Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux
Publié dans La Nouvelle Tribune le 25 - 04 - 2019

Avant même d'entrer en fonction, le président élu ukrainien Volodymyr Zelensky est confronté à une montée de tensions autour du conflit dans l'est, exacerbée jeudi par l'adoption d'une loi renforçant l'usage de la langue ukrainienne.
La veille, le président russe Vladimir Poutine avait signé un décret facilitant l'octroi de la nationalité russe aux habitants des territoires séparatistes de l'est de l'Ukraine, une mesure dénoncée d'une même voix par Kiev et ses alliés occidentaux car elle complique l'application des accords de paix dans cette région ravagée par la guerre.
Alors que M. Zelensky, un humoriste sans expérience politique, disait vouloir tendre la main aux habitants des régions séparatistes, prorusses et largement russophones, le Parlement ukrainien a adopté quelques jours après son élection une loi renforçant l'usage de l'ukrainien, notamment à l'aide de mesures punitives.
Un total de 278 députés, sur une minimum requis de 226, ont voté pour ce texte qui rend plus strict son utilisation dans le cadre officiel et privé et introduisant à terme des amendes en cas de violation.
La loi élargit les quotas sur l'usage de l'ukrainien dans les médias audiovisuels et stipule la primauté de l'ukrainien dans les services, y compris dans le secteur privé, tout en introduisant des examens de maîtrise de l'ukrainien pour les fonctionnaires.
M. Zelensky, qui doit être investi d'ici début juin, a aussitôt critiqué une loi « adoptée sans une vaste discussion publique ». Dans un communiqué, il a promis de vérifier qu'elle ne viole pas les droits des minorités.
« L'ukrainien est l'unique langue d'Etat en Ukraine » et cela ne changera pas, a-t-il déclaré. Mais « l'Etat doit contribuer à son développement par l'encouragement (…) plutôt que par des interdictions et punitions ».
M. Zelensky est lui-même plutôt russophone et actuellement à la recherche, selon son épouse, d'un professeur d'ukrainien.
Sans surprise, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a dénoncé une « loi scandaleuse ».
– Passeports russes aux Ukrainiens de l'Est –
Le président sortant Petro Porochenko, partisan d'une ligne dure avec Moscou et qui a mené une politique d'ukrainisation, a lui salué une décision « historique » promettant de promulguer la loi dans les plus brefs délais.
La question de la langue est douloureuse dans ce pays qui fit partie de l'Empire russe puis de l'URSS, où l'usage de l'ukrainien a subi des restrictions, voire par moments une interdiction.
Si la pratique de l'ukrainien progresse depuis la chute de l'Union soviétique en 1991, encore plus depuis 2014 et le début de la crise avec la Russie, ce pays de presque 45 millions d'habitants compte toujours une importante communauté russophone concentrée dans l'est et le sud.
Selon un récent sondage de l'Institut international de la sociologie de Kiev, 68% de la population considère l'ukrainien comme sa langue maternelle, contre 14% pour le russe et 17% pour les deux langues.
La protection des russophones a été un des motifs officiels de la Russie pour annexer il y a cinq ans la péninsule ukrainienne de Crimée et soutenir les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine, où le conflit a fait près de 13.000 morts depuis son déclenchement.
Et jeudi, le président russe a répété que les habitants de ces régions étaient « privés de leurs droits les plus élémentaires » pour justifier sa décision de leur octroyer plus facilement la nationalité russe.
Ce décret russe, vu par beaucoup comme une tentative de « tester la résistance » de M. Zelensky, a été fermement condamné par Kiev et ses alliés.
Volodymyr Zelensky a appelé au renforcement des sanctions contre Moscou et l'UE a accusé Moscou « d'exacerber » le conflit armé tandis que le Département d'Etat américain a dénoncé une mesure « hautement provocatrice ».
Berlin et Paris, co-parrains du processus de paix de Minsk qui a permis une réduction des violences dans l'est de l'Ukraine, ont eux condamné un décret qui entre « en contradiction avec l'esprit et les objectifs des accords de Minsk ».
« Des responsables russes cherchent à justifier cette décision en invoquant des préoccupations humanitaires. Pourtant, les communautés qu'ils prétendent soutenir subissent les conséquences d'un conflit déclenché et alimenté par la Russie », a sèchement commenté la diplomatie britannique dans un communiqué.
Faisant la sourde oreille aux critiques, M. Poutine s'est dit prêt jeudi à « rétablir complètement » les relations avec Kiev à condition que cela ne se fasse pas « unilatéralement ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.