femme se sont fait exploser lors d'une opération policière au domicile de suspects dans la banlieue nord de Orugodawatta. Deux enfants et trois policiers ont été tués.
Des explosions se sont produites sur huit sites différents au total.
– Qui sont les responsables ? –
Le gouvernement sri-lankais a annoncé que « neuf kamikazes » au total avaient péri. Huit ont été identifiés mais leurs noms n'ont pas été révélés.
Mardi, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué ces attentats « ayant visé des ressortissants des pays de la Coalition (anti-EI) et les chrétiens ».
Mais les autorités sri-lankaises n'ont pas encore confirmé officiellement l'implication de l'EI.
Elles attribuent le carnage au mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ), qui ne l'a pas revendiqué.
Selon le vice-ministre de la Défense, les attaques auraient été perpétrées par une « faction dissidente » du NTJ. Le chef de ce groupe est mort en se faisant sauter à l'hôtel Shangri-La de Colombo, d'après le ministre.
Le sort du leader présumé du NTJ, Zahran Hashim, est inconnu à ce stade.
Le NTJ s'était fait connaître en décembre dernier lorsque que ses membres avaient vandalisé des statues bouddhiques.
– L'enquête –
Un total de cinquante-huit personnes ont été arrêtées depuis dimanche.
D'après les autorités, la plupart des kamikazes sont éduqués et issus de la classe moyenne ou de la classe moyenne supérieure.
L'un des assaillants avait d'ailleurs étudié en Grande-Bretagne et effectué des études universitaires supérieures en Australie.
Le NTJ avait fait il y a 15 jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle il préparait des attentats suicides contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo. Cet avertissement était basé sur un signalement « d'une agence de renseignement étrangère ».
L'ambassadrice des Etats-Unis au Sri Lanka a toutefois assuré que son pays n'avait eu « aucune information préalable » sur les attentats.
Les autorités ont admis mercredi une « défaillance » de l'Etat en matière de sécurité. « Il y a clairement eu une défaillance de la communication de renseignements (…) Si l'information avait été transmise aux bonnes personnes, cela aurait pu permettre d'éviter ou minimiser » ces attentats, a reconnu le vice-ministre de la Défense.
– Qui sont les victimes ? –
Le dernier bilan officiel fait état de 359 morts et quelque 500 blessés.
Au moins 45 enfants et adolescents, dont un bébé de 18 mois, comptent parmi les morts, selon l'ONU.
Selon la police, 39 étrangers font partie des victimes, dans ce pays très prisé des touristes. Parmi les nationalités étrangères touchées, l'Inde paie le tribut le plus lourd avec au moins dix citoyens tués, suivie de la Grande-Bretagne avec six morts.
Au moins quatre Américains sont morts et plusieurs autres grièvement blessés, selon le département d'Etat. Madrid a annoncé la mort de deux Espagnols et les Pays-Bas ont fait part de trois Néerlandaises tuées.
Trois des quatre enfants du milliardaire danois Anders Holch Povlsen, qui était en vacances au Sri Lanka avec son épouse, ont été tués.
La Chine, l'Arabie saoudite, la Turquie, le Portugal et le Bangladesh font notamment partie des nations touchées, selon le ministère des Affaires étrangères sri-lankais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.