Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump restreint les équipements télécoms étrangers, Pékin réplique
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 05 - 2019

Le président américain Donald Trump a interdit mercredi aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure « d'urgence nationale » ciblant d'abord la Chine et l'opérateur Huawei.
En pleines tensions commerciales avec Pékin, M. Trump a déclaré une « urgence nationale » pour prendre ce décret qui était attendu et vise notamment le géant chinois des télécoms Huawei, depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines.
Pékin ne s'y est d'ailleurs pas trompé et a mis jeudi Washington en garde contre « une atteinte » aux relations commerciales.
« Nous exhortons les Etats-Unis à mettre fin à leurs actions incorrectes (…) pour éviter de nuire davantage aux relations économiques et commerciales », a réagi lors d'une conférence de presse un porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng.
Selon la Maison Blanche, le décret est justifié par le fait que des « adversaires étrangers exploitent de façon croissante des vulnérabilités dans les services et les infrastructures technologiques de l'information et de la communication aux Etats-Unis ».
Pour Pékin, il s'agit au contraire d'une manoeuvre déloyale faussant la concurrence.
Huawei a dénoncé des « restrictions déraisonnables qui empiéteront sur les droits » du groupe chinois.
Elles ne feront en outre que « cantonner les Etats-Unis à des alternatives inférieures et plus coûteuses » en matière de 5G, la cinquième génération de télécommunications mobiles, a averti l'entreprise, qui se présente comme « le leader sans rival de la 5G ».
Le décret présidentiel assure répondre aux « actes malveillants favorisés par internet, dont l'espionnage économique et industriel au détriment des Etats-Unis et de sa population ».
Il s'agit de la mesure la plus sévère prise par le gouvernement de Donald Trump contre le secteur technologique chinois en pleine expansion, en particulier dans les pays émergents d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie.
L'enjeu technologique domine actuellement la rivalité commerciale entre Pékin et Washington.
Les deux premières économies mondiales s'affrontent par l'imposition mutuelle de droits de douane accrus depuis que M. Trump a lancé les hostilités après avoir fait de la Chine une des cibles favorites de sa campagne présidentielle de 2016.
– Omniprésence de Huawei –
Interrogées sur l'éventualité de l'adoption à Washington d'un tel décret, les autorités à Pékin avaient préalablement dénoncé un abus de pouvoir visant selon elles à écarter les entreprises chinoises du libre jeu de la concurrence.
« Cela fait un certain temps que les Etats-Unis abusent de leur puissance pour jeter de façon délibérée le discrédit sur les entreprises chinoises et les refouler ainsi à tout prix, ce qui n'est ni juste, ni respectable », a commenté Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise.
Il a accusé Washington de recourir au « prétexte de la sécurité nationale » pour empêcher les entreprises chinoises d'investir et de prendre des parts de marché aux Etats-Unis.
Avec le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo en première ligne, les Etats-Unis mènent depuis plusieurs mois une charge contre Huawei, qu'ils soupçonnent d'espionnage pour le compte de Pékin. Le Pentagone a aussi multiplié les mises en garde.
Les Etats-Unis ont donc exclu la firme chinoise du déploiement de la 5G sur leur sol et tentent de convaincre leurs alliés occidentaux d'en faire autant en avertissant des multiples dangers d'espionnage dans un monde où la cinquième génération augmentera la foule d'objets connectés, des voitures aux caméras de sécurité.
Mercredi, le ministère américain du Commerce a enfoncé le clou en plaçant Huawei sur une liste d'entreprises suspectes auprès desquelles on ne peut commercer qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités.
« Cela évitera que des technologies américaines ne soient utilisées par des entités étrangères à des fins qui nuiraient à la sécurité nationale des Etats-Unis ou à leurs intérêts de politique étrangère », a expliqué le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross.
L'an dernier, l'administration Trump avait failli causer la mort de l'entreprise chinoise ZTE en lui interdisant pendant plusieurs mois d'acheter des puces électroniques produites uniquement aux Etats-Unis.
L'arrestation en décembre de la directrice financière de Huawei à Vancouver (Canada), à la demande de la justice américaine, a envenimé les choses. Meng Wanzhou est soupçonnée d'avoir menti à plusieurs banques pour que Huawei puisse accéder au marché iranien entre 2009 et 2014, en violation des sanctions américaines. Elle risque une extradition vers les Etats-Unis.
L'arrestation de Mme Meng a été suivie quelques jours plus tard par l'interpellation en Chine de deux ressortissants canadiens, une détention qualifiée « d'arbitraire » par Ottawa.
Ces deux Canadiens, accusés d'atteinte à la sécurité nationale, viennent d'être placés formellement en état d'arrestation, a rapporté jeudi le quotidien Globe and Mail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.