Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif Downing Street : Qui face à Boris Johnson ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 06 - 2019

Qui face à Boris Johnson ? Cinq hommes tentent de se qualifier face au champion des pro-Brexit, qui aborde mardi en grand favori la deuxième étape de la course à la succession de la Première ministre britannique Theresa May.
Ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères de Mme May, le député conservateur de 54 ans, tenant d'un Brexit dur, a frappé un grand coup la semaine dernière en arrivant très largement en tête du premier tour des votes pour l'élection du chef des tories — qui deviendra Premier ministre.
Dix candidats étaient en lice, trois ont été éliminés, Boris Johnson raflant 114 votes des députés conservateurs sur 313. Un autre, le ministre de la Santé Matt Hancock, s'est depuis retiré et rangé derrière Boris Johnson.
Pour continuer la course après le deuxième tour mardi, les prétendants devront réunir au moins 33 voix lors du vote dans l'après-midi dont le résultat sera connu à 17H00 GMT. S'ils dépassent tous ce seuil, celui ayant récolté le plus faible nombre de voix passera à la trappe.
Deux candidats jouent leur survie: le ministre de l'Intérieur Sajid Javid et celui du Développement international Rory Stewart. La popularité de M. Stewart, très réactif sur Twitter, a grandi ces dernières semaines. Seul candidat à s'opposer à une sortie sans accord de l'UE, il a déclaré mardi matin à la BBC qu'il « adorerait » affronter Boris Johnson « afin de donner l'occasion » aux quelque 160.000 membres du Parti conservateur qui départageront les finalistes, de « choisir entre le Brexit de Boris ou le mien ».
– 007 à Downing Street ? –
Selon le Telegraph, ce baroudeur, passé par le Foreign Office, a servi dans le MI6, le service du renseignement extérieur britannique, ce qu'il a démenti mardi à la BBC.
La mise en oeuvre du Brexit sera la priorité du nouveau chef du gouvernement. Incapable de mettre en oeuvre la sortie de l'UE, Theresa May a démissionné le 7 juin de ses fonctions de chef du Parti conservateur, près de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 qui avait vu les Britanniques voter à 52% en faveur de ce divorce historique, le premier dans l'histoire de l'Union européenne.
Après trois rejets successifs par les députés de l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles, censé organiser une séparation en douceur, Theresa May a été contrainte de repousser au 31 octobre la date du Brexit, initialement programmé pour le 29 mars.
Jouant la carte de sauveur de la sortie de l'UE, et de rempart contre la progression du Parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage, Boris Johnson veut sortir de l'UE fin octobre, accord renégocié ou pas.
Politicien habile et charismatique à l'ambition dévorante, « BoJo », comme il est surnommé, jouit du soutien de nombreux militants de la base du Parti conservateur, qui voit en lui le chef idoine pour remettre le Brexit sur les rails.
Mais ses gaffes à répétition et son discours flirtant parfois avec le populisme agacent ses pairs, comme lorsqu'il menace de ne pas payer la facture du Brexit — estimée entre 40 et 45 milliards d'euros par Londres — jusqu'à ce que l'UE accepte de meilleures conditions de retrait.
Il s'est d'ailleurs attiré une volée de critiques pour avoir également snobé un débat télévisé entre candidats, dimanche soir, offrant l'image insolite d'un pupitre inoccupé.
« Où est Boris ? », a demandé le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt, considéré comme son principal adversaire, sur le plateau de Channel 4.
« Si son équipe ne lui permet pas de venir débattre avec cinq collègues plutôt sympathiques, comment va-t-il s'en sortir avec 27 pays européens ? », a critiqué M. Hunt.
Mardi, un nouveau débat rassemblera sur la BBC les prétendants encore en lice, dont Boris Johnson cette fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.