Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Budget de la zone euro : Réunion sous tension des ministres des Finances
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 06 - 2019

Les ministres européens des Finances réunis jeudi à Luxembourg doivent se mettre d'accord sur les grandes lignes d'un budget de la zone euro, un projet phare du président français Emmanuel Macron considérablement revu à la baisse.
Mandatés par les dirigeants européens après un sommet en décembre à Bruxelles, les ministres débattent depuis six mois de cette question qui divise les pays du Sud, partisans d'une plus grande solidarité, et ceux du Nord, adeptes de la rigueur budgétaire.
Or, la méfiance des partisans de la discipline, emmenés par les Pays-Bas, face à des Etats du Sud, jugés trop dépensiers, s'est accrue après les récentes bisbilles entre le gouvernement populiste italien, qui laisse filer son énorme dette publique, et la Commission européenne, qui le menace de sanctions.
Même si la question italienne n'est pas officiellement à l'ordre du jour de la réunion, elle pourrait jeter une ombre sur des discussions déjà compliquées.
La zone euro ne doit pas contribuer à l' »incertitude politique » déjà mise à mal par le Brexit ou les tensions commerciales, a plaidé jeudi le Portugais Mario Centeno, qui préside ces réunions ministérielles de l'Eurogroupe.
« Si nous ne prenons pas de décisions, les citoyens ne comprendront pas pourquoi nous avons de si longues réunions », a-t-il insisté.
Baptisé « instrument budgétaire pour la compétitivité et la convergence », l'embryon de budget de la zone euro a pour objectif d'encourager des réformes pour accroître la compétitivité dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique.
Signe des tensions persistantes, le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a souligné mercredi qu'il aurait « préféré que l'on parle de budget de la zone euro, ce qui serait plus facile à comprendre ». Or, ce seul terme va déjà trop loin pour les pays du Nord, opposés au principe même d'un budget propre à la zone.
– « Bazooka » –
Son montant en tout cas devrait être bien moindre que ce qu'aurait souhaité M. Macron, qui envisageait plusieurs centaines de milliards d'euros.
Deux sources européennes à Bruxelles évoquaient mercredi une enveloppe de 17 milliards d'euros répartis sur sept ans et placés sous l'autorité élargie des 27 Etats de l'UE (moins le Royaume-Uni qui doit quitter l'Union).
Ces 27 pays doivent décider de l'ampleur de l'enveloppe dédiée au budget de la zone euro car ce dernier est incorporé dans le budget de l'UE, et les négociations se font donc avec l'ensemble des pays de l'Union.
Le montant de cet « instrument » sera arrêté lors des négociations sur le futur cadre du budget pluriannuel de l'UE pour 2021 à 2027, dans lequel il doit s'inscrire.
« On va démarrer avec un montant plutôt petit, ce ne sera pas le gros bazooka (au début, ndlr), mais il peut grossir » grâce à des revenus supplémentaires provenant de nouvelles taxes par exemple, a indiqué un haut responsable européen.
La France et l'Allemagne proposent ainsi d'établir une taxe sur les transactions financières (TTF) au niveau européen –un projet en souffrance depuis plusieurs années– qui permettrait de l'abonder.
Second point des réformes de la zone euro où les ministres des Finances doivent encore progresser jeudi: le renforcement du Mécanisme européen de stabilité (MES), créé en 2012 en pleine crise de la dette, et destiné à venir en aide aux pays en difficulté.
Troisièmement, ils doivent aussi avancer sur l'Union bancaire, lancée en 2012 après la crise financière et qui n'est pas totalement achevée.
Depuis des années, l'Allemagne traîne les pieds pour créer un système européen de garantie des dépôts (EDIS en anglais), craignant de voir ses épargnants payer pour les banques de pays du Sud, comme les italiennes. Berlin veut que soit d'abord réduit le niveau des créances douteuses des mauvais élèves avant de procéder à une mutualisation.
« Malheureusement, sur ce projet, l'impasse est toujours là », a regretté mercredi le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis Dombrovskis.
Toutes ces réformes sont jugées particulièrement nécessaires par Bruxelles pour affronter des crises futures qui risquent de se répandre dans toute l'Union, en raison de l'intégration étroite des économies des pays, en particulier au sein de la zone euro, qui représente 85% du PIB de l'UE à 27.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.