411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2019

L'Iran a prévenu jeudi que la violation de ses frontières constituait une « ligne rouge », après que la République islamique eut annoncé avoir abattu un « drone espion américain » dans son espace aérien, dernier épisode en date des tensions croissantes entre Washington et Téhéran.
L'appareil, un modèle Global Hawk (du fabricant américain Northrop Grumman), a été abattu « aux premières heures de la journée », au-dessus de la province côtière d'Hormozgan, dans le sud de l'Iran, selon un communiqué des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.
Il a été abattu par un « missile » de la force aérospatiale des Gardiens, au large de la côte face au mont Mobarak, « après avoir violé l'espace aérien iranien », a ajouté le texte, sans d'autres détails.
Cette annonce a été suivie d'une sérieuse mise en garde.
La violation des frontières de la République islamique d'Iran est la « ligne rouge » à ne pas franchir, a prévenu quelques heures plus tard le général de division Hossein Salami, commandant en chef des Gardiens.
« Notre réaction est, et sera, catégorique et absolue », a-t-il tonné, cité par l'agence de presse Tasnim.
Selon la télévision d'Etat iranienne, cette zone se trouve dans la région du port de Jask (sur la mer d'Oman). Aucune image de l'appareil détruit n'a été publiée par les médias iraniens pour l'instant.
L'incident survient dans un contexte de tensions exacerbées entre l'Iran et les Etats-Unis. La province d'Hormozgan borde le détroit d'Ormuz, point de passage stratégique pour l'approvisionnement mondial de pétrole.
L'armée américaine a intensifié mercredi ses accusations contre l'Iran, qu'elle tient responsable de l'attaque des deux tankers touchés par des explosions le 13 juin en mer d'Oman.
Téhéran a nié toute implication dans ces attaques, laissant plutôt entendre qu'il pourrait s'agir d'un coup monté des Etats-Unis pour justifier le recours à la force contre la République islamique.
En dépit des affirmations répétées de responsables américains et iraniens selon lesquelles leur pays respectif ne cherche pas la guerre, l'escalade récente fait craindre qu'une étincelle ne mette le feu aux poudres.
– « Risque de guerre » –
Mercredi, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a estimé que « le risque de guerre dans le Golfe » n'était « pas écarté ». Paris et Berlin ont appelé à la « désescalade » via un dialogue avec toutes les parties.
Les tensions vont croissant entre la République islamique et les Etats-Unis depuis que le président américain a décidé en mai 2018 de retirer son pays de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et de rétablir de lourdes sanctions contre Téhéran.
La tension a encore gravi un échelon avec les attaques du 13 juin d'origine toujours inconnue contre deux navires-citernes en mer d'Oman, présentant des similitudes avec les actes de sabotage ayant endommagé un mois plus tôt quatre navires à l'entrée du Golfe, et pour lesquelles Washington accuse aussi l'Iran, qui dément toute implication.
L'explosion survenue à bord du tanker japonais Kokuka Courageous, l'un des deux navires attaqués le 13 juin, a été provoquée par une mine-ventouse « semblable à celles utilisées par l'Iran », a affirmé mercredi un commandant américain du Naval Central Command (NAVCENT).
De son côté, selon l'armateur du navire, l'équipage du cargo japonais a indiqué avoir repéré un engin volant non identifié qui avait tenté une première fois d'attaquer le navire, avant de revenir trois heures plus tard et de le frapper, provoquant un trou dans la coque et un incendie.
Le général Amir Hatami, ministre de la Défense iranien, a rejeté « catégoriquement » les accusations américaines, les jugeant infondées.
Jeudi, les cours du pétrole semblent réagir aux dernières tensions, avec un prix du baril WTI pour livraison en juillet en hausse de 2,57% à 55,14 dollars vers 08H15 GMT, tandis que celui du Brent pour livraison en août gagnait 2,43% à 63,32 dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.