Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 05 - 2019

Après les digressions humoristiques consacrées aux culs-de jatte et aux gauchers, notre ami Saad Khiari propose un autre texte, de la même veine, celle d'une réflexion censée et responsable habillée de cet humour qu'il manie avec dextérité.
Sans mauvais goût, sans toucher aux fondamentaux et principes sacrés de notre religion, l'auteur évoque des questions pertinentes qui alimenteront de jolie manière la réflexion en ce mois sacré de Ramadan.
FY
Bonne nouvelle !
Les internautes et les lecteurs apprécient l'autodérision et le second degré même lorsqu'on aborde les questions religieuses.
Il suffit de leur offrir un espace de discussion pour savoir qu'ils n'ont pas l'islam triste et qu'ils n'ont rien contre la fantaisie, considérée par les nouveaux prédicateurs comme le loisir du diable.
On peut rire des choses sérieuses à la condition de les contextualiser, d'être respectueux et de ne pas confondre l'essentiel et le superflu, le sacré et le profane et surtout de ne pas opposer la foi à la raison.
A titre d'exemple, on peut faire référence aux élucubrations pied droit-pied gauche, main droite-main gauche, proposées récemment dans nos colonnes, (numéros 1116 et 1117 de La Nouvelle Tribune) et sur le portail www.lnt.ma, (https://lnt.ma/pied-droit-pied-gauche/, https://lnt.ma/main-droite-main-gauche/),
et se réjouir d'avoir suscité beaucoup d'intérêt et de plaisir sans avoir touché au sacré ni aux fondamentaux de l'islam.
On peut profiter de cette fenêtre pour aborder d'autres questions qui dérangent par leur apparente agressivité et leur irrévérence mais qui en aucune manière ne touchent à la dignité humaine. A bon entendeur, salut ! On pourrait par exemple se demander :
Pourquoi il n'y a pas d'imam cul-de-jatte ?
Du moins à ma connaissance et en considérant le ministère de l'imam dans toute l'acception du terme. On pense naturellement à la direction de la prière et en particulier à celle du vendredi. Et c'est là qu'il y a un problème.
On sait qu'un handicap physique aussi majeur soit-il, n'altère en rien ni la foi, ni le savoir, ni les capacités d'analyse et de jugement, mais il pose problème pour l'exercice de certains rituels dans la partie gestuelle, dont la symbolique prend souvent le pas sur le fond auprès de la majorité des fidèles.
Et quand on sait qu'en matière de religion et de spiritualité, le symbole est le raccourci le plus recherché et le plus protégé, et qu'il est considéré comme le fondement même de la tradition, on doit prendre garde à ne pas en altérer le message.
Expliquons-nous calmement et évitons toute mauvaise pensée.
Si les prières habituelles peuvent être effectuées ou dirigées par les handicapés moteurs ou les personnes âgées qui peuvent par conséquent prier assis, il en va autrement pour la grande prière du vendredi dont la solennité est de la plus haute importance. Or on ne peut exclure un certain malaise pouvant faire désordre lorsqu'il s'agira pour l'imam handicapé de monter les marches du minbar, de s'asseoir entre les deux prêches et d'en descendre.
Certes, on peut imaginer l'aide de deux fidèles, zélés et costauds, pour le porter jusqu'à la plus haute marche.
Certes, on peut imaginer que l'imam handicapé peut symboliquement simuler l'escalade avec ses doigts, mais dans ce cas, il ne sera visible que par les premiers rangs de fidèles.
Ce qui, non seulement altère quelque peu la solennité du rituel, mais risque de provoquer la bousculade dès l'ouverture des portes des mosquées dans la course aux premiers rangs.
Et point n'est besoin d'être grand clerc pour imaginer les risques d'accidents lors des inévitables échauffourées dans la course aux places tant convoitées, épreuve dans laquelle sont éliminés d'office les personnes âgées, les handicapés moteurs tels que les unijambistes et les culs-de-jatte évidemment ; victimes d'une double peine en l'occurrence.
Or, quand on pense aux empoignades qui ont lieu devant la Kaaba même, à La Mecque même, suivies souvent de jurons et d'insultes frisant le péché et le blasphème dans l'espace le plus sacré pour les Musulmans, on imagine aisément sous des cieux plus lointains et moins regardants, les débordements verbaux les plus crus et les gestes déplacés ; voire la castagne dans toutes ses variantes.
Ce risque est réel et rien ne sert de rêver d'un comportement soudain idyllique qui est, loin s'en faut, la qualité la moins partagée des hommes lorsqu'il y a course aux bonnes places, qu'il s'agisse de réunions spirituelles ou de spectacles profanes.
La question de cette absence d'imams culs-de-jatte est posée même si à première vue elle dérange.
Elle peut paraître stupide ou absurde ; elle n'a rien d'incongru ni de méchant.
Elle a pour ambition de nous habituer à nous poser les questions même les plus loufoques ou les plus saugrenues, de nous apprendre à aborder – pourquoi pas avec le sourire quelquefois – les sujets les plus difficiles et les plus gênants sans nous envoyer des insultes à la figure, ni porter de jugements, et surtout sans nous départir du sens de l'humour et de l'autodérision qui manquent cruellement à nos sociétés et dont les immenses vertus ne sont plus à prouver.
Saad Khiari


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.